27/07/2017

SIG baisse ses tarifs d’électricité

Au 1er janvier 2018, les habitants et les entreprises de Genève verront leur facture diminuer de 4% en moyenne. SIG répercute sur ses clients la baisse des coûts d’approvisionnement. Parmi les autres facteurs de baisse, figure une réduction des coûts de transport à très haute tension du courant, ainsi que la diminution des PCP, prestations dues aux collectivités publiques. Par ailleurs, les clients professionnels de SIG bénéficieront d’une grille tarifaire simplifiée.

Lire la suite

19/07/2017

Recherchons tous les petits bonheurs du quotidien

« Les pensées de bonté, de tendresse, de tolérance nous donnent de la joie et du courage, nous ouvrent l’esprit et nous libèrent intérieurement. »

Matthieu Ricard

 

Le pessimisme ambiant me gonfle. Certes, nos vies ne sont pas toujours drôles ; et dans certains endroits de la planète ou à certains moments, la recherche du bonheur est excessivement difficile. Mais tout de même. Trop de monde se morfondent sans grandes raisons, pris dans la spirale du négativisme. Faire la gueule le matin en débutant la journée devient presqu’une tradition ; Se plaindre tout le temps une religion. Or, la bonne humeur incite les autres à la bonne humeur. Avec de petits riens, nous pouvons prendre le chemin menant vers un bien-être simple, et cependant si bénéfique.

 

À tout moment, une petite satisfaction peut améliorer notre quotidien : un sourire d’enfant ; un verre bu avec des amis ; la tenue d’une porte pour faciliter l’entrée d’une personne dans un lieu ; une senteur suave ; la dégustation d’un plat succulent ; un simple merci ; un service rendu ou reçu ; quelques minutes de détente ; la vision d’un beau paysage ; l’écoute d’une musique que l’on aime ; le bisou d’un-e proche ; un gentil compliment ; la lecture d’un article passionnant ; une douche chaude ; un jeu avec des amis ; l’annonce d’une bonne nouvelle ; ... A y penser, la liste peut vite s’allonger.

 

Pour vivre mieux, il est important de détecter ces moments positifs, même furtifs. Additionnés, ils créeront un état d’esprit positif, un meilleur équilibre de vie. Ce rituel de recherche d’enchantements devient rapidement contagieux. Un cercle vertueux de création de chouettes moments se met en marche.

 

Certaines et certains les inscrivent même dans un petit carnet et les relisent lorsque le ciel s’assombrit. 5 à 6 points positifs par jour changent la perception du quotidien. La vie en rose devient possible. Ce quintet ou sextet d’instants privilégiés redonnent rapidement le sourire. « Le plaisir qui fait vivre est celui que l’on prend le temps de savourer et qui est souvent fait de choses simples », écrit Evelyne Bissone Jeufroy, Psychologue et Coach, dans son ouvrage « Quatre plaisirs par jour, au minimum ! ». En constituant cette collection de petits bonheurs, nous serons tentés à en créer de nouveaux. Je cède ma place à une dame âgée dans le bus et voici une ligne de plus dans mon inventaire quotidien des beaux moments de la vie. Je fais rire un collège et voilà un point positif en sus.

 

Ces additions de petits bonheurs seront un magnifique levier pour apprendre à se faire plaisir et à faire plaisir à autrui, l’un n’allant pas sans l’autre. Savourer l’instant présent, en évitant de ressasser les frustrations passées et d’angoisser quant aux peurs du futur, est sain.

Ce positivisme n’est pas une béatitude idiote ou une naïveté excessive ; juste un moyen pour vivre plus légèrement, en se souciant de soi et des autres. Il libère l’esprit !

 

Le bonheur ne se décrète pas. Il est néanmoins possible de favoriser un état d’esprit plus joyeux en valorisant ces bouts de vie positifs. La bonne humeur est accessible à toutes et tous. La vie est courte, alors abusez d’elle ! Et chaque matin méditez sur ce qu’Henry David Thoreau écrivait : « Chaque matin était une joyeuse invitation à mettre ma vie, dans sa simplicité, et je pourrais dire son innocence, à l’unisson avec la nature elle-même. »

 

Christian Brunier

 

18/07/2017

Soirée concert, à Saint-Siffret, dédiée au Taarab de Zanzibar …

Nous allons écouter Rajab Suleiman et Kithara, dans le cadre du Festival « Autres Rivages ». Ce groupe de Zanzibar rassemble quelques grand-e-s musicien-ne-s de cette île au large de la Tanzanie : Rajab Suleiman, Saada Nassor, Rukia Ramadha ou Makame Faki. Le Taarab de Zanzibar est à l’honneur. Ce genre musical incarne la musique populaire de Tanzanie et du Kenya, influencée par les rythmes et les harmonies des Grands Lacs africains, mais surtout de l’Egypte, du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et du sous-continent indien. Taarab est un mot d’origine arabe signifiant « extase », « émoi ». Il caractérise très bien cette musique, incarnation des terres baignées par le soleil. L’oud, la basse, les percussions, les voix et le qanûn de Rajab Suleiman importent les airs au croisement de l’Afrique et de l’Orient sur les terres d’Occitanie. Les chants en swahili nous transportent. Nos rêves gambadent à travers les continents. Carrefour des civilisations, cette musique épicées est pleine de saveurs aussi riches que son métissage culturel. Plus les êtres humains s’unissent, plus ils mélangent leurs talents, plus leurs créations sont intéressantes. Admiration toute particulière pour Saada Nassor, voix extraordinaire de cette famille musicale. Quelle est belle cette musique multiculturelle et chaleureuse.

P1010320.JPG

07:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)