24/12/2017

Pour le respect de tous les groupes ethniques à Myanmar

« Ces personnes qui harcèlent les musulmans devraient se rappeler de Bouddha. Dans des situations similaires, il aurait aidé ces pauvres musulmans », Dalaï-lama Noël sonne à nos portes avec tous ses beaux élans de fraternité. Pourtant, dans un silence relativement grand de l’opinion internationale, les musulmans rohingyas de Birmanie subissent une épuration ethnique, purement odieuse. Massacres en tout genre, tortures, humiliations, viols, maisons et villages incendiés, ce peuple vit un véritable génocide de la part de sectes bouddhistes intégristes et de l’armée birmane.


Depuis fin août, près de 650'000 musulmans rohingyas ont fui vers le Bangladesh. Les tueries se multiplient. Il y a quelques jours, l’organisation de défense des droits humains « Human Rights Watch » publiait des témoignages accablants suite au carnage du village de Tula Toli. L’horreur totale ! Selon 18 confessions enregistrées, des soldats ont exécuté sommairement des centaines d’hommes, avant de violer des femmes en grand nombre. Boucherie suprême, plusieurs bébés ont été jetés à l’eau et dans des fosses. A Tula Toli et dans les hameaux riverains, 746 habitations de Rohingya ont été détruites et brûlées. Mais que fait Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix et Cheffe du gouvernement de ce pays magnifique, la Birmanie, Myanmar ? Nous avons défilé tant de fois pour la faire sortir de prison lorsqu’elle était détenue, par la dictature, pour ses idées pacifistes et démocratiques ; avons signé des tonnes d’appels et de pétitions en sa faveur ; avons prononcé des discours et multiplié les interventions en tant que parlementaires pour casser ses barreaux. Nous l’avons admirée, peut-être idéalisée. Ses valeurs humanistes se sont tus, tandis que les bains de sang d’une partie de son peuple se développent à l’encontre d’une autre partie de sa communauté. Les grandes démocraties de ce monde sont, elles aussi, bien inactives. Est-ce parce que cette boucherie touche des musulmans ? Je ne l’espère pas … Toute atteinte à la vie humaine doit être combattue avec la même vigueur. Humanistes de tout pays, unissons-nous pour faire taire les armes dans ce pays, comme dans les autres, et pour que les sanguinaires birmans soient arrêtés, puis jugés par les tribunaux pour crime contre l’humanité. Christian Brunier

Commentaires

Votre devise est "carpe diem". Certes, mais et le reste?

De désinformations en fake news, de l'usage de chiffres (où est passé le 1,2 millions de rohingyas passés au Bangladesh?) et de rapports plus que douteux sur les milliers de morts du fait de l'armée birmane si ce n'était des moines bouddhistes,

Carpe diem? Condamner, accuser de votre local confortable, sans rien connaître des réalités de ce coin de l'Asie?

à commencer par la base: les rohingyas ne sont pas une ethnie. Ni de Birmanie dont ils ne parlent aucune langue, ni d'ailleurs. Mais des peuplades de pauvres musulmans incultes, majoritairement du Bangladesh, entrées sans papiers en Birmanie parce que cela leur était le plus facile, d'abord pour fuir les conflits sur sol bangladais et en Inde.

En continuant par leur soit-disant retrait de citoyenneté des lois birmanes de 1982. En omettant les intérêts islamistes dans leur soutiens fournis à l'ARSA. En ignorant ceux des chinois..


à commencer par le fait que le mot rohingya n'est pas le nom d'un peuple. Mais une expression des birmans pour désigner ces clandestins venus du Bangladesh, traduite phonétiquement par les colons anglais, c'est ce mot rohingya, choisi en 1950 par les mujahidens dans leur objectif d'obtenir l'indépendance de l'Etat de Rakhin (Arakan) et d'y établir l'islam, qui est maintenant l'emblême des défenseurs musulmans de la même cause.

Connaître quelques vérités factuelles vous permetrait de faire avancer le schmilblick. Ce qui n'est pas le cas de la course à la désinformation pro arabo-islamiste à laquelle vous participez - n'en déplaise à votre devise "Carpe diem, mais sans le reste"

Je vous invite à vous ré-informer et lire "les rohingyas pour les nuls". slobodan despot. sentinelles info. ou d'autres sites de désinfo en français.

Merci (surtout pour les lecteurs) si vous ne me censurez pas - pour ma part, je connais la situation birmane, & j'ai l'habitude d'être en accès bloqué ou censurée sur cette plateforme. Vous pouvez me contacter si questions.

Bonnes fêtes à vous!

Écrit par : divergente | 24/12/2017

" unissons-nous pour faire taire les armes dans ce pays, comme dans les autres,"

Rendez-vous sur place! Ce n'est pas derrière votre ordinateur, bien à l'abri..." que vous pourrez faire avancer les choses!

Écrit par : Patoucha | 24/12/2017

Vous méconnaissez complètement ce que vous souhaitez défendre.

Il y a plus de 167 groupes ethniques en Birmanie.
La dernière constitution birmane n'en reconnaît que 130.

Les rohingyas ne sont pas une ethnie, ce sont des immigrants clandestins et ce conflit oppose deux pays concernés: Birmanie et Bangladesh, pour qui c'est le même problème.

Pendant quelque temps, l'UNHCR a payé 20'000$ au Bangladesh, par "rohingya" enregistré à qui le gouvernement reconnaissait une identité bengali. Le jour où cette "subvention" a été arrêtée, le Bangladesh a stoppé l'enregistrement des identités et rejeté tout musulman. Après avoir proposé de leur dédier une île en guise de camp: le Bangladesh ne veut plus reconnaître ces musulmans - complètement dépendants d'aides, et sources de conflits sociaux au Bangladesh.

Ce qui n'est qu'un tout petit volet de la question.

Pour résumer ceux que vous taclez: qui ne sont non pas les minorités de Birmanie,

mais les rohingyas exclusivement (faire preuve d'honnêteté dans votre billet ne saurait nuire),
ces migrants sans papiers et analphabètes (sans possessions de terres birmanes non plus!)
sont des "candidats papyrus" que l'ONU veut imposer à la Birmanie.

Merci pour votre désinformation, et bonnes fêtes aux lecteurs!

Écrit par : divergente | 24/12/2017

Au lieu de vous occuper de la Birmanie vous devriez vous demander pourquoi notre voisin la France dont nous sommes de plus en plus dépendant en électricité à besoin de 100.000 personnes pour assurer la sécurité de Noël sans parler des centrales qu'il faut protéger toute l'année.

Écrit par : Maendly Norbert | 25/12/2017

Vous censurez mes commentaires, c'est ok pour moi. Mais tant qu'à faire, je vous invite à ouvrir votre angle d'approche, lire le sujet & mes posts sur le site de globalepresse.net (global relay network, info alternative) :
https://globalepresse.net/2017/12/01/les-rohingyas-pour-les-nuls/

Si je réagis à vos méconnaissances, c'est parce que la "vérité des faits" me tient à coeur, c'est en raison des conséquences de la désinfo généralisée qui s'est emparée pour des buts qui vous feraient défriser, du sujet "rohingya", une stratégie géopolitique (dont les intérêts devraient être votre cible) & qui "travaille" lourdement par le canal de l'ong Human Rights Watch (au départ, composée d'un arabo-musulman, seul, à Londres), size au Canada (a créé de nombreuses filiales en peu de temps). Quant à la situation birmane, j'en discute de source directe - de mes multiples séjours en Birmanie dans les années 1980, de mes contacts avec birmans, journalistes, presse birmane & réfugiés birmans en Australie, dont certains retournés en Birmanie depuis.

J'imagine que vous avez peut-être écrit votre billet dans une précipitation euphorique - entre 2 coupes, histoire de tromper l'attente d'un bon réveillon
Cheers! bonnes fêtes de fin d'année!

Écrit par : divergente | 25/12/2017

Tentative de déstabilisation de la Birmanie par l'instrumentalisation des islamistes (comme partout ailleurs: Afghanistan, Yougoslavie, etc.) dont le but est d'encercler la Chine sur son flanc sud.

Écrit par : Daniel | 25/12/2017

Les commentaires sont fermés.