04/01/2019

Carpe diem du 4 janvier 2019 …

 Le 4 janvier 1960, l’écrivain, journaliste, philosophe, militant, être de conviction, Albert Camus se tuait en bagnole, sur les routes de Villeblevin, dans l’Yonne. Je ne veux pas vous plomber la journée, étant un positiviste convaincu. Juste rendre hommage à ce grand penseur et faire, à cette occasion, l’apologie de la Liberté. Juste vous inciter à lire ou relire les textes de cet homme de lettres qui sublimait la liberté. Cet esprit romantique de liberté qui pourrait être un vaccin contre le populisme pervers galopant dans le monde. Cette liberté qui le poussa à s’engager dans la Résistance contre l’horreur nazie. Cette liberté qui le mobilisa contre le colonialisme. Cette liberté qui caractérisa son socialisme humaniste et libertaire, antagoniste du stalinisme écrasant, à l’époque, l’Europe de l’Est. Ecoutons, encore, Camus : « Si l’homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout. »

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.