Carpe diem du 8 janvier 2019 aux dirigeant-e-s d’entreprise …

Ne disons plus où, quand et comment bosser à nos équipes … Plus où !

Assis derrière son bureau, durant toute une journée, était le sort des employé-e-s administratif-ive-s, il y a plus d’un siècle. Depuis, les technologies portables se sont développées. Avec un smartphone et un ordinateur potable, nous pouvons désormais travailler dans le monde entier, comme au bureau. Toutefois, encore des millions de personnes passent, toute la journée, coincées derrière leur bureau. Tout à changer autour de nous, les technologies ont bouleversé la planète, mais nous continuons à bosser comme nos ancêtres. Ceci n’a aucun sens.

Nous devons faire péter la place de travail traditionnelle. Le but est de travailler dans le lieu le plus adapté en fonction de nos usages et de nos envies ; comme dans nos domiciles. Selon notre usage, nous cuisinons dans notre cuisine et dormons, en principe, dans notre chambre. Selon nos envies, certains lisent enfermés dans une pièce ; d’autres devant leur TV. En sus, nos désirs évoluent, selon différents paramètres ou selon l’humeur de l’instant. Au boulot, c’est pareil. Pratiquement, plus personne n’effectue la même tâche durant 8 heures. Nous avons besoin, pour certains travaux ou pour répondre à nos inclinations du moment, d’être seu-el dans un lieu calme, ou dans une salle favorisant la créativité de groupe, ou dans un site convivial. Choisir le meilleur endroit pour bien créer et pour ressentir un sentiment agréable. Ne pas imposer le « où » permet aussi aux collaboratrices et collaborateurs de mieux équilibrer leur vie privée avec leur vie prof, et d’optimiser leur déplacement, notamment d’un point de vue écologique.

Les lieux traditionnels de travail sont, de plus, très individualisés. Pourtant, les personnes seules, même talentueuses, n’arrivent pas à grand-chose. L’intelligence trouve son essor dans le collectif. Nous avons donc besoin de lieux favorisant l’échange, la coopération, le dialogue, l’expérimentation, bref un travail en réseaux agile créant l’intelligence collective.

Foutons la paix à nos équipes, laissons-les agir comme elles le souhaitent, la quantité et la qualité de leur travail étant plus importantes que le lieu où elles l’accomplissent. Portez-vous bien !

Les commentaires sont fermés.