09/01/2019

40% pour rechercher son bonheur

Carpe diem du 9 janvier 2019 …

A travers une multitude d’études, Sonja Lyubomirsky a cherché les facteurs pouvant influencer le niveau du bonheur.

Selon cette éminente professeure de psychologie, spécialiste de la psychologie positive, vos gènes influencent à 50% votre comportement face au bonheur. Nous sommes plutôt enclins au positivisme ou assez vite déprimés, négatifs.

 Les circonstances influent à 10% votre état de bien-être. Il est clair que lors d’un pépin de la vie ou d’un décès, nous sommes généralement dans le négatif. A l’opposé, lors d’une fête ou d’un heureux événement, le sourire, voire le rire, s’impose.

Finalement, Sonja Lyubomirsky, auteure notamment du best-seller « Le comment du bonheur : une approche scientifique pour obtenir la vie que vous voulez », démontre que 40% de votre état de bonheur vous appartiennent totalement. Il s’agit de l’influence d’actions volontaires vous tirant vers la lumière ou l’ombre de vos pensées. Connaissez-vous beaucoup de domaines que vous pouvez influencer autant ? Méditation, écriture d’un journal des bons moments vécus, vision positive des événements, encouragement à l’humour, prise de distance sur les événements, liens sociaux denses, lecture d’ouvrages de psycho positive, …, les recettes possibles sont nombreuses pour utiliser ces 40% de volontariat pour mieux vivre soi-même et avec les autres.

Ces outils doivent se muter en un véritable entraînement au contentement. La neuropsychologie prouve que ce changement d’état d’esprit modifie, progressivement, nos câblages cérébraux. Osons le bonheur !

bidon..png

07:07 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Ne pas hésiter à se demander pourquoi de tels échecs ou peines de coeur voire à changer de mentalité. La religion bien comprise "non ensemble de superstitions" peut être un apport et Françoise Dolto, médecin et incontournable psychanalyste, par exemple, l'affirmait haut et fort… la religion n'est pas inutile sans oublier que l'enfant non désiré risque d'être marqué à vie, y compris systèmes nerveux et cardiaque. Il peut se ressentir "étrange étranger.e en terre étrangère", parole dite de autiste mais pas en l'occurrence sans fondement… il peut se ressentir non aimé sans comprendre pourquoi mais en se faisant traiter d'égoïste ne pensant qu'à lui ou à elle parce que l'entourage de l'enfant peut être aimant et disponible.
Dés la fin du second mois de grossesse le foetus s'imprègne comme une éponge du ressenti de sa mère.


Un grand problème, tragique de manière évidente est que des études comme celles présentées en votre article restent inconnues des milieux les plus socialement éprouvés.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.