12/01/2019

On a de la chance d'être né-e ici !

« On a de la chance d’être née ici », dit une reporter française, de retour d’un reportage en Syrie, sur une ligne de front. Cette déclaration, parfaitement juste, est une invitation à méditer sur notre sort. Bien sûr, nous pouvons connaître des emmerdes, rencontrer des problèmes. Les Gilets jaunes nous le rappellent tous les jours. Plusieurs de leurs revendications sont justes ou compréhensibles, sauf celles basées sur le mépris. Au-delà de ces difficultés, nos régions restent globalement des territoires privilégiés. L’Europe se maintient comme une Terre de paix ; détient, malgré les injustices sociales, nombre de richesses ; déploie un système social des plus élevés au niveau international ; est relativement épargnée par les grands désastres climatiques ; vit dans un espace parmi les plus démocratiques du monde ; évolue dans une assez grande stabilité ; … Ayant un esprit contestataire, un naturel pas vraiment soumis, mon intention n’est pas de vous convaincre que tout va bien et que rien ne doit changer. Le fatalisme et la béatitude ne font pas partie de mes gênes. En se battant pour mieux vivre, nous devons reconnaître tout ce qui va bien chez nous et regarder ce qui se passe ailleurs dans le monde, en ouvrant nos cœurs aux autres. Comment peut-on pleurnicher sur le sort des Européen-ne-s et fermer les portes à des femmes vendues comme esclaves, il y a quelques mois, par Daech et qui sont arrivées à fuir, parfois avec des enfants, après avoir subi des viols collectifs ? Il faut raison garder : combattre les injustices locales, faire preuve de solidarité envers les migrant-e-s victimes de la guerre, de la dictature ou d’autres terreurs, mais également inventorier tous les bienfaits de notre quotidien et de se dire, de temps en temps, qu’on a de la chance d’être, toutes et tous, né-e-s ici !

08:20 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

La chance d'être né ici en est de moins en moins une. L'augmentation effrénée de notre population sous la pression migratoire transforme nos lieux de vie en lieu de souffrance. La densification de l'habitat a des conséquence sur la qualité de nos vies. La pollution qui en découle, le congestionne ment de nos voies de transport, le besoin de produire toujours plus d'énergie pour un pseudo-confort, au risque de nuire à la tranquillité de nos heures de repos (éoliennes, turbines, moteurs de toutes sortes, climatiseurs, ventilateurs,réacteurs, arroseurs etc.) mal réglés qui contribuent à nuire à notre tranquillité. Nous ne pouvons déjà plus nous réjouir TOUS de vivre dans ce beau pays qui l'est de moins en moins.

Écrit par : norbert maendly | 12/01/2019

Après consultation de votre profil sur les réseaux sociaux pertinents, je ne peux m'empêcher de trouver votre analyse sociale et économique, comment dire, étonnante.

Écrit par : Bruno Hubacher | 12/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.