Le Jour du zinc

Le 17 janvier est, dans le Calendrier révolutionnaire, le Jour du zinc. Une bonne excuse pour retrouver ses ami-e-s au bar ! J’aime ces lieux, étant un animal social. J’ai passé des tonnes d’heures dans les bistrots et j’y ai vécu de belles histoires. Le zinc est un espace merveilleux de création de liens humains, de discussions, d’échanges, de joie, d’amitié, de grosse déconne.

Parfois, j’y vais même pour bosser, pour prendre de la distance, tout en vivant en direct les « Brèves de comptoir » de Gourio. Une machine d’inspiration ! Nous pouvons faire l’apologie du bistrot, tant de créations sont nées, de mondes refaits, de mots d’argots concoctés, d’amitiés tissées, d’amours conclus et d’événements arrosés dans ces sites magiques.

Sanctuaire de la vie douce, imaginez une existence sans. Ça serait horrible ! Preuve que sans les bistrots, notre bonheur serait gravement amputé. Profitons de ces havres de joie, de ces capitales de la convivialité et ces royaumes de détente, de ces machines à distraire. Je laisse le génialissime Jean Carmet conclure : « Vider une bouteille avec quelqu’un, c’est une manière pudique de se dire l’amitié. »

Commentaires

  • Comme vous avez raison! Le zinc c`est un signe certain de culture. Dans beaucoup de pays (par exemple a l`est de l`Europe ou je vis en ce moment), le bistrot de quartier est un endroit ou une certaine catégorie de la population se rend souvent des l`ouverture dans l`idée fixe de se souler et ou, apres quelques verres de mauvais alcool, se retrouve dans un état fatalement plus proche du protozoaire que de l`animal social.

Les commentaires sont fermés.