27/01/2019

Novecento

Avec des amis, nous avons admiré le spectacle « Novecento », au Théâtre de la Porte-de-Saint-Martin, à Paris, avec André Dussollier et un groupe de jazz fabuleux. Nous avons pris un plaisir fou à revivre la légende de Novecento. Ce pianiste imaginaire est né, en 1920, sur un paquebot. Abandonné à bord, ce bébé a été retrouvé dans une caisse posée sur le piano. Il a été élevé par l’équipage. Il a passé son temps à travailler le piano et à apprendre de la mer. Surdoué, il devient un pianiste hors du commun, un phénomène. Il interprète, avec talent, tous les airs qu’il entend, en y ajoutant des tas de notes. Virtuose spectaculaire, il fascine et enthousiasme les foules. Il multiplie les concerts sur le navire et refuse toujours de mettre un pied à terre. Qualifié de meilleur pianiste du monde, il est une curiosité. L’éloquence de Dussollier est aussi spectaculaire que les performances de Novecento au clavier. André Dussollier a obtenu, en 2015, le Molière du meilleur comédien pour son rôle dans cette pièce, écrite par Alessandro Baricco. Avec le soutien d’un quartet de jazz, Dussollier fait revivre ce talent du clavier. Virevoltant, swinguant, passant du touchant au rigolo, transitant d’un continent à un autre, il offre, au public, un portrait magnifique de Novecento, et transforme l’existence de ce personnage de fiction exceptionnel en un conte de fée. Ce récit est si passionnant, si bien raconté par André Dussollier, si génialement mis en musique par ce groupe de jazz, que nous espérions ne jamais revenir au port pour vivre la fin du spectacle. nove 2.jpg

Les commentaires sont fermés.