Chassons nos préjugés ….

Le préjugé est un poison qui pollue d’éventuelles relations avec l’autre et crée des angoisses personnelles infondées. Les gens ont souvent plein de préjugés qui créent du mépris et de la haine pour les autres et de la frustration pour soi-même. C’est fréquemment la différence ou l’inconnu qui crée ces peurs et génère des idées basées sur de faux schémas. Le xénophobe n’aime pas l’étranger (l’inconnu) qu’il imagine mal intégré, profiteur, voleur, voire dangereux. En revanche, il est pote au boulot avec son collègue d’un autre pays et trouve son voisin de pallier, venant d’un autre endroit du monde, hyper sympa, juste parce qu’il les connaît, que l’angoisse de l’inexploré est repoussée.

Ces stéréotypes sont générateurs des pires idées : racisme, misogynie, homophobie, intolérance, violence, intégrisme, génocide, ... Ces croyances erronées sont à l’origine des pires démences, guerres, délires, actes totalitaires, violations des droits humains. Les préjugés sur les Juifs ont déclenché l’un des plus grands massacres de notre histoire ; les préjugés sur les Occidentaux sont à la racine de nombres d’attentats intégristes islamiques ; les préjugés sur les réfugié-e-s provoquent le rejet odieux d’êtres humains ; les préjugés sur les femmes forment le terreau du machisme. Je pourrais poursuivre longuement cette liste peu glorieuse pour l’humanité. Les préjugés imaginent le pire. Les jugements à l’emporte-pièce germent dans les impuretés de l’esprit. La bienveillance voit ce qui réunit, rassemble, le bon chez les autres et soi-même. La confiance génère la confiance ; le beau appelle le beau ! Il faut sortir du prêt-à-penser, casser les caricatures sur les autres, tuer les préjugés.

« La raison, le jugement, viennent lentement ; les préjugés accourent en foule », écrivait l’humaniste Jean-Jacques Rousseau. Convoquons la sagesse pour construire un avenir positif basé sur la raison et non pas dans les ténèbres des préjugés.

Les commentaires sont fermés.