Carpe diem du 21 mars 2019 … Pour un « Green New Deal » d’ampleur planétaire

Face aux délires climatiques, la députée américaine, Alexandria Ocasio-Cortez, réclame un « Green New Deal ». A l’image du « New Deal » de Franklin Roosevelt qui, dans les années 1930, avait été un immense électrochoc pour bouleverser, très rapidement, le monde économique de l’époque, totalement en crise, la jeune élue démocrate appelle au sursaut environnemental pour transformer l’état de notre planète, au bord du suicide. Une mobilisation générale en faveur de l’environnement, de notre maison commune.

Son « Green New Deal » s’avère un savant cocktail, très bien équilibré, entre le social et l’écologie, sans oublier une économie durable et responsable. Développement des énergies renouvelables, efficience énergétique, agriculture biologique, interdiction de la vente de véhicules thermiques d’ici 2040, abandon de la politique de subventionnement du charbon et du pétrole, création d’emplois liés à la transition énergétique, se conjuguent avec la mise en œuvre d’un système de santé public universel, de droits du travail axés sur la création d’emplois et de la gratuité des universités publiques.

La représentante du 14ᵉ district de New York à la Chambre des représentants des États-Unis siffle la fin de la récréation politique. Elle invite à sortir du déni, de l’inaction ou du bla-bla pour passer à l’action déterminée. Comme nous le demandent des milliers de lycéen-ne-s chaque vendredi, nous devons adopter un programme de transition écologique d’exception, si nous voulons donner de l’espoir aux générations suivantes. Ecoutons Alexandria Ocasio-Cortez, la plus jeune représentante jamais élue au Congrès américain, qui incarne cette nouvelle politique. « Le changement demande du courage », lâche-t-elle dans ses discours. Avoir le courage de sauver la planète est bien le seul moyen de laisser un héritage positif à nos enfants et nos petits-enfants.

Commentaires

  • Je crois plutôt aux « foudres du ciel », vieilles comme le temps, contre lesquelles l’homme n’y est pour rien et n’y peut rien! Le ciel n’a pas fini de faire des siennes. Et quand la nature se fâche.....

Les commentaires sont fermés.