Carpe diem du 28 mai 2019 … Ne jamais rien regretter …

« Non ! Rien de rien … Non ! Je ne regrette rien ... Ni le bien qu'on m'a fait, ni le mal ; tout ça m'est bien égal ! », Edith Piaf. Le regret est une condamnation à la peine de remords. Le Larousse le définit ainsi : « Mécontentement, contrariété, déplaisir causé par quelque chose que l’on déplore, par la non-réalisation d’un désir, d’un souhait. Chagrin, repentir d’avoir fait ou de ne pas avoir fait. »

Ressasser le passé, ne mène à rien. Tu n’as aucun moyen de revenir en arrière pour rattraper la situation. Tu as beau repasser ce mauvais souvenir en long et en large, tu ne l’influenceras plus. Tu te pourriras la vie pour rien. Cette prise de tête inutile est nuisible au bon fonctionnement humain. Pesante, cette émotion négative est créatrice de malheur. Elle nous plonge dans l’impuissance, dans un sentiment de dévalorisation. Elle doit donc être rejetée, combattue farouchement, pour rechercher un meilleur équilibre. L’être humain ne peut pas revenir en arrière. Il doit se propulser vers l’avenir et, surtout, apprécier tous les bons moments, même petits, du présent. Le rétroviseur doit nous servir à comprendre le passé pour mieux aborder le futur, et non pas à s’enfoncer dans les méandres de nos échecs passés. Ce révisionnisme de sa propre histoire nous inflige une souffrance psy pouvant être énorme. Il est sage de s’inspirer d’Epictète, qui affirmait : « C’est un homme sage, celui qui ne regrette pas ce qu’il n’a pas, mais se réjouit de ce qu’il possède. » On ne trouve jamais le bonheur où nous l’avons perdu. Le regret est un tueur de rêves. Il fusille le désir et nous enfonce dans la frustration. Si le rejet du regret, de ce sentiment négatif, est salutaire pour bien vivre, ceci ne veut pas dire que tu ne dois pas analyser tes échecs, tes erreurs ou tes nostalgies frustratrices pour éviter de les renouveler. Apprendre de ses erreurs est aussi un moyen pour mener une existence plus heureuse, plus sereine ; pour construire un avenir plus radieux. Le regret est un déplaisir. Vivre sans, est un moyen de viser la satisfaction. L’anéantir est un acte de salubrité personnelle. Essayons !

Commentaires

  • Ressasser le passé mène à la dépression, trop se préoccuper du futur provoque l'angoisse. Votre solution est la bonne "apprécier tous les bons moments, même petits, du présent" Merci pour votre conseil.

Les commentaires sont fermés.