Journée internationale de la démocratie

Les Nations unies consacrent le 15 septembre à la Journée internationale de la démocratie.

La démocratie est un bien public d’une très grande importance, que nous oublions, malheureusement, lorsque nous en bénéficions pleinement.

Des millions de personnes ont combattu, combattent et combattront pour la conquérir partiellement ou totalement, ou pour la défendre.

La démocratie est un mode de gouvernance favorisant la liberté d’opinion et d’expression. Elle confère le pouvoir directement ou indirectement au peuple. Elle adopte les positions majoritaires, en favorisant, préalablement, le débat. Elle se doit d’ailleurs de protéger les multiples formes de minorités pour garantir les Libertés, avec un grand « L ».

Bien sûr, son application diffère d’une région à une autre ; peut dysfonctionner dans certains territoires. Il faut continuellement la faire respecter dans son essence la plus parfaite, l’améliorer et la préserver contre toutes dérives autocratiques.

Abraham Lincoln résumait, à la perfection, la vision idéale de son application : La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Avant de critiquer la démocratie, n’oublie pas que des êtres d’exception ont consacré leur vie, parfois l’ont même perdue, pour défendre cette cause, afin d’obtenir le droit de voter et d’être élu-e.

En prenant pleine conscience de ses vertus, nous serons plus fort-e-s pour la protéger face aux différentes formes de totalitarisme, politique ou religieux, qui veulent sa peau.

Commentaires

  • "Abraham Lincoln résumait, à la perfection, la vision idéale de son application : La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple."

    On était loin des lois scélérates qui sont aujourd'hui IMPOSEES aux peuples européens.

  • En me rasant hier matin, j`entendais une sorte de litanie provenir de la cuisine ou j`avais oublié d`éteindre le transistor.apres avoir bu le premier café du jour. Distinguant mal les mots a cause de la distance, j`ai d`abord pensé que c`était la retransmission d`une messe et puis je me suis rappelé que c`était l`heure d`une émission d`analyse politique européenne hebdomadaire dans laquelle le journaliste-animateur était censé interviewer l`un ou l`autre des spécialistes nationaux reconnus sur les événements politiques de la semaine écoulée. L`effet de litanie était du a ce que les questions, tres longues et manifestement lues par le journaliste étaient immédiatement suivies des réponses du spécialiste, elles aussi tres longues et débitéesd`une voix monocorde, sans ponctuation et la moindre trace d`hésitation ou de spontanéité. Bien évidemment, cela ne se passait pas en Suisse.

  • Pour être critique, je dirai qu'actuellement, le peuple a le choix de choisir des personnes qui ne le représentent pas.
    Pour être honnête, c'est un peu moins le cas maintenant puisque pour être élu, il ne faut pas se couper totalement des gens, une étiquette politique ne suffit plus. Néanmoins, les partis écoutent peu le peuple, au contraire, ils veulent imposer leur idéologie contre le peuple d'"ignorants".

    La Suisse avec son système, c'est vrai, oblige une écoute.
    Une élection, c'est le choix du moins mauvais, et l'élu croit qu'il l'est pour tout son programme, c'est là que la démocratie a des ratés

    Les élus doivent représenter le peuple pas une idéologie, celle-ci doit être au mieux une philosophie autour duquel, on avance.

    La démocratie, malgré les ratés, doit être défendu coûte que coûte.
    Mais il y a encore à inventer une démocratie qui sait séparer ce qui touche directement le citoyen dans son environnement quotidien afin d'être très réactif aux malaises, et l'autre partie (armée, finance,...) qui est plus dans le temps long et donc qui ne nécessite pas autant de réactivité.

    Le temps doit être redéfinis en démocratie en fonction des domaines, afin que le temps ne deviennent pas son ennemi (par l'inactivité des gouvernements).

    La démocratie doit travailler sa réactivité si elle veut faire taire les tentations de démocratures comme en Hongrie.

  • Je suis toujours surpris lorsqu'un socialo vante la démocratie car, si on consulte la liste des membres de l'Internationale Socialiste, nous constatons que la démocratie et ce parti ça fait deux !! Dans le fond, la démocratie est incompatible avec la socialisme !

  • Pourtant, il me semble de Weil, Jaurès, Blum, Badinter, Mandela, Gandhi, Sankara, Palme, Soares, … sont de sacrés symboles de démocratie !

  • Monsieur le clou rouillé a a moitié raison, la démocratie est incompatible avec quelque chose mais ce n´est pas le socialisme. Incompatibilité il y a entre démocratie et culture de l´obscurantisme car les ignorants sont de parfaites proies pour les escrocs politiques qui, eux, sont allergiques a la démocratie.

Les commentaires sont fermés.