De l’hydrogène décarboné

Quatre entreprises s’associent pour tester un camion à hydrogène vert à Genève : c’est le défi phare du projet « GoH ! Generation of Hydrogen », issu de la Fondation Nomads.

Hier, Thierry Kensicher, Directeur Logistique et Informatique de Migros Genève ; Jean-François Weber, Directeur Général de GreenGT ; Bruno Jäger, CEO de LARAG ; Jean-Luc Favre de la Fondation Nomads ; et moi-même, en tant que DG de SIG (Services industriels de Genève), avons présenté, aux médias, ce projet innovant qui a pour but de construire et tester le premier camion 40 tonnes local alimenté par de l’hydrogène totalement vert. Ce camion destiné au transport de marchandises circulera à travers la Suisse Romande.

Sous l’égide de la Fondation Nomads, nos 4 entreprises unissent leur savoir-faire pour réaliser ce projet.

Il est crucial de démontrer, dans un premier temps, la viabilité économique et technique d’une filière locale à hydrogène décarboné, pour les camions de transport réduisant les émissions de CO2. Concrètement, le camion sera testé par Migros Genève pour ses livraisons dans la région. L’hydrogène vert sera, quant à lui, de source renouvelable et produit par SIG.

Alors que l’hydrogène est habituellement produit à 95% à partir des énergies fossiles, ce qui est désastreux en termes écologique et de santé publique, SIG s’engage à produire de l’hydrogène 100% renouvelable, à partir du solaire et de l’hydroélectricité, et 100% local, soit genevois.

Leader dans le domaine de la transition énergétique, il est cohérent de relever un tel défi, véritable alternative pour soutenir une mobilité écologique des poids lourds.

Pour réussir ce pari, SIG va construire un électrolyseur, installation qui permettra de séparer les molécules en hydrogène et en oxygène. L’hydrogène sera mis en bonbonne et acheminé dans une station de distribution. A l’arrivée, on obtient un hydrogène zéro émission, de la production à l’utilisation.

Ce travail en réseau, avec des partenaires divers et complémentaires, favorise les synergies et valorise l’intelligence collective. Ses additions démultiplient les idées pour le bien commun.

Cette nouvelle technologie liée à l’hydrogène verte nécessite également la mise en place de filières de formations adaptées à ces changements. La formation est aussi une mission essentielle des acteurs de « GoH ! Generation of Hydrogen », afin de rendre le projet durable dans l’avenir.

100% renouvelable, 100% local, créateur d’emplois, dynamiseur économique, bon pour la planète, ce projet résonne aux recommandations des scientifiques pour lutter contre l’urgence climatique et aux jeunes qui nous rappellent à la raison. Alors, à l’action !

Commentaires

  • L'hydrogène pour les transports lourds est une solution, comme les locomotives. Mais même si on fait de l'hydrogène à partir de l'électricité, il faut savoir que l'hydrogène va être transformé en électricité pour alimenter le moteur électrique. Conséquence, une grosse perte d'énergie dans cette filière.

    Pour les gros camions, probablement qu'il n'y a pas encore d'autres solutions en attendant des batteries assez performantes.

    C'est une solution par défaut qui à l'avantage de ne pas polluer son environnement, c'est déjà bien pour la population. Mais cette filière n'est pas efficace énergétiquement, bien loin des batterie, elle doit être utilisée par défaut.

  • Sans vouloir etre pompeux, des décideurs comme vous monsieur Brunier ainsi que ceux que vous citez sont un honneur pour Geneve. De quoi ne pas perdre foi en le genre humain. Si l´on le test de ces camions est positif, il sera possible de légiférer afin qu´a terme (le plus tot possible) les rues de la ville ne soient accessibles que pour ce type de camion de livraison et ce sera le début d´une nouvelle ere pour Geneve.

  • L´expérience que va acquérir SIG en la fabrication de l´hydrogene propre ne pourrait-elle par la suite etre fructifiée par la commercialisation au-dela du canton? Les bénéfices pourraient etre employés aux développements techniques ultérieurs de SIG. Il faudra alors peut-etre augmenter la capacité de l´électrolyseur mais a une époque d´emprunts a tres bas taux d´intérets cela ne devrait pas poser trop de probleme de trésorerie, surtout si l´emprunt est contracté aupres de la banque cantonale puisque les bénéfices de celle-ci reviennent a la collectivité.

  • Nous allons déjà lancer un pilote. Ensuite, nous verrons. Merci pour vos idées …

Les commentaires sont fermés.