Saisissons les opportunités de la robotisation

La robotisation et l’intelligence artificielle arrivent ; que l’on soit pour ou contre. Que faire ? Se morfondre, fermer les yeux ou tenter d’en tirer des avantages ? Je me classe naturellement dans cette troisième dynamique. Je suis frappé, voire consterné, de constater que les dirigeant-e-s d’entreprise, que je côtoie quotidiennement, ne veulent pas voir cette réalité. L’inaction est de mise, comme si ces évolutions technologiques n’arrivaient pas.

Ce type d’attitudes est indigne et irresponsable, face aux responsabilités que ces personnes devraient assumer et aux salaires que ces gens palpent.

En tant que dirigeant-e-s, nous devons anticiper l’avenir pour garantir la pérennité de nos entreprises et l’avenir de nos collaborateur-trice-s.

Nous devons donc cartographier les postes actuels présents dans nos entreprises. Puis, avec l’aide d’innovateur-trice-s, de futurologues, de spécialistes de l’évolution des métiers, nous allons imaginer les jobs du futur. Entre la photo d’aujourd’hui et celle des métiers d’avenir, nous aurons ensuite des pistes pour inventorier les métiers qui vont disparaître, ceux qui vont être créés et surtout ceux qui vont muter notablement.

Cette analyse favorisera l’anticipation des profils à recruter et définira nos concepts de formation pour évoluer vers les compétences de demain.

Deux seuls buts : Agir vite pour éviter les ruptures sociales et garantir un max de sérénité à l’entreprise, l’urgence n’étant pas de bon conseil.

Parallèlement, les politiques doivent se bouger afin que ces évolutions numériques profitent aux êtres humains, notamment pour travailler moins, et non pas à une poignée de nantis qui verraient, à travers cette robotisation, qu’une opportunité d’accroître encore davantage leurs profits.

 

robot.jpg

Commentaires

  • Vous avez raison, l`intelligence artificielle combinée a la robotique nous arrive plein dessus et les décideurs tant politiques qu`économiques font l`autruche. Si on ne s`y prépare pas de la maniere que vous dites, les entreprises se robotiseront a la va vite sous la contrainte des marchés et des paquets d`emplois devenus tout a coup surannés tomberont comme des mouches sans etre remplacés en nombre suffisant par de nouveaux qui soient adaptés a la situation nouvelle.

    Cela dit, les politiques sont, comme des dinosaures, tres peu réactifs aux changements rapides alors que les chefs d`entreprise ont déja fort a faire avec notamment la concurrence chinoise. Peut-etre que seul des organisation citoyennes composées des politiciens, patrons, économistes et scientifiques bénévoles pourraient faire démarrer les choses ?

Les commentaires sont fermés.