Une Terre, deux peuples, et la paix à tout prix

« La paix n’a pas de frontières ! », Yitzhak Rabin. Le 4 novembre 1995, j’écoutais la radio en rentrant du Bugey lorsque la nouvelle tomba. Je fus littéralement terrassé : un fondamentaliste juif d’extrême droite avait abattu Yitzhak Rabin, Premier ministre d’Israël, partisan de la paix avec ses voisins palestiniens, au terme d’une grande manifestation pacifiste.

Plus qu’un homme, c’est le symbole de fraternité qui avait été assassiné, à Tel Aviv. Après avoir été un guerrier, le travailliste Yitzhak Rabin avait compris que la violence ne réglerait jamais la question israélo-palestinienne. Pour lui, la paix, la reconnaissance mutuelle, le dialogue et la coopération étaient les seules clés pour que ces deux peuples, si proches historiquement et géographiquement, puissent s’épanouir et vivre sereinement ensemble. Il s’était engagé sur cette voie et négociait avec l’Organisation de libéralisation de la Palestine. En 1994, il avait obtenu le Prix Nobel de la Paix, avec son Ministre des Affaires étrangères et ami Shimon Peres et le Président palestinien Yasser Arafat, après avoir signé les accords d’Oslo, très progressistes et porteurs de grands espoirs. Ce document reconnaissait les droits politiques mutuels et légitimes de ces deux peuples et établissait un cadre d’autogouvernement palestinien de deux régions, soit la bande de Gaza et Jéricho, qui devait s’étendre ensuite à d’autres villes de Cisjordanie. Depuis, la flamme de cette belle ambition non-violente a fortement diminué. Evoquer la mémoire d’Yitzhak Rabin et raviver ses valeurs humanistes peuvent rallumer cette lueur d’espoir afin que le peuple juif et le peuple palestinien puissent enfin connaître la paix.

Rabin.jpg

Commentaires

  • Heureusement il y a de plus en plus de Rabin en devenir. Il n`y a qu`a observer les enfants et les adolescents pour se rendre compte qu`ils sont bien moins soumis au schéma de réaction émotionnelle agressif que nous l`étions. Il y a toujours pas mal de la violence dans les rapports sociaux mais celle-ci est de plus en plus mal percue par la majorité des jeunes. Les choses bougent !

  • Veuillez lire : MERCI

  • Merci de ce rappel M. Brunier. La mort de Rabin et surtout l'accession au pouvoir de Netanyahu ont entrainé la région dans une spirale de violence. La politique de Netanyahu a définitivement enterré les accords d'Oslo. Reste l'espoir qu'un dirigeant israélien de bonne volonté reprenne le flambeau de Rabin. Mais en juger les réactions de certains irrédentistes sionistes jusque sur les blogs de la TDG, c'est un processus qui nécessiterait encore beaucoup de temps et d'effort.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel