Le « Léman Express », magnifique outil de la mobilité douce

Quelle émotion, pour moi, d’avoir participé, hier, à l’inauguration officielle du « Léman Express », la colonne vertébrale de chemin fer de Genève et de la région, une avancée gigantesque en faveur de la mobilité douce.

Il y a déjà 19 ans, le 1er février 2000, j’étais l’un des député-e-s qui déposaient le projet de loi, dont l’initiateur était le communiste Jean Spielmann, trop oublié jeudi dernier, ouvrant un crédit d’étude en vue de la réalisation d’une liaison ferroviaire reliant la Gare Cornavin à Annemasse par la Praille et la Gare des Eaux-Vives.

L’objectif de ce projet de loi était de marquer la volonté du canton de Genève de terminer la liaison ferroviaire entre Genève et Annemasse prévue depuis 1881, et plus particulièrement la réalisation, dans les meilleurs délais, du maillon manquant entre La Praille et la Gare des Eaux-Vives. Le projet CEVA (Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse) était né, avant d’être rebaptisé « Léman Express ». Depuis 1912, cette liaison ferroviaire était prévue par une Convention signée entre la Confédération helvétique, les CFF et le canton de Genève. Mais, rien ne bougeait. Notre projet de loi d’étude relançait ce projet centenaire.

L’interconnexion des réseaux CFF de Suisse romande avec ceux de la SNCF de Haute-Savoie représente la condition première qui doit faciliter un transfert significatif du trafic de la route au rail avec à la clé une meilleure maîtrise du trafic, une diminution de la pollution et une amélioration de la santé publique, dans un contexte de besoins croissants de mobilité.

19 ans plus tard, le plus grand réseau européen de rail transfrontalier ouvre ses portes : 40 trains ayant comme identité visuelle « Léman Express » ; 6 lignes de train depuis Coppet, Bellegarde, Evian, Annecy, Saint-Gervais-les-Bains et le Fayet ; 45 gares engagées en France et en Suisse ; 230 km de trait d’union ferrée franco-suisse. En combinaison avec le RegioExpress des CFF (Chemins de fer fédéraux helvétiques), jusqu’à 6 trains par heure et par sens entre Genève et Annemasse rouleront de 5h00 à 00h30, en semaine, et 24h/24h le week-end.

A l’heure de l’urgence climatique, ce réseau tombe à pic.

 

Léman express.jpg

Commentaires

  • Pas si doux, projet surdimensionné, trop d'emprise au sol à mon humble avis.

  • Dixit Xavier Comtesse :
    Et l'aéroport : "Incroyable aucun train direct. Tout passe par Cornavin, rien par Cointrin. À quoi ont pensé les planificateurs ? L’Aéroport, c’est la seule infrastructure commune des suisses et des français dans la région. C’est tout simplement inacceptable."
    On ne saurait mieux dire.

  • Votre ami Thévoz apprécie beaucoup les tags qui salopent l'aspirateur à frontaliers !

  • La pensée positive c'est bien. Et la méthode Coué fonctionne. Je le dis sans ironie.
    Maintenant, pour vraiment favoriser ces bonnes intentions j'attends de la part des décideurs et autres cadres de l'administration de faire preuve d'honnêteté.
    Et dans le cadre du CEVA, il serait à mon avis adéquat de relever l'incohérence de ne pas le voir connecté avec l'aéroport ainsi que l'absence de traversée de la rade qui permettrait le doublement de la capacité avec le bouclage entre la gare des Eaux-Vives et celle de Sécheron.
    Tous ceux qui ignorent volontairement les projets Weibel que tout le monde connait aujourd'hui, paiera le prix fort de son indifférence feinte car il fera partie de ceux qui ont encouragé l'omerta.

  • Ce magnifique outil de la mobilité douce pourrait bien être aussi celui de la délinquance dure quand on sait de qui il nous rapproche.

Les commentaires sont fermés.