09/06/2011

Cessons de fumer, embrassons-nous !

Refusant de politiser un débat qui ne l'est pas, j'avais été le rapporteur de l'initiative genevoise interdisant la fumée passive dans les lieux publics. Il est important de rappeler que cette initiative n'était pas acte de prohibition, mais uniquement une action efficace de santé publique. Les premières études le prouvent.

 

Dix-neuf mois après son entrée en vigueur, les hospitalisations pour des problèmes respiratoires ont baissé de 19%. Les infarctus du myocarde et les angines de poitrines sévères ont diminué de 7%. 

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) précise dans sa Convention-cadre : « Il est clairement établi, sur des bases scientifiques, que l'exposition à la fumée de tabac entraîne la maladie, l'incapacité et la mort. » En Suisse, chaque année, un millier de personnes mouraient à cause de la fumée passive. Selon la Ligue suisse contre le cancer, ces morts s'ajoutaient aux 8000 décès causés par le tabagisme.

 

Dans l'Union européenne,  le tabac est responsable de quelque 650'000 décès chaque année. Et le tabagisme passif a des conséquences fatales pour 80'000 personnes supplémentaires. Selon les experts, en Europe, 25% de tous les décès par cancer et 15% de l'ensemble des décès pourraient être attribués   tabac. Le tabac tue par le cancer, mais aussi à travers les maladies cardio-vasculaires et pulmonaires. Cette initiative sauve la vie d'êtres humains. Bravo à toutes celles et tous ceux ayant soutenu cette proposition bénéfique pour le bien-être de la population.

27/10/2008

Conférence sur les énergies

appro_invitation.jpg

07/09/2008

Prix solaire suisse 2008

« La terre n’est pas un don de nos parents, ce sont nos enfants qui nous la prêtent. »

Antoine de Saint-Exupéry

Avec Claude Haegi, nous avons représenté SIG au Prix solaire suisse 2008 à Zurich. Nous avons présenté l’implication de SIG dans la politique solaire suisse.

En 2004, SIG et les Autorités genevoises ont décidé de multiplier par 10 la production solaire genevoise, passant de 0,5 MW à 5 MW par an. A fin 2008, avec 2 ans d’avance, cet objectif, que beaucoup considéraient irréalisable, sera atteint. Désormais, le petit canton de Genève produit un sixième de l’énergie solaire suisse. De nouveaux objectifs sont donc fixés : 8 MW d’ici 2010 et 15 MW d’ici 2015. A la fin de l’année, SIG inaugurera sa sixième centrale solaire sur le toit de l’usine de Firmenich à Meyrin. Près d’un client de SIG sur 6 a choisi une électricité, de la gamme SIG Vitale, contenant de l’énergie solaire.

La Société d’énergie solaire S.A. (SES) a obtenu le Prix solaire suisse 2008 dans la catégorie « Solaire photovoltaïque » pour son implication dans le solaire et la construction d’une centrale solaire de 550'000 kWh/an sur le toit de son usine. Depuis, cette centrale a été racheté par SIG et est devenue : SIG Solar V.

Tant SES que SIG sont nominées pour le Prix solaire européen. Face au réchauffement climatique et à la raréfaction des énergies fossiles, l’engagement de SIG en faveur du solaire est essentiel et s’inscrit totalement dans ses valeurs de développement durable et de service public.

 

DSCF9682.jpg

 

 

18/07/2008

Pourquoi les SIG veulent installer une centrale chaleur-force au Lignon

Lu dans « Le Courrier » sous l’excellente plume de Philippe Bach

ÉNERGIE - La construction d'une centrale à gaz au Lignon permettrait de desservir 30000 ménages en chaleur et de couvrir 10% des besoins en courant du canton.

Un investissement de plus de 200 millions de francs. Les Services industriels genevois (SIG) aimeraient construire une centrale chaleur-force fonctionnant au gaz sur le site qu'ils occupent au Lignon. La requête en autorisation préalable devrait être déposée au cours du mois. Il s'agit bien d'une centrale chaleur-force et non d'une centrale à gaz classique, précise Christian Brunier, membre de la direction des SIG. C'est-à-dire que l'installation produirait à la fois du courant – environ 280 gigawatts/heure (GWh) d'électricité par an – et de la chaleur – 175 GWh par an – pour chauffer des immeubles et couvrir les besoins en eau chaude sanitaire.

«On n'est donc pas dans le cas de centrales à gaz qui ne produisent que du courant», poursuit M. Brunier.

La différence se mesure en termes de rendement énergétique. Avec une centrale nucléaire, ce rendement n'est que de 33%, la chaleur se dissipant dans un cours d'eau ou en vapeur. Une centrale à gaz classique, à l'instar de celle qu'il est prévu d'implanter à Chavalon, a un rendement de 55%.

Au moins 75% de rendement

Avec une centrale chaleur-force, ce rapport passe à 75%, explique Gilles Garazi, ingénieur environnement aux SIG. Théoriquement, en couplant l'installation à une pompe à chaleur, il est possible de dépasser des rendements de 100%.

Le but est de remplacer toute une série de chaudières fonctionnant au mazout au Lignon, bien sûr, mais aussi de coupler Meyrin au système. Et une interconnexion par le réseau Cadiom (chauffage par incinération des ordures ménagères) fait également partie intégrante du projet. Ce réseau de chauffage à distance dessert la cité d'Onex en récupérant, comme son nom l'indique, la chaleur de l'usine d'incinération des Cheneviers.

Cette liaison de deux réseaux devrait permettre d'optimiser le projet sur le plan énergétique. La centrale sera éteinte durant l'été, lorsque la pollution à l'ozone est la plus importante. Elle ne tournerait qu'environ 200 jours par an. Soit en hiver, lorsque la demande thermique est maximale.

Durant l'été, l'interconnexion avec Cadiom suffirait à assurer la fourniture en chaleur – pour l'eau chaude des immeubles et pour quelques industries qui en ont besoin tout au long de l'année.

Profiter du chantier du tram

Les 283 GWh de courant produits par an représentent à peu près 10% de la consommation actuelle d'électricité du canton et équivalent à près de 60% du courant produit par le barrage de Verbois. De quoi alimenter quelque 78 000 ménages.

De même, au niveau de la chaleur produite, c'est la consommation de 30 000 habitants en chauffage et en eau chaude qui est ainsi assurée. Soit l'équivalent de 16 millions de litres de mazout économisés.

Si la procédure d'autorisation ne rencontre pas d'obstacles majeurs – ce qui n'est pas sûr, le projet ayant d'ores et déjà suscité quelques craintes (lire ci-dessous) –, une demande d'autorisation de construire définitive suivra. La construction pourrait alors débuter en 2010 et la mise en service aurait lieu d'ici à 2012. Quant à la durée d'exploitation, elle pourrait s'étendre sur vingt-cinq ans.

Sur les 200 millions d'investissements, 120 concernent l'usine proprement dite. Quatre-vingts millions seront utilisés pour doter Meyrin d'un système de chauffage à distance. L'idée étant de profiter du chantier du tram pour poser quelques conduites supplémentaires permettant d'acheminer cette chaleur.

Un dossier qui divise la classe politique

Le projet d'installation d'une centrale chaleur-force au Lignon a d'ores et déjà mobilisé quelques forces politiques. La section verniolane des radicaux a ainsi exprimé ses craintes. Celles-ci ont été relayées au niveau cantonal par les élus du grand vieux parti, via une motion estimant que d'autres pistes devaient aussi être explorées. Petit tour d'horizon des positions prises par diverses formations et responsables politiques sur ce dossier.

-Parti socialiste. Roger Deneys, membre de la Commission de l'énergie du Grand Conseil, est plutôt en faveur du projet. Ceci au nom «d'un pragmatisme fataliste». «Mais ma religion n'est pas faite», admet-il. «Si on me prouve qu'on peut se dispenser de cette installation en réalisant des économies d'énergie, je peux encore changer d'avis.» Et le socialiste de relever qu'à droite, les personnes hostiles à cette centrale se recrutent dans les rangs de ceux qui préfèrent l'option nucléaire et l'opposent à celle du gaz.

-Parti libéral. Francis Walpen, député et également membre de la Commission de l'énergie, admet le faible enthousiasme de son parti pour cette centrale. Mais, à titre personnel, il dit son intérêt pour ce projet. «Dans tous les cas, je compte bien amener cette question devant le caucus de notre parti à la fin du mois d'août», explique-t-il.

-Parti radical. Michel Ducret est député. Il a signé la motion critique à l'égard de la centrale. En ce qui le concerne, l'objectif était d'obtenir des informations. «Pour moi, le gaz reste une forme d'énergie de transition qui ne doit pas être négligée», explique-t-il. Architecte de formation, il estime toutefois que les économies d'énergie ne permettront pas de se passer de l'énergie fossile dans un avenir à cinquante ans.

-Parti démocrate-chrétien. François Gillet, membre de la Commission de l'énergie, trouve l'idée d'une centrale à gaz «plutôt positive». «Nous la défendrons en tant qu'énergie de transition.» Et de saluer le fait que le projet a été précisément pensé pour être amorti sur le moyen terme.

-Union démocratique du centre. Le député Eric Leyvraz est quasiment dithyrambique sur le projet. «Il faut du gaz et du nucléaire», estime-t-il.

-Mouvement citoyens genevois. Volontiers critique lorsque le sujet des SIG vient sur le tapis, Eric Stauffer, président du MCG, ne tarit pas d'éloges. «C'est un excellent projet et parfaitement adapté à nos besoins.» Pour lui, le canton doit garantir des sources d'approvisionnement autonomes, «à l'instar de ce que fait Zurich». Le MCG voit d'un mauvais oeil le rapprochement entre EOS (Electricité Ouest Suisse) et Atel. Cette fusion est vue comme une manière de privatiser des installations (comme par exemple les barrages), payées par les citoyens via leurs factures et aujourd'hui remises à des groupes financiers.

- Les Verts. Anne Mahrer, présidente des Verts, relève que, pour l'heure, son parti est opposé au projet. «On se propose d'investir quelque 200 millions dans une nouvelle centrale pour produire de l'énergie et pendant ce temps on ne met pas l'accélérateur sur les économies d'énergie», déplore Mme Mahrer. Mais elle admet que son parti est plutôt divisé sur la question, même si au niveau du caucus des Verts (qui regroupe les instances dirigeantes et les élus), le refus a été très net. «Nous allons agender une assemblée générale cet automne pour trancher la question.»

- La Coordination énergie. Ce regroupement d'associations de défense de l'environnement, de syndicats et de partis de gauche n'a pas encore réussi à se mettre d'accord sur la question. A titre personnel, François Chappaz, secrétaire régional du WWF-Genève, dit son peu d'enthousiasme pour le projet. «C'est une manière de repousser à plus tard les indispensables efforts à faire pour mieux isoler nos bâtiments et passer aux énergies renouvelables.»

12/06/2008

Les vendredis de l’immobilier sur Léman Bleu Télévision

Présentée par Thierry Oppikofer, sponsorisée par le Magazine Prestige Immobilier et le portail internet romand Toutimmobilier.ch, l’émission « Les Vendredis de l’immobilier » est diffusée chaque vendredi sur Léman Bleu Télévision, à 19 h. 30, avec rediffusion à 21 h. 30 et 23 h. 30, ainsi qu’à plusieurs reprises le samedi et le dimanche.

 

 

 

Vendredi 13 juin 2008, l’émission sera consacrée à « Eco21 : SIG à la chasse aux watts »

 

Invités :

 

Edith Page, Responsable Communication éco21

 

Christian Brunier, Directeur Innovation et Communication SIG

1199684408.jpg

 

 

09/06/2008

Le Premier Ministre du Lesotho visite SIG

J’accueille à SIG, avec André Kuenzi (Responsable de la Production électricité à SIG et Directeur de la Société des Forces Motrices de Chancy-Pougny), le Premier Ministre du Lesotho Pakalitha Mosisili, Ministre aussi de la Défense et de la Sécurité nationale. Il est accompagné d’une forte délégation dans laquelle figurent notamment son épouse Matatho Mosisili, l’Ambassadeur de la Mission permanente du Royaume du Lesotho auprès des Nations Unies Mothae A.Maruping et la Première Secrétaire de la Mission du Lesotho à Genève Teboho Tsekoa. Un reporter de la télévision du Lesotho filme le déroulement de la rencontre.

 

 

Le Lesotho est un petit royaume africain enclavé au sein de l’Afrique du Sud. Cette nation fait partie des pays pauvres de la planète, mais est en plein développement. Son produit national brut a doublé ces dix dernières années. Les experts prévoient une croissance de plus de 5 % cette année. Sa richesse est l’eau, et par conséquent son potentiel hydroélectrique. Un grand projet est en cours pour valoriser la puissance du fleuve Orange. Le Lesotho vit aussi de l’industrie textile, premier employeur du pays et de l’élevage. Un tiers de la population travaille dans les mines sud-africaines. Son taux d’alphabétisation est le plus élevé d’Afrique puisqu’il atteint 91 %. Par contre, ce royaume subit le drame du SIDA. Près de 31 % de la population sont contaminés par le virus HIV. Ce taux est l’un des plus importants du monde.

 

 

Après un mot d’accueil et la diffusion d’un court-métrage consacré à la construction du barrage de Verbois, nous visitons la centrale solaire « SIG Solar III », d’une taille imposante puisque sa surface équivaut à deux terrains de football.  Puis, nous visitons le barrage de Verbois. Les mesures environnementales autour du site sont présentées rapidement.

 

Rendez-vous ensuite aux Cheneviers pour découvrir l’usine de traitement et de valorisation énergétique des déchets, guidés par Hervé Guinand (Responsable de l’Activité « Qualité des processus » au Pôle environnement de SIG) et Mathias Goretta (Responsable de l’Activité « Valorisation des déchets » de SIG).

 

 

Le Premier ministre du Lesotho est très impressionné par le haut niveau technique de ces usines, le savoir en ingénierie déployé pour concevoir ces ouvrages et la qualité de l’entretien de ces installations.

1350504037.JPG

02/06/2008

Sur Léman bleu Télévision : Economies d’énergies

Les vendredis de l’immobilier

 

Vendredi 13 juin 2008 à 19 h. 30

 

Emission sur les économies d’énergies

 

Animation : Thierry Oppikofer

 

Invité-e-s :

 

Edith Page, responsable de la communication du programme éco21

 

Christian Brunier, directeur de l’innovation et de la communication de SIG

121826883.jpg

 

 

02/05/2008

Economies d'énergies ou centrales nucléaires ?

Débat au Salon du Livre de Genève

 

 

 

Vendredi 2 mai 2008 – Salon international du Livre et de la Presse de Genève

 

Podium du Village Alternatif de 18 h. à 19 h. 15

 

 

 

Débat sur :

 

« SANTE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE - Des économies énergétiques ou des centrales nucléaires ? »

 

avec Christian van Singer (Conseiller national- Les Verts), Un représentant du Forum suisse de l’énergie, Christian Brunier (Direction générale de SIG), …

1599130215.jpg