18/12/2010

Les partisans du chanvrier ont convoqué hier la presse étrangère. Pour que le débat prenne une ampleur mondiale

Renaud Michiels – Le Matin

 

Sur le front médical ou judiciaire, rien de nouveau dans l’affaire Rappaz. Après cent treize jours de grève de la faim, le chanvrier emprisonné continue à s’affaiblir. Mais aucune suspension de peine n’est en vue. Reste que ses défenseurs ne baissent pas les bras. Mieux, ils veulent maintenant internationaliser le combat. «Si la Suisse veut avoir honte jusqu’à la fin de ses jours, qu’elle laisse mourir Rappaz! Ce serait une tache de sang sur le drapeau suisse!» s’est emporté hier à Genève Michel Sitbon, éditeur français, cofondateur de Cannabis sans frontières et porte-parole du Comité international de soutien à Bernard Rappaz.

 

Avec le sociologue Jean Ziegler, il avait convoqué la presse – surtout étrangère – pour donner une dimension planétaire au débat et exiger une interruption de peine pour le Valaisan. «C’est une question de principe qui dépasse de loin la réalité helvétique, a plaidé Jean Ziegler. Une vie vaut plus que n’importe quel règlement, loi ou décision de justice.» Titre de la conférence de presse: «Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l’Europe?». Un peu exagéré? «Ici, ne rien faire est assimilable à une peine de mort», a rétorqué le Genevois.

 

Un avis manifestement partagé par le conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE) et l’ancien patron du PS genevois Christian Brunier, également présents. «Il est simplement insoutenable, inqualifiable qu’un homme meure dans une prison suisse en 2010», a clamé Jean-Charles Rielle. Christian Brunier a fustigé la lourdeur de la peine – 5 ans et 8 mois de prison – infligée à Bernard Rappaz pour violation grave de la loi sur les stupéfiants. «C’est plus que pour un viol ou même un meurtre s’il est passionnel», a noté le socialiste.

 

Michel Sitbon, lui, a voulu jeter un regard extérieur sur l’affaire Rappaz. «En France, par exemple, on est éberlué. Rappaz demande une simple interruption de peine, on répond: «Qu’il meure!» Les Suisses se rendent-ils compte de l’indécence de ce qui est en train de se passer?» Et l’éditeur de préciser que des personnalités telles que Daniel Cohn-Bendit, José Bové ou Mgr Gaillot ont rallié le comité de soutien. Jean Ziegler a ajouté avoir parlé de l’affaire Rappaz avec la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey: «La présidente n’a aucun pouvoir de décision dans le domaine, mais elle m’a dit son inquiétude, y compris, si Rappaz mourait, pour les dommages sur le prestige de la Suisse.»

 

Malgré ces soutiens, l’affaire Rappaz semble toujours enlisée. Le chanvrier refuse de s’alimenter et tous les recours sont épuisés. «Il reste le recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg», a précisé Maggie Loretan, l’ex-compagne du chanvrier et mère de sa fille de 12 ans. «Bernard est très faible mais un peu euphorique. J’essaie de lui dire que pour continuer un combat il faut être vivant. Mais j’ai peur qu’il s’en aille avant 2011. Il m’a déjà dit que ça ne vaut plus la peine de vivre dans cette société-là.»

Conf presse Rappaz 4.jpg

Image : Keystone

Christian Brunier, Jean Ziegler, Michel Sitbon et Jean-Charles Rielle

 

 

Comité international de soutien à Bernard Rappaz

Le Comité international de soutien à Bernard Rappaz a exposé le combat du chanvrier valaisan vendredi à Genève devant la presse étrangère.

LeMatin.ch

 

Le Comité international de soutien à Bernard Rappaz a exposé le combat du chanvrier valaisan vendredi à Genève devant la presse étrangère. Ce groupe emmené par Jean Ziegler demande une suspension de peine pour que le prisonnier en grève de la faim depuis 113 jours ne meurt pas.

 

«C’est une question de principe qui dépasse de très loin l’événementialité helvétique», a déclaré le sociologue genevois. «La loi est la loi, mais rien ne vaut une vie humaine», a poursuivi Jean Ziegler. Il était accompagné du conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE) et de l’ex-député socialiste Christian Brunier.

 

La dimension internationale du comité était assurée par l’éditeur français Michel Sitbon. Cet homme, qui est aussi président de «Cannabis sans frontières», a entamé un jeûne solidaire depuis 26 jours. Il a expliqué comment, selon lui, l’affaire Rappaz est perçue avec surprise à l’extérieur de la Suisse.

 

Il s’étonne du décalage entre le sentiment général souvent hostile qui prévaut en Suisse à l’encontre de M.Rappaz et le sentiment universel en faveur de sa libération. Il est très facile de récolter des signatures pour l’appel à la libération immédiate de Bernard Rappaz, affirme M.Sitbon.

 

A l’étranger, les gens ne comprennent pas pourquoi les juges suisses appliquent avec tant de rigueur la loi sans apprécier les circonstances, a souligné M.Sitbon. Daniel Cohn-Bendit, José Bové, Mgr Jacques Gaillot ont notamment rallié le comité international de soutien.

 

Etat euphorique

 

L’ex-compagne de M.Rappaz était aussi présente lors de cette conférence de presse qui a eu lieu au Club suisse de la presse. Elle a évoqué l’état euphorique dans lequel se trouve Bernard Rappaz. Elle craint qu’il ne meurt avant la fin de l’année.

 

Le chanvrier purge depuis mars une peine de cinq ans et huit mois pour violation grave de la loi sur les stupéfiants et d’autres délits. Il proteste contre sa condamnation depuis le début de sa détention avec une grève de la faim interrompue à deux reprises. Alors que les voies de recours sont épuisées en Suisse, son avocat a saisi le Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

Conf de presse Rappaz 2.jpg

Image : Keystone

Jean Ziegler, Christian Brunier, et Le conseiller national Jean-Charles Rielle (PS/GE), de gauche a droite, puis devant Michel Sitbon, porte-parole du Comite international de soutien a Bernard Rappaz.

16/12/2010

Comité International de Soutien à Bernard Rappaz

URGENCE!

INVITATION

112ème jour de grève de la faim pour le chanvrier suisse !

 

Conférence de presse à Genève, du Comité international de soutien à Bernard Rappaz, vendredi 17 décembre à 14h au Club Suisse de la Presse, 106, rue de Ferney à Genève.

 

« Veut-on rétablir la peine de mort au cœur de l'Europe ? »

  

À l’annonce du refus de grâce pour Bernard Rappaz par le Grand conseil Valaisan le 18 novembre, Michel Sitbon (éditeur français) a décidé d’entamer un jeûne solidaire afin de « réveiller les consciences face au sort réservé par les autorités suisses à Bernard Rappaz ». Au 29ème jour de son jeûne, il sera à Genève pour y présenter les initiatives en cours du Comité international de soutien à Bernard Rappaz, et lire des témoignages de solidarité venus du monde entier.

 

Parmi les actions engagées par le Comité international de soutien à Bernard Rappaz, l’appel lancé par le vice-président du Comité consultatif des Droits de l’Homme des Nations Unies, Jean Ziegler, et les députés européens français Daniel Cohn Bendit et José Bové rejoints par Mgr Gaillot, et l’ambassadeur de France, Stéphane Hessel.

 

La pétition demandant la libération immédiate de Bernard Rappaz, a reçu de nombreux soutiens, en France comme en Amérique latine, aux États-Unis, et partout en Europe, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas ou d'ailleurs.

 

Pour signer la pétition « Sauvez Rappaz !» : http://supportrappaz.org

 

Vendredi 17 décembre à 14h, le Comité international de soutien à Bernard Rappaz invite à une conférence de presse à Genève, au Club Suisse de la Presse, 106, rue de Ferney.

 

Sont prévues les interventions de : Jean Ziegler, Jean Charles Rielle, Manuela Crettaz, Christian Brunier, et Michel Sitbon.

 

Chacun des intervenants présentera son point de vue sur la situation de Bernard Rappaz au 113ème jour de grève de la faim.

 

Contact Presse : Farid Ghehioueche 0614815679

 

rappaz chapatte.jpg

12/12/2010

Prix Nobel à une chaise libre, mais à une résistance debout

Quand va-t-on arrêter de se coucher devant la dictature chinoise, juste pour attirer ses milliards ? Liu Xiaobo est condamné à 11 ans de prison, juste pour avoir demandé l’application de libertés, énoncées hypocritement dans la Constitution chinoise.

 

Le 10 décembre 2010, le dissident chinois Liu Xiaobo a reçu le Prix Nobel de la Paix, pour sa résistance courageuse contre l’autoritarisme. La Chine l’a empêché de se rendre à Oslo et a brouillé toutes les communications et images consacrées à cet événement en faveur des droits humains.

 

Une chaise vide signifiait l’absence du résistant. Une chaise libre pour un homme prisonnier, un symbole devant faire réfléchir l’opinion publique pour se mobiliser contre le régime ignoble de Pékin.

prix nobel.jpg

 

 

21/11/2010

Production de chanvre : le bal des faux-jetons

En 1971, 343 femmes courageuses signaient le « Manifeste des 343 salopes » affirmant s’être faites avortées clandestinement et demandant le droit à l’interruption volontaire de grossesse. Par leur action de provocation, elles jetaient un pavé dans la marre de l’hypocrisie de l’époque et ouvraient la voie de la liberté ou non de procréer.

 

Aujourd’hui, une telle hypocrisie existe par rapport au chanvre en Suisse. Sa consommation à des fins personnelles est largement tolérée. On utilise cette substance pour élaborer des tisanes, des tissus naturels, des baumes de massage, des huiles ou des confitures.

 

Par ailleurs, les applications thérapeutiques du chanvre sont de plus en plus reconnues. Le monde médical calme des douleurs grâce à cette plante. Elle est prescrite dans bon nombre de cas de sida, d’anorexie, de traitement de chimiothérapie et de sclérose en plaques.

 

Si sur son utilisation, la Suisse est tolérante. Elle l’est beaucoup moins sur sa production.

 

Bernard Rappaz a écopé, en Valais, près de 6 ans de prison ferme principalement pour en avoir cultivé, une peine bien supérieure à celle infligée aux auteurs de violences conjugales, aux tueurs de la route, aux blanchisseurs d’argent sale ou aux violeurs.

 

La justice valaisanne sanctionne, dans l’excès, le marginal, le provocateur, celui qui dérange. Déjà son grand-père et son père, anticléricaux, bouffaient du curé dans ce canton si chrétien, et pourtant si peu dans la compassion. Aujourd’hui, l’establishment local tient sa vengeance.

 

Par rapport à cette peine démesurée, le monde des bien-pensants – les intellectuels, les journalistes, les religieux, les décideurs économiques, les politiques ou le monde juridique -  se tait ou se cache derrière la sacro-sainte justice intouchable. Pis, certains en rajoutent une couche contre Rappaz, le qualifiant même de grand trafiquant de drogue. Quelle hypocrisie !

 

J’ai vécu mon enfance et mon adolescence dans un quartier très populaire de Genève : Aïre-Le-Lignon. Ce n’est pas dans cette cité que j’ai été confronté le plus au cannabis. C’est bien dans ce monde des bien-pensants que j’ai vu le plus de fumeurs de marijuana. C’est parmi les politiciens, les dirigeants d’entreprise, les journalistes et les milieux juridiques que j’ai croisé le plus d’adeptes de la fumette. Certes souvent dans un contexte festif et sans abus gigantesque. Et je ne parle pas de l’alcool, de la cigarette, du cigare ou des médicaments.

 

Le monde s’offusquant de l’attitude de Bernard Rappaz, le poussant à l’auto-peine de mort, forme une belle équipe de faux-jetons.

17/11/2010

Appel contre l’hypocrisie liée à la production de chanvre : Bernard Rappaz ne doit pas mourir !

Aujourd’hui, une hypocrisie existe par rapport au chanvre en Suisse. Sa consommation à des fins personnelles est largement tolérée. On utilise cette substance pour élaborer des tisanes, des tissus naturels, des baumes de massage ou des confitures.

 

Par ailleurs, les applications thérapeutiques du chanvre sont de plus en plus reconnues. Le monde médical calme des douleurs grâce à cette plante. Elle est prescrite dans bon nombre de cas de sida, d’anorexie, de traitement de chimiothérapie et de sclérose en plaques.

 

Si sur son utilisation, la Suisse est tolérante. Elle l’est beaucoup moins sur sa production.

 

Bernard Rappaz a écopé, en Valais, près de 6 ans de prison ferme principalement pour en avoir cultivé, une peine bien supérieure à celle infligée aux auteurs de violences conjugales, aux tueurs de la route ou aux violeurs.

 

Nous, défenseur-euse-s des droits humains, demandons respectueusement, aux parlementaires valaisans de revoir le jugement de Bernard Rappaz en le graciant afin que la justice puisse commuer sa peine infligée en un arrêt à domicile (par exemple avec bracelet, une loi dans ce sens pourrait être votée en urgence en Valais) ou en un régime de semi-détention pour une durée proportionnelle au délit commis.

 

Laurence Fehlmann Rielle, anc. Députée, anc. Présidente du PS Genevois ;

Jean Ziegler, Vice-Président du Comité consultatif du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies;

Liliane Maury Pasquier, Conseillère aux Etats

Ueli Leuenberger, Président des Verts suisses, conseiller national,

Carlo Lamprecht,

Erica Deuber Ziegler, Historienne de l’Art;

Philippe Cohen, Auteur, comédien;

Ariane Blum Brunier, anc. Députée ;

Cyrille Schnyder-Masmerjan, Directrice artistique,

Didier Bonny, anc. Député ;

Alain Vaissade, anc. Maire de Genève ;

Raymond Burki, Dessinateur  de presse ;

Anne-Catherine Menétrey-Savary,

Loly Bolay, Députée, anc. Présidente du Parlement cantonal de Genève,

Mathias Buschbeck, Conseiller municipal de la Ville de Genève,

Christian Brunier, anc. Député, anc. Président du PS Genevois

 

 

14/11/2010

La question du jour :

Genève, Capitale mondiale des droits de la personne, va-t-elle laisser mourir Bernard RAPPAZ (80 jours de grève de la fin) dans son Hôpital universitaire, condamné pour avoir cultivé du chanvre à 6 ans de prison ferme, une peine bien supérieure à celle infligée aux auteurs de violences conjugales, aux tueurs de la route ou aux violeurs ?

 

Un nouveau procès doit avoir lieu pour que la peine soit proportionnelle au délit commis !

Declaration_des_Droits_de_l_Homme_1789-2-e4bb7.jpg

 

12/11/2010

Sauvons le nouveau Farinet

Le Valais célèbre Farinet. Malgré la dévotion à cet insoumis, on incarcère son héritier : Bernard Rappaz. Son crime : avoir planté du cannabis, vieille plante servant à la fumette, mais aussi à produire tissus, confiture, tisane ou baumes médicinaux.

 

Bien sûr, son excès de consommation est dangereux, comme le tabac ou l’alcool. Pourtant, est-ce normal de condamner ce provocateur à près de 6 ans de prison ?

 

En Suisse, on a trop de complaisance par rapport aux maris violents et aux voyous du volant. Par contre, la justice valaisanne montre les dents face à l’indocilité. Au Royaume de la démocratie chrétienne rigide, la marginalité est condamnable et dérange l’establishment traditionaliste.

 

Pour non respect de la loi, Rappaz est condamné. On rajoute une couche parce qu’il n’entre pas dans le moule du prêt-à-penser. Au regard de ses infractions, sa condamnation est disproportionnée et injustifiable du point de vue des droits humains.

 

Dans ce règne de l’arbitraire, les défenseur-euse-s des libertés doivent se mobiliser pour obtenir sa grâce ou la réduction de sa peine afin de la rendre proportionnelle aux infractions commises.

15/09/2010

Un Tribunal de la famille pour le bien-être des enfants et des parents

« Le cœur d’un enfant, c’est grand.

L’amour s’y déverse en cascade. »

Michel Jonasz

 

La société a changé profondément durant ces dernières décennies. Les êtres humains étant plus libres de leur destin et la longévité étant beaucoup plus longue, il est fréquent de voir des couples se séparer et divorcer, choisissant un nouveau parcours de vie davantage en accord avec leurs envies, leurs aspirations et leurs amours. Entre 1969 et 2006, le nombre de mariages pour 1’000 habitants a passé de 8,2 à 6,2 dans le canton de Genève. Dans le même temps, le nombre de divorces pour 1’000 habitants a passé de 1,8 à 3,0.

 

Pourtant, les procédures de séparation et de divorce ne tiennent pas compte de cette évolution de la société. Elles  restent très juridiques, engendrent beaucoup d’affrontements et de tensions dans les familles concernées et sont très douloureuses, particulièrement pour les enfants. Trop souvent, les avocats s’affrontent, les parents se disputent et les juges tranchent. Les décisions aboutissent fréquemment à des situations déséquilibrées pour les enfants et les parents, et coûteuses pour l’ensemble de la société. En Suisse, près de 18'000 enfants n’ont plus aucun contact avec leur père ou parfois leur mère. A ceci s’ajoute près de 80'000 enfants n’ayant plus un contact régulier avec l’un de leurs parents 

 

Or des solutions existent pour instaurer une pratique focalisée sur le bien-être et l’intérêt des familles et des enfants. Des bonnes pratiques ont été testées en Suisse, en Europe et dans le monde. Il suffirait de s’en inspirer pour les rendre contagieuses.

 

L’exemple de Cochem en Allemagne

 

Depuis plus de 15 ans, une coopération a été créée dans l’arrondissement de Cochem entre les Autorités judiciaires, l’Ordre de avocats, les Services de la protection des mineurs et les services spécialisés dans l’aide aux familles pour amener les parents en conflit à trouver des solutions à l’amiable, répondant aux besoins des enfants. L’utilisation des méthodes de résolution des conflits et la médiation sont les clés de ces procédures plus souples, beaucoup plus rapides et axées sur le bon sens et l’humain. Les institutions ne sont là que pour encourager les parents à assumer pleinement leur responsabilité parentale conjointe.

 

Dans cette région allemande, le tribunal axé sur la famille agit très rapidement, le temps pourrissant souvent les conflits et générant de graves incertitudes, spécialement pour les enfants. Dès qu’une séparation ou un divorce est demandé, une audience a lieu dans les 3 à 4 semaines, pour adopter les premières mesures protégeant les enfants et évitant les ruptures de dialogue entre la mère et le père. Un-e travailleur-euse social-e assiste à cette rencontre et prend en charge le dossier pour faciliter les contacts et les prises de décision.

 

Grâce à ce travail interdisciplinaire, le destin des enfants est mieux protégé et les heurts entre les parents diminuent de façon spectaculaire. On trouve dans de ce réseau de compétences spécialisées, à disposition des parents, des juristes, des psychologues, des travailleur-euse-s sociaux-ales et des médiateur-trice-s.

 

Si les parents ne trouvent pas rapidement un accord, les juges peuvent imposer l’intervention d’un-e de ces facilitateur-trice-s. Ils fixent aussi des délais très serrés pour arriver à une convergence de vue. Dans la majorité des cas, cette pratique permet aux parents de trouver un accord à l’amiable déjà lors de la première  audience. L’appel à un réseau d’expertise multidisciplinaire stimule, dans quasiment tous les autres cas, l’élaboration d’une solution harmonieuse pour l’ensemble des parties.

 

Grâce à ce dispositif, les enfants évoluent dans un cadre largement apaisé, malgré la séparation de leurs parents. Ils gardent le contact avec leurs deux parents et sont associés au réaménagement de leur nouveau cadre de vie. Les parents coopèrent aux tâches éducatives et se séparent dans un climat plus sain. Les parents consacrent leur énergie à la mise en œuvre de leur nouvelle existence et à leurs missions de parents, plutôt qu’à s’épuiser dans des luttes néfastes pour tout le monde.

 

D’autres exemples

 

Le Conseil d’Etat fribourgeois a déposé un projet de loi créant un Tribunal de la famille. Il appuie ses réflexions sur les mêmes orientations que celles en vigueur à Cochem. Malheureusement, sous pression de lobbys, le parlement ne l’a pas suivi. En Suisse, la juridiction de Bülach a tenté une expérience de médiation ordonnée qui a été jugée positive.

 

La Coordination romande des organisations paternelles a récemment calculé que des mesures de médiation ordonnée coûteraient 16 millions de francs suisses à notre pays, mais généreraient des économies de procédures judiciaires à hauteur de 300 millions.

 

La défenseure des enfants de la République française dans un rapport stipule : « La médiation familiale favorise l’exercice en commun de l’autorité parentale et l’affirmation d’une responsabilité durable des parents quelle que soit l’histoire de leur couple. »

 

En Norvège, la médiation pour les questions touchant à la famille est obligatoire lorsque des enfants de moins de 16 ans sont concernés. 80% de ces médiations mènent au succès.

 

Un essai en Hollande a montré qu’un accord avait été trouvé dans 61% des cas par une médiation ordonnée.

 

En Amérique du Nord, une compilation d’études a démontré que, durant les 20 dernières années, 50 à 75 % des procédures de médiation ont permis de trouver une entente entre les parents en rupture, alors que les procédures juridiques les avaient conduites dans l’impasse et le conflit.

 

Viser au bien-être de la population

 

Le rôle du monde politique est de viser au bien-être de la population. Par cette mise en œuvre de ce Tribunal de la famille, basée sur l’activation d’un réseau multidisciplinaire de compétences en la matière et une meilleure intégration des structures existantes, il est possible d’améliorer le déroulement des nombreuses séparations et nombreux divorces vécus par  les familles de notre République de Genève. Cette mesure simple sera un acte d’amélioration du droit des enfants.

 

Concrétisons donc cette idée basée sur le bon sens qui conjuguera la satisfaction des familles avec la diminution des surcharges de travail des tribunaux et des institutions sociales.

 

Alain Charbonnier, député PS

Christian Brunier, anc. député et président du PS genevois

11/09/2010

Le sponsor des bourreaux dans la Cité des droits de la personne

J’ai manifesté contre la venue d’Henry Kissinger à Genève. Lorsqu’il était Secrétaire d’Etat des USA, cet individu a grandement favorisé l’instauration de dictatures en Amérique latine. Envahi par la haine contre tous les mouvements de gauche, il a encouragé la torture, les enlèvements, les disparitions de militant-e-s et les assassinats politiques.

 

Il symbolise l’Amérique que je déteste, celle des complots, des magouilles antidémocratiques, des soutiens aux régimes autocratiques et des visions impérialistes. Son rôle dans la guerre du Viêt-Nam est tout aussi odieux. En tant que défenseur des libertés, j’exècre ce triste personnage et regrette amèrement sa venue à Genève, la Cité des droits de la personne. Ce sponsor de bourreaux doit être jugé pour ses crimes !

Manif.JPG

La danse et le chant ont soutenu la manif (Photo : Christian Brunier)