19/05/2016

Début de l’abaissement partiel du Rhône

Les Services Industriels de Genève débuteront l’abaissement partiel du Rhône ce samedi 21 mai, à 12h, au barrage de Verbois. L’opération a été reportée de 24 heures pour des raisons météorologiques. SIG, en collaboration avec CNR et SFMCP, mettent en œuvre un nouveau mode de gestion des sédiments pour garantir la sécurité des populations riveraines, éviter les risques d’inondations en cas de crues, tout en respectant la faune et la flore. Ces opérations se termineront début juin.

Lire la suite

10/05/2016

Géothermie à Genève

Après deux ans de prospection du sous-sol genevois dans le cadre du programme GEothermie 2020, SIG et l’Etat de Genève dévoilent leurs premiers résultats. Cinq zones du canton réunissent les conditions géologiques propices à la géothermie de moyenne profondeur de même que certaines nappes d’eau souterraines peu profondes. Le programme GEothermie 2020, piloté par l’Etat de Genève et mis en oeuvre par SIG, démarre cette année la phase de prospection détaillée.

Lire la suite

04/04/2016

Nos barrages, notre patrimoine

Alpiq va mal. Il veut vendre ses barrages, peut-on lire dans les médias. Cependant, la crise n’est pas uniquement chez Alpiq, mais bien au niveau de la production électrique suisse toute entière.

Lire la suite

03/12/2015

SIG, première entreprise de Suisse dans la transition énergétique

Un classement de l’Office fédéral de l’énergie place SIG en tête des fournisseurs d’électricité dans la transition énergétique. L’OFEN a comparé les prestations dans deux domaines: les programmes d’économie d’énergie et l’électricité d’origine renouvelable. Deux secteurs dans lesquels les Services Industriels de Genève s’affichent en pionniers.

Lire la suite

31/10/2015

Journée d’information grand public GEothermie 2020. Mon discours :

Messieurs les Conseillers d’Etat,

Mesdames, Messieurs, Cher-ère-s ami-e-s,

 

SIG a démarré au début de la semaine de nouveaux tests de prospection du sous-sol genevois dans le cadre du programme du GEothermie2020. Ce programme, piloté par l’Etat et mis en œuvre par SIG, vise à cartographier le sous-sol genevois avec précision et à définir les endroits les plus propices à la géothermie. Nous réalisons une véritable échographie des entrailles de la terre.

 

Nous avons commencé la prospection au début de la semaine à Collex-Bossy, Versoix et à Terre Sainte. Ces tests se dérouleront dans 25 communes genevoises et 8 communes vaudoises limitrophes. Les sondages s’achèveront à la fin du mois de novembre à Meyrin.

 

Nous avons informé les communes concernées au cours de l’été. La plupart d’entre elles ont accueilli notre demande d’effectuer des tests sur leur territoire avec enthousiasme.

 

En effet, cela pourrait déboucher sur des partenariats entre les communes ou la Ville de Genève et SIG. Elles pourraient utiliser cette source d’énergie locale, propre, renouvelable et disponible 24h sur 24 pour des quartiers existants ou pour de nouveaux projets immobiliers ou urbanistiques, comme par ex, le projet La Praille-Acacias-Vernets (PAV). La géothermie pourrait également être utilisée pour chauffer les serres agricoles des maraîchers.

 

SIG a opté pour une approche prudente : d’abord réaliser de la géothermie de moyenne profondeur (-1000m) ce qui permettra de produire du chauffage et ensuite, si les résultats sont concluants, se lancer dans la géothermie de grande profondeur pour produire de l’électricité.

 

Des premiers sondages ont été effectués en août 2014 entre Chancy et Bernex sur un tronçon de 8 km. Les résultats sont encourageants : il pourrait y avoir de l’eau chaude en quantité suffisante pour développer la géothermie dès 500 mètres de profondeur, soit moins profond que présumé. Par conséquent, et c’est une excellente nouvelle, l’eau chaude renfermée dans le sous-sol du bassin genevois sera plus facilement accessible que prévue.

Même si les premiers résultats sont prometteurs, nous ne comptons pas précipiter le développement de la géothermie à Genève. Les forages exploratoires n’auront lieu que lorsque la cartographie des sites sera terminée, c’est-à-dire dès 2018. Quant à la phase d’exploitation, elle débutera ultérieurement en fonction des résultats.

 

SIG a déjà engagé 20 millions dans cette phase de prospection. Cet engagement est une preuve de notre détermination à promouvoir les énergies renouvelables et à développer des énergies propres au niveau local, meilleures pour la planète et notre porte-monnaie.

08/10/2015

Une association pour promouvoir le Contrat de Performance Energétique …

L’association Swissesco a pour but la promotion du modèle d’affaires fondé sur le Contrat de performance énergétique. Ce modèle améliore l’efficacité énergétique et contribue à l’atteinte des objectifs de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération helvétique. Le paiement des prestations s’effectue sur la base des économies d’énergie effectivement réalisées.

Lire la suite

19:00 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0)

19/08/2015

SIG prospecte le sous-sol à Commugny, Coppet et Founex

Les Services Industriels de Genève (SIG) débutent aujourd’hui la prospection du sous-sol de trois communes de Terre Sainte. Cette campagne de deux jours a pour objectif de déterminer si les conditions géologiques permettent de développer de la géothermie de moyenne profondeur. Elle s’intègre dans le programme GEothermie 2020 qui vise à prospecter le sous-sol du bassin genevois.

 

Lire la suite

24/03/2015

La Maison du futur ouvre ses portes à Vessy

 

Les Services industriels de Genève et l’Association Les Berges de Vessy inaugurent aujourd’hui la Maison du futur. Ce nouvel espace genevois destiné  au grand public est dédié à la culture, à l’environnement, à l’eau et à l’énergie. « Glaciers en péril ? » du photographe Nicolas Crispini, et « Alt + 1000 » de la Directrice du Musée des beaux-arts du Locle, Nathalie Herschdorfer, sont les deux premières expositions de la maison du futur.

 

Lire la suite

26/02/2015

SIG baisse ses tarifs de gaz

 

Le Conseil d’administration des Services industriels de Genève a décidé de baisser de 10% en moyenne le prix du gaz naturel, dès le 1er mars 2015. Cet ajustement permet de répercuter la baisse des cours du pétrole auprès de ses clients. Les tarifs du gaz à Genève demeurent inférieurs à la moyenne suisse.

 

 

 

Les Services industriels de Genève annoncent une diminution des tarifs du gaz. Les prix reculeront en moyenne de 0,8 centime/kWh dès le
1er mars 2015, ce qui équivaut à une baisse moyenne de 10%. Cette adaptation est liée à la baisse continue, ces derniers mois, du prix du mazout, sur lequel est indexé celui du gaz naturel.

 

 

 

Dans le détail, la facture de gaz d’un ménage genevois vivant dans un appartement de 80m2 diminuera d’environ 144 francs par an.

 

Pour une entreprise consommant plus de 1’000 MWh par an, l’économie s’élèvera à près de 10'000 francs.

 

Une industrie consommant 10’000 MWh verra sa facture baisser de plus de 100'000 francs par an.

 

 

 

En prenant l’initiative d’ajuster des tarifs qui avaient été fixés pour l’année en cours, SIG veille à satisfaire ses clients et à répercuter les modifications conjoncturelles sur ses prix.

 

 

 

Cette mesure permet à SIG de conserver des tarifs inférieurs à la moyenne helvétique. Elle est en ligne avec les évolutions tarifaires constatées ailleurs en Suisse.

 

05/02/2015

Inauguration de la centrale solaire des TPG …

 

La ligne de mon discours …

 

 

 

Messieurs les Conseillers d’Etat,

 

Madame la présidente du Conseil d’administration des TPG,

 

Monsieur le directeur générale des TPG,

 

Mesdames, Messieurs,

 

Chères et Chers ami-e-s,

 

 

 

Je me réjouis particulièrement d’inaugurer la centrale solaire des TPG, car elle est le fruit d’une collaboration exemplaire entre deux régies publiques avec lesquelles j’ai développé des liens d’affection puisque j’ai été Administrateur des TPG et que je suis le Directeur général de SIG. Ce partenariat repose sur 2 piliers : l’électricité solaire photovoltaïque et l’efficience énergétique. Nous marions le mieux et le moins consommer, socle de la transition énergétique.

 

 

 

La production annuelle de cette centrale équivaut à la consommation de 225 ménages genevois.

 

 

 

Les collaborateurs de SIG posent, entretiennent et réparent des conduites et des câbles souvent souterrains. C’est également le cas dans cette centrale. Nous nous sommes occupés de la connectique. Un travail en toute discrétion, puisque, afin de ne pas perturber le trafic et les activités des TPG, plusieurs de nos équipes ont travaillé la nuit.

 

 

 

Afin d’éviter des pertes d’énergie trop importantes, nos ingénieurs ont cherché les tracés les plus courts possibles pour poser les câbles du toit, où se trouve la centrale solaire, jusqu’au sous-sol, là où est situé le transformateur. Il s’agit d’un savoir-faire particulier puisqu’il a fallu poser et intégrer 5,7 tonnes de câbles et conduites dans ce bâtiment aux multiples activités. Aujourd’hui, il n’y a plus guère de traces visibles de ce travail.

 

 

 

Pour stimuler la construction de centrales photovoltaïques dans le canton de Genève, SIG a créé son propre programme d’incitation financière. SIG propose aux Genevoises et Genevois, qui figurent sur la longue liste d’attente pour bénéficier de la RPC, la Rétribution du courant à prix coûtant (une subvention fédérale), de leur apporter un soutien financier jusqu’à ce que la Confédération helvétique le fasse. Ce programme d’incitation fonctionne bien, puisque l’an dernier 107 nouvelles installations solaires photovoltaïques ont été mises en service et alimentent le réseau électrique du canton.

 

 

 

Il ne suffit pas de produire localement de l’électricité renouvelable et non polluante, encore faut-il la vendre ? J’encourage la population  genevoise à acheter de l’énergie produite par les TPG. Il s’agit d’une forme de solidarité, d’engagement fort pour la planète : des Genevois achètent l’électricité produite par d’autres Genevois. Un « AOC » énergétique alliant proximité, traçabilité, fiabilité, responsabilité sociale et qualité environnementale, à un poil plus cher ; un peu comme l’agroalimentaire où les produits bios, locaux de qualité sont promus.

 

 

 

SIG propose aux consommateurs genevois de choisir la composition de leur courant. Par exemple, si une famille investit en faveur d’une tranche d’électricité d’origine solaire dans son panier d’électricité hydraulique, elle payera 2,10 francs de plus par mois, pour une facture de l’ordre de 58 francs. Cela vaut la peine d’y réfléchir.

 

 

 

SIG fournit, il faut s’en souvenir, à ses clients, une électricité sans nucléaire, à 100% traçable, à 100% certifiée, à 93% totalement renouvelable et à des prix restants compétitifs. C’est l’une des belles performances au niveau mondial.

 

 

 

Deuxième pilier de ce partenariat entre les régies publiques : la mise en place d’un programme d’efficience énergétique. A SIG, nous sommes convaincus que l’énergie la moins chère et la plus écologique est celle que nous ne consommons pas. C’est pourquoi nous incitons les entreprises à faire des économies d’énergie et à mieux contrôler leurs dépenses énergétiques. Certains cassent les prix au détriment de la qualité, nous, nous diminuons la quantité tout en conservant notre haut de fiabilité et notre forte qualité environnementale. Choisir son énergie, c’est effectuer un choix de société.

 

 

 

Les TPG rejoignent les 68 autres entreprises du canton qui ont mis place le programme de SIG intitulé Ambition Négawatt. Parmi elles, on peut citer l’Etat de Genève, la commune de Lancy où nous nous trouvons actuellement, ainsi que l’Aéroport international de Genève (AIG). En un peu moins de 4 ans, ce programme a permis d’économiser 17 millions de kwh, soit la consommation annuelle d’électricité de 5’480 ménages. De plus, les mesures d’efficience énergétique ont permis d’éviter la production de 12’000 tonnes de CO2. Ensemble, nous signons une Charte, un plan d’actions et des objectifs à atteindre. Ensuite, SIG verse aux entreprises participantes 12 centimes pour chaque kwh économisé et 40 francs par tonne de CO2 économisée. Autant dire que leurs efforts sont récompensés.

 

 

 

A l’avenir, les TPG et SIG vont continuer leur collaboration dans le secteur de la production d’électricité renouvelable. Dans le cadre de la construction du nouveau dépôt des TPG, à « En Chardon », près de l’aéroport, SIG construira une nouvelle centrale solaire sur le toit de ce bâtiment. La construction est prévue pour 2018. Les études détaillées viennent de commencer. Ce projet s’intégrera parfaitement dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération et dans la volonté du Conseil d’Etat genevois de développer les nouvelles énergies renouvelables.

 

 

 

La transition énergétique beaucoup en parlent. Nous nous le concrétisons !

 

 

 

Merci de votre attention.

 

 

 

Christian Brunier, Directeur général de SIG