30/10/2010

Nîmes réconciliée avec le taureau

Je signe le manifeste « Pour Nîmes réconciliée avec le taureau, la nouvelle ère de Nemausus ». Nous nous rendons souvent dans cette ville magnifique, fleurant bon l’esprit occitan provençal.

 

La nouvelle ère de Nîmes ne se conçoit qu’à l’échelon de grands défis de la planète. Comme celui de trouver une alternative au modèle de prédation aveugle à l’origine de la crise écologique, financière, économique, alimentaire, énergétique, morale, sociale …

 

L’humain doit développer une éthique dans sa relation au vivant, c’est une question de survie.

 

La tauromachie va à l’inverse de cette humanisation de nos pratiques et de la nécessaire éducation à la non-violence de nos enfants.

 

Le sang ne doit plus assombrir les arènes de Nîmes.

 

Nîmes doit devenir un des foyers de la civilisation du XXIème siècle où la réconciliation de l’homme avec la nature est un passage obligé vers une terre apaisée. La cité possède toutes les intelligences et les énergies, toute la créativité, pour entrer dans une nouvelle ère.

 

Elle peut rejoindre les forces vives du renouveau mondial.

 

Il est urgent pour Nîmes de se réconcilier avec le taureau. Un taureau né pour une vie paisible au sein de son troupeau, et non pour le « combat ».

 

Mettre fin à la tauromachie, c’est une nouvelle façon d’habiter la ville, de la magnifier en retrouvant son identité racine. Ne s’est-elle pas bâtie autour d’un symbole de vie ? La source du sanctuaire celtique, le nemeton, et d’où le nom de Nemausus tire son origine ?

 

Nîmes peut maintenir la feria en se passant de la corrida. Avec son dieu de la source, Nîmes est vouée à devenir une cité engagée dans la protection de ce trésor menacé sur toute la planète : l’eau.

 

Il existe une alternative à la tauromachie. C’est le « Festival de l’eau ».

 

La brillance de la civilisation, voilà l’habit de lumière de Nîmes.

 

Ré-enchantons Nemausus ! Absolument.

 

http://www.anticorrida.com/manifestation/cercle-de-silenc...

corrida_humanite.jpg

 

 

17/10/2010

20% d’éolien en 2030

Dans le registre des bonnes nouvelles, nous pouvons signaler un rapport du Global Energy Wind Council et de Greenpeace estimant le potentiel éolien. Selon cette analyse pointilleuse, l’énergie éolienne pourrait atteindre 20% de la production énergétique mondiale d’ici 2030.

 

Cette évolution favorable de cette énergie très verte engendrerait une économie de plus de 43 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2030. La production de ces 5'400 TWh/an est jugée comme exagérée par la prudente et conservatrice Agence internationale de l’énergie. Mais cet organisme a toujours sous-estimé les énergies vertes et toutes ses projections concernant l’éolien ont toujours été largement dépassées.

 

L’éolien est une énergie positive pour la nature et douce pour l’humanité. Nous devons la soutenir avec vigueur et engouement.

Vache et éolienne.JPG

Photo : Christian Brunier, 2010

 

 

 

 

03/04/2010

Petite contribution pour un monde plus heureux

Pour une chaire d’économie d’énergies à l’Université de Genève

 

Vu la situation climatique catastrophique, les économies d'énergies deviennent un domaine primordial pour tenter d'assurer un développement durable et renforcer le bonheur des générations suivantes. Dans ce contexte, le  monde scientifique se mobilise pour trouver des solutions, comme plusieurs mouvements et quelques entreprises énergétiques, le kWh le moins cher, le moins polluant étant celui que nous ne consommons pas !

 

De nombreuses compétences dans ce domaine sont actives à Genève dans les entreprises, dans les Administrations et dans les écoles, dont l’Université de Genève.

 

Genève a la capacité de prendre le leadership en matière d'économies d'énergies. Un des axes qui valoriserait l'Université de Genève et contribuerait activement à la protection de l'environnement serait de créer une chaire universitaire spécialisée dans ces économies d'énergies. Genève serait ainsi précurseur au niveau international et axerait notre Université vers l'avenir et sur la sauvegarde de l'humanité.

 

Je propose l’idée, fruit d’un échange avec le Président du WWF-Genève Jean-Luc Zanasco,  au Ministre de l’instruction publique Charles Beer.

 

Affaire à suivre …

éCONOMIE éNERGIES.jpg

 

21/03/2010

Chocolat très amer …

Déguisés en orangs-outans, des militant-e-s de Greenpeace ont mené une campagne choc contre le groupe Nestlé. Le mouvement écologique voulait condamner l’utilisation dangereuse d’huile de palme provenant de cultures implantées dans des zones de destruction de forêts tropicales et de tourbières en Indonésie.

 

Cette déforestation est nuisible à l’environnement et à la faune, comme les orangs-outans. Chaque année, 1,8 million d’hectares de forêts disparaissent en Indonésie. Ce massacre contribue gravement au dérèglement climatique. L’Indonésie se situe d’ailleurs sur le podium des plus gros émetteurs de gaz à effets de serre derrière la Chine et les USA.

 

Cette huile de palme est utilisée dans plusieurs produits, dont les barres chocolatées KitKat. La multinationale suisse a quasiment doublé, depuis 2007, sa consommation de ce type d’huile. Ses besoins en la matière s’élèvent à 320'000 tonnes par année et proviennent principalement de la société Sinar Mas, plus gros producteur indonésien et champion de l’implantation au détriment de la forêt.

 

Suite à la médiatisation de cet événement spectaculaire et ironique,  Nestlé a changé de producteurs et promis de veiller à la protection de la nature dans la sélection de son approvisionnement en huile de palme.

 

Quelques mois auparavant, Greenpeace avait tourné un clip parodiant une pub de Dove, marque de produits de beauté consommant elle-aussi de l’huile de palme produit par Sinar Mas. Unilever, propriétaire de Dove, avait immédiatement cassé le contrat le liant au producteur indonésien.

 

Assurément, les actions militantes, alliées à une forme de raillerie, sont efficaces sur l’opinion publique, ayant un pouvoir gigantesque sur les marques.

activiste-orangoutan.jpg

10/02/2010

Des rapaces chassent les pigeons du siège des Services Industriels

LE LIGNON | Pendant deux mois, un fauconnier a ciblé les indésirables pour assainir un dépôt des SIG.

fauconnier.jpg

© P.FRAUTSCHI | Le fauconnier Umberto Nassisi. Le faucon sacre peut voler loin. Il porte donc un émetteur pour être localisé avec un GPS.


LAURENCE NAEF | Tribune de Genève

 

Ils étaient des dizaines de pigeons installés dans les superstructures métalliques d’un dépôt des Services Industriels, sur leur site du Lignon. «Ils nichaient, se reproduisaient et étalaient leurs fientes sur les stocks de tuyaux destinés à l’eau potable. A partir d’un certain stade, outre les dégâts, ce n’est plus très hygiénique», explique Christian Brunier, membre de la direction.

 

Dans notre canton, impossible de les tirer sans une dérogation très spéciale. «Et puis c’est une méthode qui ne s’inscrit pas du tout dans notre politique de développement durable.»

Ainsi, ce que le Stade de Genève avait fait avant l’arrivée de l’Euro, les SIG l’ont adopté cet hiver. Ils ont mandaté Umberto Nassisi, employé des SIS et fauconnier par passion, pour effaroucher les indésirables.

 

A l’assaut des pigeons

 

«A raison de deux mois, quelques jours par semaine, j’ai atteint le but», raconte-t-il. Deux buses de Harris volent en basse altitude, sous le toit du hangar, à l’assaut des pigeons. A l’extérieur, c’est le faucon sacre, oiseau d’altitude, qui les poursuit. Les vitesses atteintes par ces beaux oiseaux au regard pointu sont stupéfiantes.

 

«Les pigeons aussi sont rapides et leur gouvernail leur permet de changer souvent de direction.» Un coup d’aile des rapaces, un vol en plané, une pause pour évaluer la situation, un retour vers le maître qui accueille les buses avec un bout de viande. La routine est bien huilée. Et à la fin du travail, le faucon sacre a droit à un poussin décongelé.

 

Pour l’association Falco

 

«Ce mandat d’effarouchement ne se fait pas en un jour. Les pigeons reviennent dans leur habitat. Au bout de quelques jours, ils reconnaissent ma voiture, s’en vont pour réapparaître dès après mon départ. Il faut ruser, changer d’horaire, agir avec patience. Jusqu’à ce qu’ils en aient suffisamment marre pour ne plus revenir.» Hier, les quelques derniers récalcitrants ont reçu l’ultime visite des rapaces. Une opération à 2500francs qu’il remettra à son association Falco pour les soins aux rapaces.

 

Demain, Umberto Nassisi attaquera un nouveau mandat: vider le local de la Voirie de la Ville de ces indésirables. «Une autre affaire. Le local est immense et fermé, la population de pigeons impressionnante!»

 

L’effarouchement ne suffit pas. «Pour éviter que ça ne recommence, il faut maintenant prendre des mesures, poser des grillages autour des plates-formes sur lesquelles ils avaient construit leurs nids», promet Christian Brunier.

 

Tandis que les SIG se débarrassent des pigeons, ils attirent d’autres oiseaux, des papillons et des insectes en transformant leurs pelouses vertes, traitées et chères à l’entretien, en prairies fleuries, économiques en eau et agréables au regard. Rien de contradictoire. Les rapaces d’Umberto Nassisi ne sont pas au travail pendant les périodes de nidification.

 

18:42 Publié dans Ecologie | Tags : rapaces | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2009

Bordeaux, une inspiration pour Genève

Lettre ouverte aux politiques de tous bords,

 

Salut les ami-e-s,

 

Pendant 11 longues années, je vous ai bassinés, au parlement cantonal genevois, en prônant la fermeture de notre centre-ville à la circulation et en vous parlant d’exemples de plusieurs villes où ce concept s’avérait un succès total.

 

Eh oui, la quasi-totalité des grandes cités européennes, voire mondiales, ont choisi de libérer le centre des cités des voitures pour offrir ces espaces aux piétons, aux vélos et aux transports publics. Mais, aussi aux commerces qui ouvrent leurs boutiques sur l’extérieur et aux restos qui multiplient les terrasses. La convivialité s’installe, Les rues se mutent en lieux de vie et d’animation. La population se réapproprie les rues.

 

Dans notre système polarisé, où trop souvent les luttes idéologiques écrasent l’intérêt général, mon erreur a peut-être été d’évoquer trop souvent des exemples de réussite de cités gouvernées par la gauche. Peut-être parce que je les connaissais mieux et que généralement les grandes villes européennes sont dirigées par la gauche. Certainement, parce que je voulais valoriser mon camp politique.

 

Je reviens de Bordeaux, bastion historique de la droite française. Cette municipalité est gérée par l’ancien Premier Ministre français Alain Juppé, pour qui je n’ai habituellement aucune admiration politique, même si je reconnais son intelligence évidente. Mais là, je suis scié ! En cinq ans, il a fermé la ville à la circulation, développé les transports publics, et propagé les lieux d’amusement et de divertissement. Les commerces sont pleins. L’ambiance est chaleureuse et festive. L’humanité occupe l’espace public.

 

Terminée, la langue de bois ! Le message de la Mairie de Bordeaux est sans équivoque : « C’est bon pour la santé, parfait pour la ligne, excellent pour l’environnement et sans équivalent en terme de sécurité routière. Alors, n’hésitez plus : marchez ! Vous découvrirez un Bordeaux insolite au hasard d’une ruelle jamais empruntée, d’un magasin nouvellement installé ou d’une porte cochère exceptionnellement entrebâillée. La création du réseau de tramway-bus, le nouveau plan de circulation en ville – limitant très fortement l’accès des véhicules au cœur historique de Bordeaux – et l’aménagement des quais jouent en votre faveur en multipliant les voies piétonnes ou semi-piétonnes. » A Genève, Alain Juppé, le leader de droite, serait traité de dogmatique de gauche ou d’écolo extrémiste.

 

En cohérence avec ces aménagements, l’équipe à Juppé a en plus décrété chaque premier dimanche du mois « Dimanche sans voiture ». Ce jour-là, les piétons, les cyclistes et autres rollers s’en donnent à cœur joie.

 

Dans cette capitale du vin, le développement durable, souvent « tarte à la crème », devient réalité. Ses trois dimensions (environnement, social, économie) sont gagnantes ! L’environnement est plus sain. L’économie,  à travers le commerce et le tourisme, prospère. Et l’axe social y trouve son compte grâce à un urbanisme facilitant les contacts et les plaisirs de la vie.

 

Je vous invite donc à faire le déplacement à Bordeaux, à sortir de nos vieux dogmes et à construire ensemble une Genève plus sympathique et bienfaisante pour la qualité de vie.

 

Christian Brunier, ancien député socialiste

bordeaux.jpg

12:33 Publié dans Ecologie | Tags : bordeaux, tram, genève | Lien permanent | Commentaires (2)

27/06/2009

Sauvons notre planète !

DSCF0367.jpg
Photo : Christian Brunier
DSCF0370.jpg
Photo : Christian Brunier

13:49 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2008

Inauguration du réservoir de Choully

Je joue un peu de musique à l’occasion de l’inauguration du réservoir de Choully. Ce réservoir permet d’augmenter significativement la capacité de réserve d’eau potable de Genève et de la France voisine. Le projet est une illustration de la réussite des relations transfrontalières qui se développent aujourd’hui au niveau franco-valdo-genevois. D’ailleurs, le Consul de France à Genève participe à cette inauguration avec le Conseiller d’Etat Robert Cramer.

Ce projet a duré près d’une vingtaine d’années, illustrant les lenteurs genevoises lorsque l’on veut entreprendre. Rien que pour acheter la parcelle et convaincre le voisinage de l’utilité d’un tel ouvrage, il a fallu 10 ans.

Ce réservoir permet à Genève d’avoir un volume d’eau suffisant pour assurer une distribution d’eau sécurisée et d’une qualité remarquable, à un prix dérisoire notamment par rapport aux prix des eaux en bouteilles.

58.jpg

13:50 Publié dans Ecologie | Tags : eau, genève, réservoir | Lien permanent | Commentaires (0)

22/08/2008

Prix solaire suisse 2008 : Le programme

Solpreis2008_200x150.jpg

18. Schweizer Solarpreis 2008

am Freitag, 5. September 2008, ab 09.30 – 13.30 Uhr

Messe Zürich

zum aktuellen Thema

EXPLODIERENDE ERDÖLPREISE -

ENERGIEEFFIZIENTE (SOLAR-)BAUTEN:

DIE CHANCE FÜR MIETER- UND VERMIETER/INNEN

EXPLOSION DU PRIX DU PÉTROLE, -

CONSTRUCTIONS (SOLAIRES) ÉNERGÉTIQUEMENT EFFICACES:

UNE CHANCE POUR LES LOCATAIRES ET LES PROPRIÉTAIRES

Nachhaltigkeitsveranstaltung in Zusammenarbeit und mit Unterstützung von: Zürcher Kantonalbank, „Bauen und Modernisieren“, der grössten Schweizer Baumesse, Service Industrielles de Genève (SIG), Flumroc AG, Oerlikon Solar, BFE / EnergieSchweiz, Swissolar, Ernst Schweizer AG, Foamglas, Suissetec, Kanton Genf (DIAE, ScanE), Lignum, SSES, SVDW, SGB und SGV

Solar Agentur Schweiz (SAS) Postfach 2272 8033 Zürich Tel. 044 252 40 04, Fax 044 252 52 19info@solaragentur.ch

Wegbeschrieb/Situationsplan:

Das Messezentrum Zürich ist erreichbar mit SBB S-Bahnlinien bis Bahnhof Oerlikon, mit den Bus-Linien 63 und 94 bis Messe/Hallenstadion oder mit dem Tram 11.

Programme de la 18e remise du Prix Solaire Suisse 2008

Thème

09.30 Arrivée des invité-e-s, accueil, inscription

10.00 Salutations, bienvenue Marc F. Suter, a. conseiller national, co-président de l‘Agence Solaire Suisse (ASS)

10.05 Ouverture du 18e prix solaire André Biland, chef du salon de la construction de Zurich

10.15 Introduction Gallus Cadonau, directeur de l‘ASS

10.25 Explosion des charges de chauffage Evi Allemann, conseillère nationale, pour les locataires présidente de l‘Association bernoise des locataires

10.40 Le coût de l‘énergie augmente pour les entreprises : crise ou chance ? Peter Malama, conseiller national, directeur de l‘Union bâloise des arts et métiers

10.55 SIG: Partenaire pour l‘utilisation durable de l'énergie Claude Haegi, Vice-président SIG, Président Fedre; a. Conseiller d‘Etat/GE

11.15 Le financement des bâtiments durables une chance,  Dr. Urs Oberholzer, prés. de la BCZ, Zurich

Pause

11.50 Ouverture du Prix Solaire Suisse 2008 Prof. Marc H. Collomb, Président Jury Prix Solaire Suisse, Lausanne

11.55 Introduction et remise des prix: Jürg Steinmann, Resp. communication

Catégorie „personnes et institutions“ Oerlikon Solar, Balzers/Trübbach

12.15 Catégorie „immeubles neufs“ Kurt Frei, Directeur Flumroc SA, Flums

Catégorie „rénovations“

12.45 Catégorie „installations/photovoltaïque“ Christian Brunier, Directeur Innovation et Communication SIG et Damien Sidler, Responsable de la Cellule Energies Nouvelles

Catégorie „installations/thermique“ Hans Ruedi Schweizer, Président CA Ernst Schweizer AG, Hedingen

13.10 Annonce des nominations pour le Prix Solaire Européen 2008 Prof. Marc H. Collomb, Europ. Prix Solaire Suisse et Gallus Cadonau

13.30 Fin de la manifestation, apéritif

Programm 18. Verleihung der Schweizer Solarpreise 2008

Thema

EXPLODIERENDE ERDÖLPREISE -

ENERGIEEFFIZIENTE (SOLAR-)BAUTEN:

DIE CHANCE FÜR MIETER- UND VERMIETER/INNEN

09.30 Eintreffen der Gäste, Empfang, Anmeldung

10.00 Begrüssung/Bienvenue Nationalrat Marc F. Suter, e. Nationalrat, CO-Präsident Solar Agentur Schweiz (SAS)

10.05 Eröffnung des 18. Solarpreises André Biland, Messeleiter, Baumesse Zürich

10.15 Einführung Gallus Cadonau, Geschäftsführer SAS

10.25 Explodierende Heizkosten für Mieter/innen Evi Allemann, Nationalrätin, Präsidentin Mieterverband BE

10.40 Steigende Energiepreise für das Gewerbe : Krise oder Chance ? Peter Malama, Nationalrat, Direktor Gewerbeverband BS

10.55 SIG: Partner für nachhaltige Energienutzung Claude Haegi, Vice-président SIG, Président Fedre; a. Conseiller d‘Etat/GE

11.15 Nachhaltige Gebäudefinanzierung als Chance Dr. Urs Oberholzer, Präsident ZKB, Zürich

Pause

11.50 Einleitung Schweizer Solarpreise 2008 Prof. Marc. H. Collomb, Président Jury Prix Solaire Suisse, Lausanne

11.55 Einführung und Preisverleihung: Jürg Steinmann, Leiter Kommunikation

Kategorie Personen und Institutionen Oerlikon Solar, Balzers/Trübbach

12.15 Kategorie Neubauten Kurt Frei, Direktor Flumroc AG, Flums

12.30 Kategorie Bausanierungen Willy Trittenbach, Direktor Foamglas

12.45 Kategorie Energieanlagen/Photovoltaik Christian Brunier, Directeur Innovation et Communication SIG Damien Sidler, Responsable de la Cellule Energies Nouvelles

Kategorie Energieanlagen/Thermie Hans Ruedi Schweizer, VR-Präsident Ernst Schweizer AG, Hedingen

13.10 Bekanntgabe: Nominationen für den  Europäischen Solarpreis 2007, Prof.Dr. Franz Baumgartner, Europ. Solarpreis und Gallus Cadonau

13.30 Schluss der Veranstaltung, Apéro

solar III.jpg

04/05/2008

L'Appel du « Comité 252 »

Ayant la double-nationalité suisse et française, je signe l’Appel du « Comité 252 ».

 

 

Nous, producteurs, agriculteurs, restaurateurs, consommateurs, gastronomes et citoyens, sommes viscéralement attachés aux AOC et labels de qualité qui font la renommée de la France , comme à la protection de l'agriculture conventionnelle et biologique ainsi que des espaces naturels remarquables. L'avenir de ce patrimoine national serait irrémédiablement menacé par les disséminations d'OGM.

 

 

Nous nous félicitons de l'adoption par l'Assemblée nationale de l'amendement 252 ajoutant à l'article 1 du projet de loi sur les OGM que ces organismes ne peuvent être cultivés que dans le respect « des structures agricoles, des écosystèmes locaux, et des filières de production et commerciales qualifiées "sans organismes génétiquement modifiés" et en toute transparence ».

 

 

Au moment où le président de la République veut faire inscrire notre gastronomie au patrimoine mondial de l’Unesco, il serait inconcevable de faire marche arrière.

 

 

Par notre signature, nous demandons solennellement au gouvernement de s'engager à respecter le vote du Parlement et de s'opposer à toute tentative de suppression de l'amendement 252 jusqu'à l'adoption définitive de la loi.

 

 

Pour signer l’appel :

 

http://petition2.yeppa.org/index.php

1683318580.jpg

 

 

17:28 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (0)