30/04/2012

1er Mai ...

Je relis le discours,  que j'avais prononcé lors de la manif genevoise du 1er Mai 1996. 16 ans plus tard, il reste encore d'actualité ...

 

Chères amies, chers amis,

 

Aujourd'hui, la Fête, la belle Fête du travail, a un goût amer. En effet, comment ignorer la propagation du chômage, le développement de la pauvreté ou la montée du désespoir social ? La Suisse, 2ème pays le plus riche du monde, a pourtant le pouvoir de contrer ces fléaux. Ne rien entreprendre est un fatalisme inacceptable, une non-assistance aux personnes en danger social.

 

De plus en plus, la droite se range aux côtés de l'aile dure du patronat. Le débat concernant la loi sur le travail l'a prouvé une nouvelle fois. Démolissant tout compromis, la majorité bourgeoise a choisi la voie dangereuse de la déréglementation en promouvant le développement du travail de nuit et du dimanche sans véritable compensation.

 

En fait, la droite offre à ses amis patrons une arme contre les droits élémentaires des travailleuses et des travailleurs de ce pays. Dans un tel conflit, les blessures sociales risquent d'être très graves. Ainsi, cette loi odieuse permet par exemple au patronat :

          . d'exiger, sans autorisation, jusqu'à 500 heures supplémentaires par an et par employé-e;

          . de faire travailler le personnel la nuit sans aucun droit de compensation;

          . d'obliger le personnel de la vente à travailler six dimanches par an sans compensation.

 

De plus, le travail de nuit débutera à 23 heures au lieu de 20 heures.

 

Au nom de la mondialisation, du profit, de la performance et de la compétition tout est permis pour les détenteurs de l'économie. Le spectre du nouvel ordre mondial ne respecte que l'argent. L'être humain est réduit à une ressource, à un simple moyen de production que l'on jette sans vergogne pour délocaliser ou réorganiser.

 

Dans trop d'entreprises, les conventions collectives sont cassées, les salaires bloqués ou diminués, les licenciements multipliés et le rythme du travail accéléré. Le stress, l'insécurité et la déprime forment désormais le quotidien de trop de travailleuses et travailleurs. Jusqu'à quand allons-nous accepter l'inacceptable ?

 

Le monde du travail doit cesser de courber l'échine. Il doit prendre conscience de sa force. Les travailleuses et les travailleurs doivent se regrouper au sein des syndicats pour être plus puissants. Comprenons que sans nous, sans notre accord, le patronat ne peut rien entreprendre. Le personnel est la plus grande richesse qu'une entreprise peut avoir. Il est temps de durcir le ton et d'affirmer nos droits.

 

La crise économique ne doit pas permettre n'importe quoi. Si le dialogue entre les partenaires sociaux - que nous avons toujours privilégié - n'est plus possible, nous utiliserons d'autres moyens pour faire entendre notre voix. Si l'arrogance patronale refuse de tenir compte de nos préoccupations, c'est bien dans la rue que nous porterons nos revendications.

 

Evidemment, tous les patrons ne sont pas à mettre dans le même sac. Mes critiques visent ceux qui profitent de la conjoncture pour exploiter leur personnel, ceux qui ont cessé d'entreprendre pour abuser des mécanismes spéculatifs, ceux qui ont élevé la Bourse à l'état de temple. Cette logique financière est destructrice et violente. Elle appauvrit ici la population, affame le Tiers-monde et ruine l'environnement de la planète.

 

Nous, nous voulons un développement économique maîtrisé au profit des êtres humains et des entreprises véritablement citoyennes. Nous voulons un pouvoir politique capable d'être un contre-pouvoir à cette folie spéculative.

 

En Suisse, comme dans le monde, le nombre de fortunés augmente aussi vite que le désespoir social. Ceci n'est pas un hasard. La répartition des richesses est totalement inégalitaire. A Genève, 5 % des contribuables détiennent les 84 % de la fortune imposable.

 

Or, cette société à deux vitesses n'est pas une fatalité. Refusons l'univers impitoyable des actionnaires et des spéculateurs, construisons l'avenir - notre avenir - sur des valeurs d'éthique, de justice et de partage.

 

Pour lutter contre le chômage, la droite reste les bras ballants attendant désespérément le redémarrage de la croissance. Dans notre canton, depuis le début des années 90, plus de 30000 emplois ont disparu. Or le Conseil d'Etat monocolore ose affirmer dans les points soi-disant «positifs» de son bilan que «des entreprises de premier ordre s'installent à Genève et créent des emplois». Crier victoire dans ce domaine est d'une arrogance totalement indécente par rapport aux milliers de femmes et d'hommes qui cherchent désespérément un emploi. Certes il n'existe pas de remède miracle contre le chômage. Mais, ce n'est en tous cas pas l'inaction qui va nous permettre de sortir de la spirale du manque d'emplois.

 

Ce n'est pas non plus la diminution des budgets de l'enseignement et de la formation qui va nous aider. Nous devons développer une politique d'innovation et d'imagination en la matière qui passera obligatoirement par un meilleur partage du travail, du temps libre et des richesses. Dans ce contexte, il y en a sept qui risquent bien de perdre leurs jobs à l'Hôtel-de-Ville.

 

Genève a besoin d'une réelle politique en faveur de l'emploi. Les syndicats et la gauche ont émis plusieurs propositions allant dans ce sens. Cependant, la droite reste bien sourde à ces remèdes. Si seulement, les partis bourgeois et les milieux économiques mettaient autant d'énergie à combattre la crise, qu'ils en ont mis pour défendre les fortunés lors de la campagne sur les initiatives fiscales.

 

Pour la droite, le chant des sirènes de l'ultracapitalisme retentit plus fortement que le bruit des soucis de la population. En cette période de dénigrement de l'être humain, la résistance contre l'ultralibéralisme n'est pas une réticence aux changements mais bien une résistance contre un retour en arrière. Nous ne voulons pas d'une société construite sur l'égoïsme, d'une jungle à la «De Pury ».

 

Et ne nous laissons pas piéger par les tentatives de culpabilisation de nos adversaires. Savoir dire Non, défendre les acquis ne sont pas des combats ringards. S'opposer aux supporters de l'odieux «Livre blanc» - aux hooligans de l'argent - est au contraire une preuve de modernisme.

 

Quand on apprend que le PDG de la société AT&T a empoché 20 millions de francs suisses l'an passé alors qu'il a parallèlement viré 40000 employés, comment ne pas dire : Stop ! Quand on sait que des sociétés distribuent des dividendes records alors qu'elles renvoient leurs employés par charrettes entières, comment ne pas dire : Trop c'est trop !

 

Oui, nous en avons marre du culte de la rentabilité, de la loi de la compression du personnel. La résistance contre ces  drogués de la productivité est d'autant plus urgente que le risque de transformation de cette dictature économique en dictature politique n'est pas improbable. En effet, pour protéger leurs richesses indécentes, leur opulence face à ceux qui n'ont plus grand chose, les privilégiés sont tentés de recourir à l'Etat policier. Aux Etats-Unis, par exemple, les plus riches construisent désormais leurs propres villages, de petites cités presque idéales, qu'ils entourent de cordons sécuritaires.

 

Après le mur de Berlin, c'est maintenant le mur de l'argent qui s'élève entre les différentes classes sociales. Combattre le capitalisme sauvage à présent, c'est défendre la liberté de demain! Mais, au-delà de notre force d'opposition, nous devons valoriser notre puissance de proposition afin de construire les bases d'une nouvelle société.

 

La gauche, les syndicats, les associations, le mouvement social sont des réservoirs fantastiques d'idées novatrices. Imaginer le futur pour qu'il soit meilleur - pour qu'il soit ouvert à tous - est l'un des objectifs des forces de progrès. Changer la vie n'est pas un rêve révolu, une utopie irréaliste. C'est l'essence de notre combat. La sauvagerie du libéralisme économique doit être une parenthèse qui doit se refermer au plus vite. Cadences infernales, dégraissage, restructuration, chômage, exclusion : voici ce que nous offre le libéralisme économique. Ca suffit ! Cette façon de vivre n'est pas celle que nous désirons.

 

Comme alternative, notre volonté est de mettre en place un projet solidaire qui place enfin l'être humain au centre de toute préoccupation. Nous repoussons la pensée unique du libéralisme économique. Nous ne nous laisserons pas enfermer dans un sectarisme idéologique, dans l'uniformisation des consciences bien rabotées dans le moule du capitalisme sauvage. Nous disons un Non ferme à ce prêt-à-penser institué par les nantis. Le progrès passe par la multiplication des idées, par la richesse de la différence et par les couleurs de la diversité.

 

Le lancement d'un référendum contre la nouvelle loi sur le travail va parfaitement dans ce sens. Uni, décidé à défendre ses droits et à construire une économie différente, le monde du travail est maintenant en mouvement pour s'élever contre toutes ces injustices.

 

Non à l'ultralibéralisme, Non au Nouvel Ordre mondial, Oui à la solidarité, Oui à une société plus humaine tels sont les messages que nous devons transmettre en ce jour de 1er Mai !

Congrès PSG 2007_10.jpg

20/03/2012

Les socialistes genevois-es doivent respecter leur idéal d’égalité des sexes

Samedi prochain, au Congrès du PSG, les socialistes doivent désigner une candidature féminine pour l'élection partielle au Conseil d'Etat genevois.

 

Dogmatisme ultra-féminisme ? Intégrisme ? Non, juste respectueux de nos engagements et de notre programme. Dire ce que l'on fait ; Faire ce que l'on dit ; c'est la ligne qu'un parti doit suivre pour respecter ses électrices et électeurs.

 

Le PS incarne l'égalité des sexes. Les socialistes genevois-es s'engagent pour la parité et une représentation équitable des deux sexes en politique. Pourtant, durant toute l'histoire de la République et canton de Genève, les socialistes n'ont eu au gouvernement qu'une seule femme et seulement durant 5 ans, Micheline Calmy-Rey de 1997 à 2002. 

 

Désigner un homme, même talentueux et expérimenté, alors que des femmes tout aussi talentueuses et expérimentées sont candidates, serait une trahison des idéaux PS et des électeur-trice-s qui y adhèrent !

 

Je me battrai dans ce sens lors du Congrès du PSG le 24 mars prochain, malgré l'amitié sincère que j'éprouve pour Thierry Apothéloz et Manuel Tornare.

 

Christian Brunier, anc. Président du Parti socialiste genevois

18:41 Publié dans Politique | Tags : psg, socialiste | Lien permanent | Commentaires (0)

07/03/2012

La femme est l’avenir de l’homme …

Malgré mes 30 ans de politique (ne cherchez pas à me vieillir avec ma crinière grise, j'ai juste adhéré au Parti socialiste à 18 ans), je reste bercé par l'idéalisme et des valeurs fortes. Naïveté ? Idéalisme ? Un peu des deux. Envie surtout de redonner, modestement, les lettres de noblesse à la politique, salie par le mensonge, les magouilles, les numéros de langue de bois, les retournements de veste et les trahisons.

 

Le mouvement socialiste a écrit une partie des pages de son illustre histoire avec l'encre trempée dans les combats de l'égalité des sexes. Le PS a été de tous les combats pour donner les mêmes droits aux femmes qu'aux hommes. Droit de vote pour toutes et tous, égalité des salaires, droit à l'avortement, congé maternité, construction d'espaces pour la petite enfance, lutte contre les violences conjugales, ... Le courant socialiste a été à la pointe des avancées de l'émancipation des femmes. Même si le chemin à parcourir reste encore long, celui déjà parcouru a été énorme.

 

Les femmes le rendent bien au Parti socialiste. Une étude récente, en Suisse, a démontré la corrélation entre la mobilisation des femmes et les bons scores du PS.

 

Dans cette cohérence, le PS a inscrit l'égalité des sexes dans ses gènes, a énoncé de nombreuses revendications dans ce domaine au sein de son programme et a mis en place la parité au niveau de ses listes électorales.

 

Dans ses statuts, le Parti socialiste genevois a inscrit à l'article 2bis : «  Dans la désignation de ses candidat-e-s et la composition de ses organes, le PSG tend à réaliser le principe de la parité entre les hommes et les femmes. »

 

Au sein du Conseil d'Etat genevois, le PS genevois n'a plus qu'un seul siège ; occupé par un homme ; Charles Beer. Auparavant, deux hommes, Laurent Moutinot et Charles Beer ont conquis les deux places gagnées par les socialistes. Depuis le départ de Micheline Calmy-Rey au Conseil fédéral, le PS n'a plus eu de femme au gouvernement genevois.

 

Vu nos valeurs, vu nos engagements, vu nos statuts, il est normal qu'une femme socialiste soit candidate à l'élection partielle du Conseil d'Etat genevois suite au départ de Mark Müller au milieu du gué. C'est un devoir d'honnêteté envers nos électrices et électeurs !

 

Ceci devient encore plus évident lorsque nous connaissons le haut niveau de compétences des femmes intéressées à relever ce défi : Anne Emery-Torracinta, Carole-Anne Kast, voire d'autres.

 

Naturellement, des hommes tout aussi compétents sont intéressés. La précipitation de certains n'est pas acceptable au regard des valeurs prônées par les socialistes depuis des décennies.

 

Je fais appel à ces impatients pour qu'ils renoncent à leur ambition exacerbée par leur frénésie de pouvoir.  « La femme est l'avenir de l'homme » chantait le poète Ferrat. Que les socialistes reprennent en chœur et en cœur cette belle maxime.

 

Christian Brunier, ancien Président du Parti socialiste genevois et ancien député

 

femmes socialistes.jpg

27/02/2012

Pour respecter nos valeurs d'égalité des sexes, une femme comme candidate PS au Conseil d'Etat

A René Longet, Président du Parti socialiste genevois

et à Arnaud Moreillon, Secrétaire général du PSG

 

« Le pouvoir, s'il est amour de la domination, je le juge ambition stupide.

Mais, s'il est acte de créateur et exercice de la création, alors, le pouvoir, je le célèbre. »

Antoine de Saint-Exupéry

 

Cher René, Cher Arnaud,

 

Dès l'annonce de la démission de Mark Müller du gouvernement genevois, plusieurs personnes ont pris contact avec moi afin de m'encourager à annoncer ma candidature à cette élection partielle du Conseil d'Etat.

 

Bien que très honoré par ces sympathiques sollicitations, j'ai décidé de ne pas présenter ma candidature pour les raisons suivantes :

 

Il est évident que le PS doit déposer une candidature. Un second siège gouvernemental serait conforme au potentiel électoral des socialistes à Genève et serait un retour à une certaine normalité.

 

Dans un monde où l'égoïsme atteint son paroxysme, où le développement durable est en péril et où la folie financière provoque une crise d'une ampleur exceptionnelle, plus que jamais le renforcement des forces prônant une société plus humaine est primordial.

 

Je suis naturellement intéressé par un siège au gouvernement. Mes expériences politiques (particulièrement celles du président du PSG et de chef de groupe au Grand Conseil), syndicales et associatives, associées à une formation et des compétences de gestion d'entreprise, m'offrent une opportunité de contribuer modestement à améliorer le sort des Genevoises et Genevois. Néanmoins, le PS étant déjà représenté au gouvernement par un homme, Charles Beer, et notre parti possédant plusieurs compétences féminines reconnues, il est essentiel que le PS, symbole d'égalité des sexes et de diversité, présente, pour cette élection partielle, une femme.

 

Dans l'article 2bis de nos statuts, il est stipulé «  Dans la désignation de ses candidat-e-s et la composition de ses organes, le PSG tend à réaliser le principe de la parité entre les hommes et les femmes. » Je demande simplement l'application de ce beau fondement.

 

Dans cette dynamique, je vous demande de bien vouloir convoquer les instances du parti, le plus rapidement possible, pour valider le principe d'une candidature féminine, en cohérence avec nos valeurs de promotion de la femme et de diversité dans nos représentations politiques.

 

En restant à votre entière disposition pour discuter plus longuement de cette question si vous le jugez utile et en vous remerciant de votre action, je vous adresse, Cher René, Cher Arnaud, mes amicales salutations.

 

Christian Brunier

18:07 Publié dans Politique | Tags : politique, genève | Lien permanent | Commentaires (3)

23/02/2012

Votations du 11 mars prochain

Dépose mon enveloppe de votes concernant les votations du 11 mars 2012. Je dis Oui à l'initiative populaire fédérale « Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires ». En limitant à 20% les résidences secondaires dans chaque commune helvétique, je privilégie la qualité de l'environnement plutôt que les bétonneurs et les spéculateurs.

 

J'approuve l'initiative fédérale « 6 semaines de vacances pour tous ». Travailler moins pour travailler mieux et vivre plus !

 

Je dis Non à l'épargne-logement, un cadeau aux plus favorisés payés par tous les contribuables, dont les familles modestes. Pas très social ce truc.

 

Accepte l'arrêté fédéral concernant la réglementation des jeux d'argent en faveur de l'utilité publique. Le revenu des jeux doit servir le bien commun.

 

Oui convaincu à la réglementation fédérale sur le prix du livre. Ce prix unique du livre sauvera de nombreuses librairies indépendantes face aux grands groupes, et favorisera la diversité et la liberté culturelles.

 

Niet à l'intro du mercredi matin à l'école obligatoire genevoise. Travailler plus pour apprendre plus est une illusion simpliste. « Enseigner ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer le feu », disait Montaigne. Le défi est de rendre l'enseignement motivant pour les enfants et les jeunes et non pas transformer l'école en une usine de bourrage de crâne.

 

Refuse la loi modifiant la loi sur les manifestations sur le domaine public. Nous ne pouvons pas applaudir les manifs du Printemps arabe et censurer le droit  de manifester à Genève !

06:53 Publié dans Politique | Tags : suisse, genève, politique | Lien permanent | Commentaires (1)

19/02/2012

Feu vert pour les feux clignotant la nuit

Les feux de signalisation ont deux grandes missions : assurer la sécurité routière et réguler le trafic.

 

Celles et ceux résidant à proximité de telles installations peuvent, par contre, se rendre compte du bruit occasionné par les véhicules qui freinent, stagnent, puis redémarre, parfois avec la radio à fond.

 

De plus, si les feux de signalisation augmentent la sécurité routière habituellement, la zone verte devient une piste de lancement pour les tarés de la vitesse, dès que les rues sont moins fréquentées.

 

Habitant sur l'un des plus grands axes routiers de Genève, dominant un large carrefour, je suis un spectateur bien placé pour évaluer les bienfaits et les méfaits de ces feux.

 

Si la journée, ces installations sont souvent indispensables, notamment près des écoles et des lieux fréquentés par les enfants, les feux de signalisations pourraient être convertis en feux clignotants, dans la soirée. Les avantages seraient multiples. Premièrement, le bruit diminuerait sensiblement et augmenterait la qualité du sommeil des habitant-e-s proches des voies de circulation.

 

Ces feux clignotants éviteraient des arrêts inutiles de véhicules et restreindraient la pollution.

 

Finalement, ce régime nocturne éliminerait les zones vertes et inciterait les chauffards à la prudence, un fou du volant pouvant en croiser un autre à chaque carrefour. Le feu clignotant éveille indubitablement le sens des responsabilités et génère une attention particulière.

 

Durant une longue période de réaménagement du carrefour voisin de mon domicile, j'ai été en mesure d'apprécier la différence. Ça vaut vraiment la peine d'essayer dans un canton où la pollution sonore est mal combattue.

 

En adoptant une politique de ce genre, Genève ne tenterait pas une aventure pouvant s'avérer hasardeuse. La capitale britannique a considérablement restreint sa signalisation lumineuse. Sur la célèbre Kensington High Street, cette abolition a fait chuter de 60% les accidents.

 

Aux Pays-Bas, ce type d'expériences devient contagieux. Là encore, le nombre d'accidents baisse, la fluidité du trafic s'accentue et l'amabilité entre usagers de la route devient la règle. 

 

Dans ce contexte, je ne comprends pas l'entêtement du Département de l'Intérieur et de la Mobilité de l'Etat de Genève qui refuse d'entrer en matière sur cette idée, même à titre pilote. La volonté de rechercher des solutions pour augmenter le bien-être de la population devrait pourtant prendre le dessus sur des résistances au changement ne créant que de l'immobilisme.

 

Christian Brunier, ancien député socialiste

 

12/01/2012

Soirée à l'AG du PS ...

Participe à l'Assemblée générale du Parti socialiste genevois. Nous décidons des mots d'ordre des votations du 11 mars prochain.

 

Je combats la loi modifiant le nouvel horaire scolaire, prévoyant l'ajout du mercredi matin à l'école obligatoire. L'idée de faire croire qu'il y ait corrélation entre  la quantité des heures scolaires données et la qualité des connaissances et aptitudes assimilées est mensonger. « Travailler plus pour en savoir plus » a ses limites ! Pour prouver l'ancrage à gauche de la réforme, plusieurs intervenants jouent sur la corde sociale des socialistes. L'argumentation de prise en charge des plus défavorisés pour ne pas les laisser traîner dans les rues ou derrière la télé a aussi ses limites, à moins de les confier à 100% à l'Etat. Car ce principe pourrait aussi être formulé pour le mercredi après-midi, le week-end ou les vacances. En plus, plusieurs enfants en marge sociale connaissent des problèmes scolaires. Une overdose d'aller à l'école. Leur ajouter une ½ journée d'école supplémentaire ne peut éveiller qu'un rejet supplémentaire de l'établissement scolaire. Oui, le service public a un rôle à jouer pour cette catégorie de gosses, à travers le parascolaire, le périscolaire ou par l'offre d'activités éducatives, de loisirs, sportives ou culturelles. L'école ne peut être la seule réponse possible. Au final, les pros-mercredi remportent largement la partie par 20 voix pour contre 6, participation lamentable pour un grand parti.

 

Je m'oppose à la modification de la loi sur les manifestations sur le domaine public, restreignant dangereusement le droit de manifester. On ne peut pas applaudir les manifestations du Printemps arabe, les rassemblements en Birmanie, l'occupation de la Place Tien an men à Pékin  ou les protestations contre le régime autocratique de Poutine en Russie, et, dans le même temps, introduire un régime de prohibition à Genève, en utilisant scandaleusement les tristes casses de quelques casseurs durant G8. Il faut d'ailleurs se rappeler que ces salopards de casseurs avaient agi bien en dehors de la méga-manifestation contre les délires des milieux financiers mondiaux et n'avaient rien à voir avec les 100'000 indignés ayant défilé pacifiquement.

 

Je soutiens l'initiative populaire fédérale « Pour en finir avec les constructions envahissantes de résidences secondaires » en Suisse. Chaque seconde, un mètre carré est sacrifié en Suisse, parfois pour construire des résidences secondaires sous-occupées alors que la crise du logement sévit. En 25 ans, le nombre de résidences secondaires ont doublé dans notre pays. Il est temps de limiter, à 20% des terrains constructibles selon cette initiative, ce type de logements sous-occupés.

 

Je m'oppose à l'initiative fédérale « Pour un traitement fiscal privilégié de l'épargne-logement destiné à l'acquisition d'une habitation à usage personnel ou au financement de travaux visant à économiser l'énergie ou à préserver l'environnement ». Sous cette appellation attrayante, cette initiative provenant des milieux immobiliers est un cadeau aux propriétaires, créant une nouvelle iniquité avec les locataires, très majoritaires dans notre pays (plus de 60% de la population suisse).

 

Je vote en faveur de l'initiative fédérale populaire « Six semaines de vacances pour tous ».

 

Je suis favorable à la loi fédérale introduisant un prix unique du livre. Pour maintenir la diversité culturelle, il me semble judicieux de sortir le livre du libre marché.

 

Finalement, pour moi, c'est Oui au contreprojet sur les jeux d'argent en faveur de l'utilité publique. Ce contreprojet s'oppose à une éventuelle privatisation des Loteries et assure le versement du produit de ces jeux aux associations culturelles, sportives et sociales.

école.jpg

07:29 Publié dans Politique | Tags : socialiste, école | Lien permanent | Commentaires (0)

12/11/2011

Continuer sur le chemin de la victoire

3 sièges au Conseil national, de belles réélections de Liliane Maury Pasquier et de Robert Cramer au Conseil des Etats, une campagne de terrain remarquable forment le bon résultat des socialistes genevois-es aux élections fédérales. Un seul regret, la gauche ne sera pas majoritaire au sein de la délégation genevoise au Conseil national.

 

Au terme de ces élections, le comité de pilotage de cette longue campagne a établi un bilan pour bien identifier les points forts de celle-ci, mais aussi de cerner les améliorations à mettre en œuvre.

 

Lors d'une victoire, les aspects positifs sont nombreux : des ambitions élevées, le professionnalisme et le bon esprit du secrétariat « élargi », une Jeunesse socialiste innovante, la mise sur pied de 3 listes sous-apparentées, une gauche unie, une dynamique motivante impulsée par les deux candidat-e-s de l'Alternative au Conseil des Etats, une ligne politique claire, des idées et des propositions concrètes (dont plusieurs initiatives populaires) pour améliorer le sort de la population et une influence positive des primaires socialistes françaises ont participé à notre succès.

 

Mais, l'une des clés principales a été de construire une liste de fortes personnalités, capables de conserver trois sièges, ce qui représente une bonne performance. Aller chercher des femmes et des hommes, impliqués dans le tissu associatif et syndical, représentatifs de la pluralité des socialistes a été le premier boulot du comité de pilotage.  Les acteur-trice-s de cette liste solide ont su, de surcroît, construire un esprit d'équipe, malgré la saine concurrence existant entre des personnes visant légitimement un siège.

 

La campagne active, ciblée sur la proximité avec la population a été l'un des autres facteurs-clés de notre bon score. Grâce à un militantisme accru et à un soutien précieux du Parti socialiste suisse, pour la première fois depuis fort longtemps, nous sommes arrivés à mener une campagne sans le soutien onéreux d'une agence de communication.

 

Au registre des points négatifs, nous pouvons noter un excès du nombre de stands encourageant les candidat-e-s à la bougeotte et parfois à une présence trop fugace. Un code de déontologie plus précis, notamment sur les publications médias et les comités de soutien, aurait évité quelques tensions. Il est aussi consternant de voir la gauche stagner et l'abstentionnisme atteindre un niveau inquiétant, alors même que la crise financière sévit et que le développement durable et équitable est mis à sac par nos adversaires.

 

Evidemment, le manque d'argent n'a pas été un avantage pour le PSG. Nous avons mené une campagne avec 100'000 CHF de moins qu'il y a 4 ans, sans tenir compte, de plus, de l'inflation. Le but, à mon avis, n'est pas de trouver de nouveaux moyens. Le rôle des socialistes doit plutôt s'inscrire dans l'élaboration de lois limitant les frais de campagne, afin que l'argent ne supplante pas la démocratie.

 

Finalement, les socialistes ont une fois de plus prouvé que nous pouvions travailler très sérieusement, tout en prenant du plaisir. Comme disait Ho Chi Minh : « Pour réussir une grande œuvre, il faut un moral élevé. » Un grand merci aux candidat-e-s, aux membres du comité de pilotage, aux instances dirigeantes du parti et à toutes les militantes et militants qui se sont investis pour ces élections nationales. Un bravo tout particulier à Olga Baranova, Jonas Thion et notre secrétaire général Arnaud Moreillon, qui ont été les moteurs de cette campagne.

 

Un membre éminent du PLR me demandait le nom de notre agence de communication, trouvant notre campagne très efficace : le militantisme collectif est assurément gage de performance électorale pour que le PSG atteigne, dans deux ans, au moins 25% des votes.

 

Christian Brunier, responsable de la campagne du PSG des élections fédérales

14:04 Publié dans Politique | Tags : ps, politique | Lien permanent | Commentaires (0)

05/11/2011

Assurance-maladie : Genève passe encore à la caisse !

En 2012, les primes des caisses-maladie des assuré-e-s genevois-es, déjà trop élevées, augmenteront encore de 4,7% pour les 19-25 ans (dont les cotisations avaient explosé de 8,1% l'an dernier) et de 2,9% pour les autres. Une nouvelle fois, Genève est sanctionnée au-dessus de la moyenne helvétique. Pourtant, notre belle République maîtrise ses coûts de la santé avec rigueur. Ces augmentations sont injustifiables et indécentes. Elles pèsent lourdement sur le pouvoir d'achat de la population. Pour contrer cette dérive, des moyens existent contre le fatalisme et la compromission de plusieurs politiciens, dont un grand nombre sont proches de SantéSuisse.

 

La loi doit interdire les augmentations de primes de caisses-maladie dépassant celles des coûts de la santé. A Genève, entre 2000 et 2008, les coûts de la santé ont progressé de 23%. Les primes de 32%. Rien que sur cette période, les assurances ont volé à la population 9%. Durant la même période, les réserves ont progressé scandaleusement de 250%. Non, ce chiffre n'est pas une faute de frappe, juste une vérité difficile à avaler.

 

La Confédération doit mettre fin au scandale des réserves. Elle recommande des réserves de 10 à 20%. Pour les Genevois-es, les caisses-maladie engrangent, en moyenne, plus de 40% du total des primes en réserve. Cette exagération, pesant lourdement sur nos cotisations, se situe donc entre 20 à 30%. La simple recommandation de Berne doit être introduite dans la loi comme un taux de réserve à ne pas dépasser. Et l'argent stocké de manière scandaleuse doit être rendu aux assuré-e-s.

 

Le contrôle des caisses-maladie doit être accru. L'ancien Conseiller d'Etat Guy-Olivier Segond s'amuse à dire qu'il y a davantage de contrôleurs de l'évolution des abeilles en Suisse que de contrôleurs des assurances-maladie. Il a malheureusement raison. Vu les abus de ces institutions, le contrôle devient salutaire. Dans la même dynamique, les cantons doivent être impliqués, comme l'exige Monsieur Unger, dans la fixation des primes.

 

Finalement, l'assurance de base est un service public, un bien premier des besoins de la population. La concurrence a totalement échoué dans ce domaine. Il est impératif de créer une caisse unique et publique, n'imputant pas à la population de colossaux budgets marketing et publicitaire, et des frais de structure abusifs.

 

Monsieur Claude Ruey, membre du PLR et patron de SantéSuisse, en découvrant que 2/3 des Suisse-esse-s sont favorables à une caisse-maladie unique a déclaré : « Les gens sont mal informés. » Il a raison ! S'ils étaient bien informés, ce sont plus de 90% de la population qui seraient favorables à cette initiative, un vaccin efficace contre les abus.

 

Christian Brunier, ancien député socialiste

16/10/2011

Miscellanées du 16 octobre 2011 : Toutes et tous Hollandais !

François Hollande gagne les primaires de la gauche française pour les Présidentielles. Désormais, l'heure est à l'unité. Toutes et tous, Hollandais ! La tulipe va-t-elle remplacer la rose ?

 

L'écrivain algérien Boualem Sansal reçoit le Friedenspreis 2011 de la Foire du Livre de Francfort, distinguant son engagement pour démocratiser le monde arabe et promouvoir la laïcité dans cette région. Ce prix est un encouragement à la liberté.

 

Sur la Radio Suisse Romande, Yvan Perrin, le leader romand de l'UDC, est fier d'avoir un programme communicable « en 12 secondes ». Lui offrir une nouvelle législature de 4 ans pour défendre 12 secondes de programme est un gâchis. Le retour sur investissement n'est pas au rendez-vous !

 

Réponds OUI à la question de la Tribune de Genève : Faut-il rendre obligatoire la publication du financement des partis politiques ? La transparence est un gage de la qualité de la démocratie.

 

Dans « Siné Mensuel », beau coup de plume de Noël Godin, le scribe libertaire. Il paraphe une critique du livre « De l'amour et des bombes. Epopée d'une anarchiste. », récit de la vie rocambolesque d'Emma Goldman, dit « Emma la Rouge ». Emma Goldman est une anar juive, née dans l'Empire russe en 1869. Elle émigra ensuite aux Etats-Unis et décéda, en 1940, au Canada. Emma alla, en 1936, en Espagne pour contrer le franquisme. Elle prônait une révolution romantique, espace de liberté sans tabou. Cette féministe de la première heure était une hédoniste absolue, rejetant toutes les formes de l'autoritarisme. Elle fut l'une des premières femmes à se battre pour la liberté sexuelle et la contraception. Emma la Rouge inscrivait ses actes politiques dans une lutte sans fin contre l'injustice et l'inhumanité. Elle était autant anti-stals qu'anti-nazis. Le refus des interdits la faisait vibrer. Une précurseure des Indigné-e-s !