21/08/2009

Vilaine

Nous avons vu avec un plaisir fou  : Vilaine, un film d’Allan Mauduit et Jean-Patrick Benes, sorti dans les salles en 2008. Cette comédie cynique réunit Marilou Berry, merveilleuse, Chantal Lauby, Frédérique Bel, Joséphine de Meaux, Valérie Bonneton, Alice Pol, François Berléand, Eric Laugerias et Pierre-François Martin-Laval.

 

Gentille, à en être niaise, et laide, tout le monde abuse d’elle, se moque d’elle et la maltraite. Son patron, sa maman, ses soi-disant copines l’humilient continuellement. Lasse de subir, elle change de look et change radicalement. Son but devient la vengeance. La bonne poire devient diabolique et méchante gratuitement. Toutes celles et ceux lui ayant pourri l’existence vont maintenant subir.

 

Les scènes d’humour noir pullulent. Marilou Berry joue merveilleusement bien ce personnage paumé et touchant. Puis, est tellement à l’aise dans le rôle d’effronté démoniaque. « Vilaine » est à classer dans les très bonnes comédies françaises.

la-vilaine-film.jpg

07:34 Publié dans Humour | Tags : humour, humour noir, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2009

Tellement proches

Un film rafraîchissant alors que l’été s’installe. Sous la baguette d’Eric Toledano et Olivier Nakache, Isabelle Carré, Audrey Dana, Joséphine de Meaux, Vincent Elbat, Omar Sy et François-Xavier Demaison sont désopilants.

 

Basée sur l’ambiguïté de gérer les affinités de famille tout en vivant les galères des bouffes de familles, l’omniprésence ou les sauts de caractères de certains de ses membres, cette comédie fait revivre à chaque spectateur-trice une situation ubuesque ou dramatique de son propre vécu. Qui n’a pas croisé un membre de sa famille qui élève son gosse comme un animal savant ou n’a pas participé contre son gré à une soirée clichés de vacances ? Certes la caricature est forte. Pourtant, la réalité n’est pas très éloignée.

 

La belle-sœur, dans le film, BCBG caractérielle et catho rétrograde, inscrit même sa fille dans une école juive afin de rendre son parcours scolaire encore plus exigeant. Les situations hilarantes se multiplient dans cette famille de déglingués. Joséphine de Meaux intertrète avec talent la sœur hystérique. Omar – d’Omar et Fred – joue pleinement le rôle du médecin noir que l’on prend trop souvent pour l’aide-soignant ou le nettoyeur de l’hosto. Vincent Elbaz, la victime de cette aventure, est excellent.

 

Ce film fait en outre l’apologie de la différence, valorisant avant le générique de fin la réussite du petit gamin – ayant grandi - touchant, hyper vivant et atypique que l’on a jugé durant toute son enfance comme un sale gosse insupportable. Les rires aux éclats résonnent dans la salle de cinéma. Un super moment de franche rigolade …

tellement_proches.jpg

 

 

11/01/2009

Louise-Michel, le film

Vue au ciné la comédie délirante et anar tournée par les deux « Grolandais » Benoît Delépine et Gustave Kervern. Craignos, immoral, décalé et hyper drôle, ce film est totalement atypique.

Prix du meilleur scémario du Festival de San Sebastian, ce long  métrage rassemble une sacrée distribution : Yolande Moreau et Bouli Lanners campent les deux principaux rôles, Benoît Poelvoorde, Siné, Mathieu Kassovitz, Philippe Katerine, Albert Dumontel (qui n’apparaît qu’au terme du générique final), ...

C’est l’histoire d’un patron sans vergogne qui délocalise l’activité de son usine de textiles pendant une nuit, sans rien dire à ses employé-e-s. Dans la dèche, un groupe d’ouvrières regroupent leurs indemnités pour buter leur ancien boss. Elles partent à la recherche d’un tueur professionnel. Des paumés rencontrent d’autres paumés avec des pointes d’ironie à toutes les scènes. Le tueur est totalement inexpérimenté et se sert de personnes en fin de vie pour faire le boulot. Totalement délirant !

Les situations déjantées sont aussi nombreuses que les personnages déglingués. A voir avec grand plaisir, si nous ne sommes pas trop coincés.

 

Louise Michel.jpg

 

 

12:12 Publié dans Culture | Tags : louise michel, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

02/01/2009

Burn After Reading

Vu au cinéma, le film des frères Joel et Ethan Coen avec Tilda Swinton, John Malkovich, George Clooney et Brad Pitt.

Le synopsis, comment dire ? C’est une série d’histoires simples, qui additionnées donnent un récit incompréhensible, y compris pour la CIA qui supervise les allers-venues de chaque protagosniste de cette irrésistible comédie. Les actrices et acteurs sont sublimes et souvent utilisés à contre-emplois. Voir Georges Clooney et Brad Pitt ridicules, maladroits, ringards et enlaidis, quel plaisir, Messieurs, pour notre masculanité.

A vrai dire, c’est le récit d’Osborne Cox (Malkovitch), un agent de la CIA qui se fait virer. Il décide d’écrire ses mémoires. Son épouse, qui souhaite le quitter, copie ses fichiers sur son ordinateur et les confie à son avocat. Une employée de celui-ci perd le CD de ces données dans son club de fitness. Deux employés de ce centre de remise en forme, Linda et Chad, décident de monayer ces informations confidentielles de la CIA. Il monte un chantage qui tourne mal. Ils décident de vendre alors ces secrets aux Russes. Ajoutez en plus une série de tromperies, de quiproquos, de rebondissements et de meurtres. Comme je l’ai déjà dit, c’est un patchwork de petites histoires simples qui regroupées donnent un scénario tourmenté et hilarant.

J’ai adoré ! Foncez au ciné pour oublier la crise.

 

Burn_After_Reading.jpg

12:28 Publié dans Humour | Tags : cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

30/11/2008

A ne pas voir : Mesrine au ciné

Après « L’Instinct de mort », voici « L’Ennemi public numéro un », deuxième partie de la saga cinématographique consacrée à la vie et à l’œuvre de Jacques Mesrine.

Faire l’apologie d’un assassin, escroc et crapule me gêne, d’autant plus qu’on élève ce beauf populiste au statut de justicier social, ce qu’il n’a jamais été. 

Après avoir été un soldat modèle en Algérie, se vantant d’avoir torturé et tué l’Arabe, ce tueur a multiplié les actes de violence.

Transformer ce psychopathe en héro, notamment auprès des jeunes, est d’une bêtise crasse.

Le crime paie ! Visiblement, au cinéma, l’expression est d’actualité.

 

mesrine.jpg

15:47 Publié dans Culture | Tags : mesrine, cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

20/09/2008

MAMMA MIA AU CINE !

Une comédie toute simple, rafraîchissante, qui libère la tête sur des mélodies mythiques et endiablées d’Abba.

Les actrices et acteurs s’éclatent comme des bêtes et rendent contagieuse leur bonne humeur.

Transposition cinématographique d’un triomphal spectacle musical portant le même nom, ce film a été réalisé par Phyllida Lloyd. Il est la réunion d’une belle brochette de comédiennes et comédiens qui dansent, chantent, rient et cassent la baraque. Au générique, nous retrouvons : la pétulante Meryl Streep, Julie Walters, Christine Baransky, Amanda Seyfried, Dominic Cooper, Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgard.

L’histoire est sans intérêt et d’une banalité inqualifiable : Une jeune fille va se marier et invite trois anciens amours de sa mère pour connaître enfin son père. Très vite, on s’en fout. Le peps des artistes et leur joie communicative suffisent à faire passer un bon moment au public. Un petit instant de bonheur dans ce monde de brutes …

 

MammaMiaBed.jpg

09:23 Publié dans Musique | Tags : abba, cinéma, musique | Lien permanent | Commentaires (0)