Bonheur

  • Le bienfait du coronavirus

    « Renoncez aux hostilités. Laissez de côté la méfiance et l’animosité. Posez les armes, faites taire les canons, mettez fin aux frappes aériennes », c’est la demande exhaussée d’Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, en période de coronavirus.

    Lire la suite

  • Se lever de bonheur …

    « Qu’est-ce que le bonheur, sinon l’accord vrai entre un homme et l’existence qu’il mène ? », Albert Camus. Le 20 mars, c’est la Journée mondiale du bonheur.

    Même en situation de crise du coronavirus, et peut-être surtout, nous devons fêter cette occasion.

    Lire la suite

  • Les sublimes paysages d’Hopper

    « Parmi les peintres du bonheur, certains eurent une vie heureuse, d’autres furent souvent et durablement malheureux. Mais tous étaient attirés par l’idée du bonheur et de sa nécessité », Christophe André, psychothérapeute, spécialiste du bonheur. Avons cheminé, au milieu de la foule, à la Fondation Beyeler, à Riehen, aux portes de Bâle, pour admirer l’expo d’Edward Hopper.

    Lire la suite

  • Haring, une esthétique provocatrice bienveillante !

    Il y a juste 30 ans, le 16 février 1990, le sida, encore lui, emportait l’artiste génial Keith Haring. Ce créateur est mort, mais encore si vivant, si actuel, si moderne.

    J’aime ses œuvres et les caractéristiques du personnage. Le relief rebelle de cet ancien étudiant de la School of Visual Arts de New York me plaît. Je crois qu’un artiste doit stimuler le rêve et la réflexion. L’esprit de contestation est un gène créatif, que Keith Haring concentrait en grand nombre. Virtuose de la ligne, avec des dessins souvent simples, cet artiste talentueux arrive à remettre en cause l’esprit unique. Ce changeur d’un bout du monde a transposé ses messages éthiques et porteurs de justice sociale en fresques dans le métro (subway drawings) et dans les espaces publics, en dessins, en peintures, en affiches, en collages et même en sculptures. Les combats de cette icône du Pop Art ont influencé l’opinion publique, mais surtout nombre de jeunes artistes, dont ceux de la rue. Défenseur de la liberté, sur les murs ou dans les musées, il a lutté sur tous les fronts. Il s’est élevé contre toutes les conneries de l’humanité : racisme, apartheid, homophobie, pudibonderie, sexisme, injustice, violence, armement nucléaire, impérialisme, financiarisation ou pollution.

    Lire la suite

  • Souris ! Respire ! Ralentis !

    Je suis plutôt distant envers les religions et ne suis pas bouddhiste, même si quelques-unes de ses valeurs sont proches des miennes. Tchich Nhat Hanh, Moine bouddhiste, énonce un beau programme : Souris ! Respire ! Ralentis ! Souris ! Le sourire est un appel à l’échange positif. Plus tu l’utilises, plus tu te sens bien et plus les autres sont ouverts à toi. En souriant, ton cerveau libère des endorphines, stimulatrices d’un moral au beau fixe. Bonheur assuré et anxiété anéantie. Respire ! Respirer consciemment, en mettant en action notre abdomen, détoxifie notre corps. L’augmentation de l’oxygène dans notre sang, dope notre vitalité et fait chuter notre stress. Notre souffle profond renforce notre système immunitaire. Ralentis ! La mode est à l’urgence. Tout est urgent. Mais, quand tout est urgent, la véritable urgence n’émerge plus. Beaucoup confondent action, avec agitation. Prendre de la distance, sélectionner les priorités, distiller l’essentiel du futile adoucit notre vie. Ralentir, c’est maîtriser son existence et mieux apprécier le présent. C’est créer du temps pour soi. Appliquons la thèse toute simple de Tchich Nhat Hanh : Souris ! Respire ! Ralentis !