Droit de la personne

  • Une société humaniste et éclairée ne peut pas tolérer l’excision !

    Je prône une société bâtie sur le Bonheur intérieur brut. Quand tu veux le bien, tu dois aussi combattre le mal. Aujourd’hui, nous allons vivre la Journée internationale contre l’excision, décidée par l’ONU.

    Malgré les campagnes menées par les organisations internationales, les ONG, l’Union africaine, l’Union européenne et plusieurs états, près de 200 millions de filles et de femmes ont subi, sur cette Terre, une forme de mutilation génitale, dont environ 44 millions de moins de 14 ans. Chaque années, 3 millions de jeunes filles subissent cet acte de tortures. La prévention et l’interdiction de ces sales pratiques doivent s’amplifier. Tolérance zéro !

    Selon l’UNICEF, toutes les quinze secondes une excision est pratiquée sur cette planète. L’excision est le nom générique donné à différentes pratiques en traînant l’ablation d’organes génitaux féminins. Cette torture est liée essentiellement au désir d’assujettir les femmes et de contrôler leur sexualité.

    Combattre l’excision n’est pas une manière d’imposer la civilisation occidentale à d’autres cultures, mais simplement une lutte contre un acte de torture, un engagement en faveur de la liberté de disposer des plaisirs du corps.

    Certains défendent cette mutilation humiliante au nom de particularisme culturel ou religieux. Pourtant, comme le disait fort bien l’imam N’Diaye, alors Secrétaire général de l’Associations des imams et oulémas du Sénégal : « Il n’y a rien dans le Coran qui impose l’excision. »

    Les femmes subissant ces actes restent meurtries toute leur vie, tant dans leur chair que dans leur psychisme. Beaucoup de victimes meurent ou mettent en danger leur santé à la suite d’une excision. Hémorragie, infection, état de choc ou dépression sont quelques effets de ces actes barbares.

    L’excision est une abolition du droit aux plaisirs. Nous savons pourtant l’importance d’une vie sexuelle harmonieuse sur la qualité de la vie, la santé et l’équilibre psychologique. Rien ne peut justifier cette violation de l’intégrité corporelle, contraire aux droits élémentaires de la personne et symbole du machisme le plus révoltant.

    Lutter contre les mutilations génitales féminines est fondamental pour développer une société humaniste et éclairée.

  • Pour le Bonheur intérieur brut, vaccin contre la morosité

    « Les bénéfices des émotions positives sur la qualité de vie sont nombreux et scientifiquement documentés. » Christophe André, Neuropsy spécialisé sur les questions du bonheur Les pays mesurent leur réussite en comparant leur PIB, leur produit intérieur brut. Mesurer ce PIB ne peut être qu’un indicateur, et non pas un but en soi. Comme l’aisance financière peut contribuer au bonheur chez des individus, elle ne peut pas l’assurer à elle seule. Ne bâtir une société que sur l’axe économique ne peut contribuer qu’au déséquilibre et être contraire à un développement durable, savant assemblage entre l’écologie, le social et l’économie.

    Lire la suite

  • La liberté de ne pas croire est un droit fondamental

    Je défends la liberté religieuse, comme celle de ne pas croire. Chacune ou chacun doit pouvoir librement exercer ses droits, sans contraintes, sans gêner les autres, sans juger les autres.

    Lire la suite

  • Pour le respect de tous les groupes ethniques à Myanmar

    « Ces personnes qui harcèlent les musulmans devraient se rappeler de Bouddha. Dans des situations similaires, il aurait aidé ces pauvres musulmans », Dalaï-lama Noël sonne à nos portes avec tous ses beaux élans de fraternité. Pourtant, dans un silence relativement grand de l’opinion internationale, les musulmans rohingyas de Birmanie subissent une épuration ethnique, purement odieuse. Massacres en tout genre, tortures, humiliations, viols, maisons et villages incendiés, ce peuple vit un véritable génocide de la part de sectes bouddhistes intégristes et de l’armée birmane.

    Lire la suite

  • Smart City Day 2017 : « Human Smart City »

    Smart City Day, jeudi 14 septembre 2017, HEPIA, Genève

    Le Citoyen est au coeur du fonctionnement de la Cité ; il est primordial de l’inclure dans son écosystème en lien avec l'essor des nouvelles technologies. Lors de la 4ᵉ édition du Smart City Day (SCD), qui se déroulera à Genève le jeudi 14 septembre, le thème Human Smart City servira donc de fil rouge. « Pas de Smart City sans Smart People ! ».

    Lire la suite