02/06/2011

L'école doit construire les comportements

L'association Arle voulait rétablir la note de comportement à l'école genevoise. Son initiative populaire n'a pas recueilli les signatures exigées pour être soumise au peuple. Tant mieux !

 

Vouloir rétablir l'école de grand-papa où aucune tête ne dépassait, où l'esprit critique était considéré comme de l'impertinence, où la vitalité était suspectée d'être une maladie d'hyperactivité, est nuisible. La richesse de l'enfance est la multiplicité, l'addition des différences.

 

Cessons de vouloir transformer les classes en un alignement de robots, sans vie, en troupeau de Ritalinés. Que celles et ceux souhaitant le retour des autocrates et des mégères, comme maître-esse (sic !), à la tête des classes se rendent dans les écoles pour apprécier l'autoévaluation des critères multiples de comportement. Ils verront des enfants réfléchirent, avec l'enseignant-e, sur leur façon d'agir et d'interagir avec les autres.

 

Au lieu d'une note unique de comportement, ils reçoivent différents commentaires, nuancés, sur toutes leurs facettes, qualifiant chaque dimension de leur personnalité. Ainsi, on peut dire, par exemple, à un enfant qu'il est très à l'écoute de l'enseignant-e, qu'il est très poli, qu'il est très ordré, mais qu'il manque de complicité avec les autres élèves.

 

On évalue l'élève dans toute sa complexité, en inventoriant ses moins et ses plus, et on définit des plans d'amélioration. On valorise l'enfant et on aide à sa construction, au lieu de le menacer et de le casser avec une note caricaturale. Cette réflexion partagée sur les différents axes de son propre  comportement est bien plus fructueux pour l'élève qu'une simple sanction, amalgamant tous les traits de son caractère.

04/06/2009

Retirons l’initiative 138 sur le Cycle d’orientation à Genève

En tant qu'initiant, je suis profondément favorable au retrait de l'initiative 138 sur le Cycle d’orientation.

 

Evidemment, l'IN138 est plus satisfaisante que le contreprojet voté par le peuple, auquel j'ai participé afin de trouver un compromis politique capable de contrer les mouvements rétrogrades de l'école et de recueillir une majorité, comme ça été le cas dans les urnes.

 

Certes ce compromis n'est pas mon idéal. Néanmoins, il a permis d'améliorer la situation, de remporter un large succès populaire (la volonté  populaire doit être toujours respectée, surtout quelques semaines après son expression) et surtout de ramener une certaine sérénité au Cycle d'orientation.

 

Dans ce contexte, l'IN138 n'a aucune chance de gagner. Une défaite, certainement assez nette, ne servira pas notre cause. Au contraire, elle marginalisera nos thèses aujourd'hui minoritaires.

 

Nous avons un devoir de pédagogie envers les électrices et électeurs pour leur présenter des évolutions pédagogiques bien différentes de l'école qu'ils ont connue et qu'ils idéalisent, et non un devoir suicidaire d'amener une initiative à un échec cuisant.

 

Hier encore, nous pensions que l'initiative démagogique et élitiste de REEL avait toutes ses chances de passer au détriment des intérêts des élèves. L'IN138, initiative de combat, a poussé les forces politiques à trouver un compromis pour contrer le projet dangereux de REEL. L'objectif est atteint ! Maintenir l'IN138 serait une erreur qui pousserait notre idéal à l'échec et renforcerait nos adversaires.

 

Sachons garder raison et travaillons à faire évoluer les mentalités, notamment en montrant à la population les exemples proches de nos aspirations qui réunissent un peu partout dans le monde.

 

Ces considérations personnelles ne sont dictées que par le souci de ne pas transformer l'école en un terrain de jeux pour recueillir des voix.