21/02/2011

Miscellanées du 21 février 2011

Une place au soleil

En 2010, l’Allemagne a construit 230'000 nouvelles centrales solaires. Un bel engagement en faveur de l’environnement ! Et si tous les autres pays faisaient de même …

 

Sourire sur le Nil

L’écrivain égyptien, militant communiste, emprisonné pour ses idées, Sonallah Ibrahim; Prix Ibn Rushd pour la liberté de pensée, résume si bien l’esprit de liberté se propageant en Egypte : « J’ai retrouvé le sourire ! Cette révolution a fait naître une autorité populaire. »

yes_we_caire-2fc73.jpg

Droit d’asile pour l’argent des dictateurs ?

Sous l’impulsion de la Présidente de la Confédération helvétique Micheline Calmy-Rey, la Suisse bloque les fonds des autocrates Ben Ali et Hosni Moubarak planqués dans les banques suisses. Bravo ! Il serait encore plus éthique de ne jamais accepter l’argent des tyrans.

 

Les frustrés

L’ancien skieur helvétique Paul Accola ne fait pas dans la dentelle. Evoquant la télévision publique alémanique, il l’a qualifiée de « repaire de gauchistes et d’homosexuels. » Parlant du droit d’asile, après avoir précisé hypocritement le fameux « Je n’ai rien contre les étrangers », il lâche : « Aujourd’hui, le Sri Lanka doit être quasi vide, ils sont tous en Suisse. » Ses délires oratoires ne choquent pas son ami, le leader populiste Christoph Blocher : « Paul Accola a des idées très fraîches et bien à lui. » Dans cette logique extrémiste, Paul Accola envisage être candidat UDC aux prochaines élections fédérales. Son ancien entraîneur résume le personnage : « Paul a toujours été un gars impulsif, invivable, qui se sentait persécuté. » Visiblement, il n’a pas changé. Passez de la frustration sportive à la frustration politique, c’est cohérent, mais quelle triste existence !

 

Flamenco à Séville

Nous visitons le Musée du flamenco de Séville. La muséographie est excellente, basée sur l’interaction et l’esthétisme. Cette musique héberge de multiples racines et symbolise l’esprit festif du peuple espagnol. De grands écrans diffusent des chorégraphies d’une grande beauté, transcendant les corps. Cette musique est de feu, soulevant les passions et l’amour. Le soir, nous allons admirer un spectacle très sympa à Los Gallos Tablao Flamenco, un club de flamenco souvent recommandé par les guides.

Une bonne adresse à Séville

Dîner à la Cava del Europa de Séville, petit bistrot assez branché dans le quartier animé de Santa Cruz. L’équipe animant cet endroit est très sympa. Pour débuter, rien de mieux, qu’une coupe de Do Cava l’Hereu de Raventos, un mousseux très typé, avec un petit arrière-goût d’amande. Pour manger, je choisis un filet de bœuf sur une purée de pommes de terre aux truffes. C’est délicieux. Pour accompagner ce bon repas, nous buvons un vin rouge : Crianza Torrederos, 100% Tempranillo.

20:38 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2009

Voyage au cœur des vins genevois

Nous avons suivi des cours sur le vin genevois à l’OPAGE, l’Office de Promotion des Produits Agricoles de Genève. Les crus genevois sont au top !

 

Durant nos 4 soirées de sensibilisation, nous avons dégusté de très beaux produits, jugez.en :

 

Assemblage « Amplitude », Domaine de la Comtesse Eldegarde, de Nicolas Bonnet, Satigny

Cet excellent assemblage rassemble du Merlot, du Cabernet-Franc et du Cabernet-Sauvignon.

 

Assemblage rouge « Réserve de la Commune de Cologny », Domaine de la Vigne Blanche, de Sarah et Roger Meylan, Cologny

 

Assemblage « Infini », La Cave de Genève, Satigny

 

Cabernet Franc, Domaine de Champvigny, de Raymond Meister, Satigny

Cépage rouge originaire de Bordeaux et de la Vallée de la Loire. Souvent utilisés dans les assemblages, ce vin est coloré, racé et tannique. Boisé, aux saveurs complexes en bouche, il atteint sa maturité en deuxième époque. Vif et frais, nous percevons des goûts de fruits rouges cuits, de poivrons verts et rouges, d’herbacés, de cassis et/ou de framboises.

 

Cabernet Sauvignon « La Cuisse de Jupiter », Domaine du Centaure, de Claude Ramu, Satigny

Cépage rouge, roi du Médoc dans le Bordelais. Obtenant sa maturité en deuxième époque, ses vignes sont généralement exposées au sud et aiment les sols souples. Ce vin fougueux est souvent équilibré et racé. Ses tannins lui confèrent une couleur prononcée. Complexe au niveau aromatique, on y détecte souvent des notes de fruits noirs, de végétaux et de tabac.

 

Chardonnay, Domaine Villard et fils, Anières

Chardonnay, Domaine des Pendus, de Christian Sossauer, Peney

Chardonnay, Clos de Céligny, d’Herbert Schütz et Rudolf Moser, Céligny

Cépage blanc originaire de Bourgogne et de Champagne. Nez complexe, on peut y reconnaître des odeurs de miel, d’agrumes à coup sûr, voire de pêche. Bouquet très fin, structuré, charpenté et gras, il offre une palette large d’arômes. De couleur dense, ce vin a une acidité assez élevée.

 

Chardonnay vin doux passerillé, Domaine des Curiades, de Jacques et Christophe Dupraz, Lully

 

Chasselas, Domaine des Chevalières, de Sébastien  Dupraz, Soral

Chasselas, Domaine les Hutins, d’Emilienne et Jean Hutin, Dardagny

Cépage blanc base du Perlan à Genève, du Fendant dans le Valais, du Dorin, du Weisser Gutedel, de la Blanchette, du Crépy en Savoie, … Vin léger et frais, il est soit fruité, soit floral, rarement les deux. En Suisse, il contient souvent du gaz carbonique. Assez moyen, il accompagne bien la fondue ou la raclette.

 

Gamaret, Les vins de Philippe Chevrier, la Cave de Genève, Satigny

Gamaret, Domaine des Curiades, Jacques et Christophe Dupraz, Lully

Gamaret, Domaine des Graves, de Nicolas Cadoux, Athenaz

Habile croisement entre le Gamay (la mère) et le Reichensteiner (le père).Inventé en 1970, il n’a été commercialisé qu’en 1989. Ce vin de Suisse romande est bien structuré et tannique. Avec sa couleur élevée, il a un côté sauvage. Ses arômes sont axés sur les fruits noirs. Des petits goûts de clous de girofles et de poivre peuvent se distinguer. Vendangé tardivement, ce cépage rouge peut aussi servir à concevoir d’excellents rosés.

 

Gamaret muté, Les Vallières, d’André et Louis Serex

 

Gamay, Domaine des Perrières, de Bernard Rochaix, Peissy

Gamay « La Briva », Domaine les Hutins, d’Emilienne et Jean Hutin, Dardagny

Gamay, Clos des Pins, de Marc Ramu, Dardagny

Vin simple, vif et léger originaire du Beaujolais. Avec des tannins rugueux, peu élégants et une acidité soutenue, il a une attaque en bouche souvent fraîche. Raisin poussant en grosse grappe, souvent court en bouche, il dégage des saveurs de mûres, de clous de girofles, de fruits rouges, parfois un peu poivrées.

 

Gewürztraminer, Domaine des Faunes, de Frédéric et Ludovic Mistral, Dardagny

Cépage blanc originaire des bords du Rhin. Aimant les terrains frais et la surmaturation, ce vin très doux est fortement aromatique. Ce cousin du Traminer et du Savagnin fait littéralement exploser le goût du fruit, avec une petite touche de rose.

 

Merlot, les Vallières, d’André et Louis Serex, Satigny

Cépage rouge originaire de Bordeaux, dans le coin de Pomerol et Saint-Emilion, pas dans le Médoc. Vin racé, coloré, fruité, riche en tannins, il est fin et rond dans au nez comme dans la bouche. Atteignant sa maturité à la seconde époque, il possède des notes florales basées sur le lila et la violette. Au nez, les senteurs de pruneaux et de fruits routes remplissent nos narines. Le Merlot vinifié par les Serex a été le rouge de notre mariage.

 

Pinot blanc, Domaine des Graves, de Nicolas Cadoux, Athenaz

Pinot blanc, Vignoble de l’Etat, de Thierry Anet, Bernex

Cépage blanc dégageant au nez des odeurs de coings. Originaire de Bourgogne, ce pinard est souvent acide, vif, nerveux et bien charpenté. A boire quand il n’y a que de l’eau sur la table.

 

Pinot gris, Domaine des Faunes, de Frédéric et Ludovic Mistral, Dardagny

Cépage issu d’une mutation naturelle de Pinot noir. Le Malvoisie, le Beurot de Bourgogne et le Tokay sont ses synonymes. Avec des notes de coing, assez alcooleux, le Pinot gris est à l’aise lorsqu’on l’utilise pour concevoir des vins doux et/ou moelleux.

 

Pinot noir, Cave des Bossons, d’Erc Leyvraz, Peissy

Cépage originaire de Bourgogne. Racé, très fin, corsé, ce vin a une couleur rubis. Portant mal son nom, son intensité colorante n’est pas très forte. Pourtant, une robe intense est gage fréquemment de qualité pour ce vin. Au nez, nous sentons des odeurs de griottes, de mûres, de framboises. Parfois, s’ajoutent des touches de cannelle et de vanille. Ses tannins sont agréables. Ce vin allie souvent la structure et la finesse. Un bon pinot noir remplit bien la bouche, mais n’est jamais agressif.

 

Sauvignon, Domaine de la Comtesse Eldegarde, de Nicolas Bonnet, Satigny

Sauvignon, Domaine de la Printanière, de Laurent Dugerdil, Avully

Sauvignon, Château des Bois, de Mathias Jäger, Satigny

Cépage blanc, aimant les terrains frais, pas trop précoce, à l’acidité élevée. Cépage principal de Sancerre, ce vin typé dégage des saveurs d’agrumes et de cassis.

 

Sauvignon blanc doux, Domaine de la Comtesse Eldegarde, de Nicolas Bonnet, Satigny

 

Scheurebe, Domaine des Faunes, de Frédéric et Ludovic Mistral, Dardagny

Cépage blanc originaire du sud de l’Allemagne. Il est né d’un croisement astucieux entre le Sylvaner vert et  le Riesling. Au nez, comme au goût, tu retrouves des parfums de pamplemousse, d’agrumes, de litchis, avec parfois une touche de cassis et de fruits exotiques. Cousin du Kerner, il produit un vin vif, agréablement parfumé, très floral et peu coloré. Son créateur est Georges Scheu.

scheurebe.jpg

Syrah, Cave des Chevalières, de Sébastien Dupraz, Soral

 

22:24 Publié dans Général | Tags : vins, genevois | Lien permanent | Commentaires (1)

01/06/2009

Un p'tit bout de vie : 1er juin 2009

Don PX

L’ami René Longet nous fait découvrir, au « Soleil Rouge », bar et boutique de vins espagnols à Genève, le Toro Albalà Don PX. Vin doux, émanant d’un cépage unique de Pedro Ximenez, ce pinard est hyper original. Il est vieilli en barrique jusqu’à sa maturité. Très aromatique, liquoreux, ce vin très aromatique se boit avec des fromages et/ou des fruits. Ample en bouche, de couleur très foncée à l’œil, les experts y détectent des parfums de fruit de la passion, de datte, de prune, de raisin pressé et de figue. Certains y perçoivent des arômes de café et de chocolat noir. Moi, je ressens surtout des gorgées de plaisir.

 

Rosé …

Sur Facebok, je réponds à un quizz « Quel vin êtes-vous ? » Le résultat est le Rosé de Provence, avec le commentaire suivant :

Les couleurs, les senteurs, les saveurs sont les reflets de l'art de vivre en Provence, terre de prédilection du rosé ! sa robe clair, son nez délicat et fruité font du rosé un instant de convivialité que vous appréciez tout particulièrement entre amis, au soleil et en toute simplicité ! Votre style de vie est comme le rosé : simple et moderne.

Pas faux !

 

L’envie … est un désir déraisonné selon la religion. La vie doit être une longue série d’envies pour être belle et heureuse..

envie.jpg

USA La liberté est assassinée

Le médecin George Tiller, défendant le droit à l’interruption de grossesse, a été assassiné par les anti-avortement. Comme dit Guy Bedos, il est étonnant de constater que celles et ceux qui sont contre l’avortement sont souvent les mêmes qui sont pour la peine de mort. Aujourd’hui, ils sont en plus favorables au meurtre. En Argentine, 150 femmes meurent encore chaque année, selon Amnesty international, suite à des avortements clandestins. C’est ce que veulent les soi-disant défenseurs de la vie ?

avortement.jpg

 

15:44 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2009

Dieudonné : la liberté d’expression dévoyée

APPEL A LA MOBILISATION DES CONSCIENCES

 

Par-delà  nos  opinions  politiques,  nos  croyances,  nos  appartenances  nationales  ou  confessionnelles, nous, signataires de cet appel, reconnaissons la liberté d’expression comme attribut  fondamental  de  la  démocratie  et  le  respect  de  son  principe  comme  indispensable  à l’existence d’une société ouverte, pluraliste et respectueuse.

 

Insidieusement,  c’est  au  nom  de  cette  même liberté  d’expression,  et sous  prétexte  de provocation,  que  Dieudonné  s’est  érigé  en  chef  de  file  d’un  certain  nombre d’antisémites.

 

Nous ne pouvons accepter qu’un principe aussi fondamental que la liberté d’expression  soit ainsi dévoyée et utilisée comme instrument de propagande haineuse.

 

Genève est  une ville  de  dialogue,  de  respect  et  de  compréhension,  fière  de  l’enrichissement que lui apporte sa diversité culturelle, ethnique et religieuse.

 

Nous,  citoyens  de  Genève,  ne  pouvons  être  des  spectateurs  passifs  et  résignés  lorsque  la liberté d’expression est instrumentalisée pour justifier la tenue d’un spectacle d’une personne dont les propos ouvertement antisémites et  les connivences politiques douteuses révèlent un profond mépris pour les idéaux pluralistes que défend cette liberté.

 

Nombre  d’entre  nous  n’ont  pu  oublier  ses  nombreux  dérapages,  dont  le  plus  récent  s’est déroulé  le  28  décembre  dernier.  Devant  cinq  mille  spectateurs,  dont  Jean-Marie  Le  Pen, Dieudonné a  invité sur  la  scène  du  Zénith, à  Paris, Robert Faurisson, négationniste  français bien  connu  et  condamné,  à  plusieurs  reprises,  pour  ses  propos  et  thèses  antisémites.

 

Dieudonné  lui  a  fait  remettre  à  cette  occasion  par  son  régisseur,  déguisé  en  déporté d’un camp de concentration, « le prix de l’infréquentabilité et de l’insolence ».

 

Parce  que  nous  considérons comme un  devoir  citoyen  de  laisser  les  idées  s’exprimer,  nous considérons  aussi comme  un  devoir  citoyen  de  dénoncer  le  racisme,  l’antisémitisme  et  la propagation de la haine partout où ils se cachent et, a fortiori, derrière l’usage de nos libertés fondamentales.

 

Au nom de la liberté d’expression, pour alerter les consciences citoyennes du danger de son  dévoiement,  nous  signons  cet  appel. Pour  que  Dieudonné  aujourd’hui,  mais  un  autre demain, sache que nous ne sommes pas dupes, que nous reconnaissons et dénonçons le visage hideux de la haine quel que soit le masque dont il est affublé.

 

Premiers  signataires de  cet  appel  envoyé à  des  personnalités genevoises – par ordre alphabétique :

Mme Ariane BLUM BRUNIER, ancienne Députée

M. Christian BRUNIER, ancien Député

Mme Martine BRUNSCHWIG GRAF, Conseillère nationale

M. Thierry CHAROLLAIS, Député

M. Jacques CHESSEX, Ecrivain

M. Roger DENEYS, Député, Président de la Commission des Droits de l'Homme (Droits

humains)

M. Michel DUCRET, Député

Mme Anne EMERY-TORRACINTA, Députée

M. Alain ETIENNE, Député

Mme Laurence FEHLMANN RIELLE, Députée, Présidente de la commission consultative en

matière d'addictions

Mme Nathalie FONTANET, Députée

M. Fabiano FORTE, Député, Président du Parti Démocrate Chrétien de Genève

M. François GILLET, Député

M. Roger GOLAY, Député, Chef de Groupe Parlementaire

Me Elka GOUZER-WAECHTER, Vice-présidente LICRA Genève

Mme Isabelle GRAESSLE

Me Michel HALPERIN, Député, Président du Parti Libéral de Genève

M. Hugues HITPOLD, Conseiller national, Président du Parti Radical de Genève

M. Antonio HODGERS, Conseiller national

Me Philippe KENEL, Président de la LICRA Genève

Me Christian LUSCHER, Conseiller national

M. Guy METTAN, Député

Pasteur Philippe REYMOND, Modérateur de la Compagnie des pasteurs et des diacres

M. Francis WAHL, Fondateur de la LICRA Suisse

M. Pierre WEISS, Président du parti libéral suisse, député, vice-président de la Licra Genève

15:50 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

07/01/2009

Dieudonné se trompe

Sur les ondes de la Radio Suisse Romande, Dieudonné m’a attaqué en prétendant que je condamne son spectacle (si on peut appeler spectacle, la distinction de Robert Faurisson, niant la Shoah et les chambres à gaz nazies, par un comédien déguisé en déporté juif) alors que j’ai soutenu la publication des caricatures de Mahomet. Il a affirmé encore que ma tolérance et mon sens de l’humour étaient à géométrie variable. Il tente surtout de démontrer que je soutiens les juifs contre les musulmans.

Ceci est évidemment faux et insultant par rapport à mes engagements en faveur de la paix entre les peuples.

La publication des caricatures de Mahomet pouvait gêner les religieux musulmans et ne représentait pas un acte d’humour très fin. Mais, ces dessins n’avaient pas à être censurés car ils n’appelaient pas à la haine. C’est là que la frontière se situe entre l’acceptable ou non.

Valoriser l’action de Faurisson sur scène n’a rien à voir avec l’humour et est un appel à la haine.

Je suis un défenseur de l’humour, même le plus dur. Je suis un admirateur des surréalistes et des humoristes tels que Coluche, Pierre Desproges, Guy Bedos ou Jean Yanne. Je lis quasiment chaque semaine « Charlie Hebdo » et « Siné Hebdo ». J’adore l’humour noir, la dérision la plus hard et la provocation, véritable oxygène de la démocratie. Mais, le show de Dieudonné n’a rien à voir. Même Le Pen, ami de Dieudonné et spectateur de cette dérive sur la scène parisienne, était un peu gêné. C’est pour dire !

Concernant l’attaque de Dieudonné sur mon soi-disant côté partisan, je rappelle juste que j’ai toujours soutenu les musulmans et les juifs lorsqu’ils subissaient des exactions. J’ai toujours plaidé pour la paix entre les juifs et les musulmans. Une terre, deux peuples ! Je condamne aussi bien le Hamas pour son extrémisme que l’intervention odieuse d’Israël contre la Palestine. J’ai d’ailleurs participé, il y a quelques jours, à la dernière manifestation à Genève contre ce nouveau massacre du peuple palestinien à Gaza. En tant que député, j’ai aussi déposé un projet de résolution contre l’odieux mur israélien enfermant le peuple palestinien dans une prison inacceptable. J’ai prouvé, n’en déplaise à Dieudonné, à multiples reprises que je ne soutenais pas un peuple contre l’autre.

Oui, à l’humour ! Oui, à la paix !

Non à l’extrémisme, à la guerre et à la haine !

05:58 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

14/08/2008

Prix Michel Baettig 2008

Retrouvez les photos du Prix Michel Baettig 2008 :

http://www.pepgeneve.ch/photos.htm

 

Prix Baettif 2008_1.jpg
Je suis membre du Jury de ce Prix quasiment depuis sa création (j’ai juste manqué la première édition).
Présidé brillamment par François Ginet, ce jury récompense une entreprise ou une organisation conforme aux valeurs du regretté Michel Baettig, journaliste, puis haut fonctionnaire qui avait compris bien avant les autres l’importance de la région franco-valdo-genevoise.
Les axes d’évaluation des postulants à ce prix sont l’esprit d’équipe et l’humanisme, l’ambition du projet présenté et la réussite de celui-ci.
Cette année, le Prix a été remporté par romradio.ch, une équipe de jeunes passionnés qui ont monté une radio Web avec un dynamisme et un esprit d’équipe hors du commun.
Les anciens lauréats de ce Prix sont les suivants :
  • P.Robert et Partners en 2000
  • Atelier Roger Pfund en 2002
  • One FM en 2003
  • Orchestre de Chambre de Genève en 2005
  • Association Pacifique en 2006

La prochaine édition aura lieu en 2009.

Pour déposer une candidature :

http://www.pepgeneve.ch/inscription_pmb.htm

 

 

11:48 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2008

En vrac ...

Jeux olympiques

Les J.O. sont ouverts. Vive le sport !

jo commence.jpg

Et pensées solidaires avec les amoureuses et amoureux de la liberté en Chine comme ailleurs …

 

chine_jo_01.jpg

L’animal politique

En pleine campagne électorale, Nicolas Sarkozy avait lancé : « La place de l’animal dans nos sociétés me tient particulièrement à cœur ». Evidemment, les voix des ami-e-s des 50 millions d’ami-e-s ne comptent pas pour beurre.

Désormais au pouvoir, Sarko légalise la cruelle chasse à l’arc, qui avait été interdite en 1995.

Les agonies des animaux touchés, lors de ce type de chasse archaïque, sont horribles.

Entends-tu le cri du corps (de l’animal) au fond des bois ?

Des chiffres qui font peur

En 2020, les déchets nucléaires français atteindront 2 millions de mètres cubes, qui resteront dangereux jusqu’à 200'000 ans.

La Connerie de la semaine

Après des années de pouvoir de la droite dure aux USA et aux termes du règne conservateur de George W. Bush, le sénateur républicain du Kentucky Jim Bunning déclare : « Le socialisme règne en maître aux Etats-Unis. » Comme le précise le magazine « Marianne », ce monsieur peut se présenter au SuperBowl de la bêtise.

 

 

 

16:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

23/03/2008

Election au poste de Procureur général de Genève : Unis derrière François Paychère

http://paychere.info

 

 

Appel en faveur de François PAYCHERE

 

 

La justice genevoise sera confrontée ces prochaines années à des défis d'envergure, avec la mise en place des nouvelles procédures civile et pénale, l'adaptation de l'organisation judiciaire aux exigences du droit fédéral, la définition de la place du pouvoir judiciaire dans la Constitution cantonale totalement révisée.

 

 

Il est donc heureux que la désignation du Procureur général, premier magistrat judiciaire du canton, puisse résulter du choix du peuple.

 

 

Dans ce contexte, il importe que le Procureur général dispose de compétences reconnues par tous, comme d'une autorité incontestée, pour être l'âme des réformes en cours. Il doit être à même de fédérer le personnel judiciaire, d'unifier le parquet autour d'une politique pénale claire et d'assurer le lien avec la future Constituante.

 

 

Au-delà de toute considération partisane, les soussignés sont convaincus que François PAYCHERE, magistrat de grande expérience et aux qualités reconnues, est le candidat qui remplit le mieux ces exigences. Ils appellent les électeurs à le soutenir lors de l'élection du 20 avril 2008.

 

 

ANTILLE Guylaine: Conseillère municipale Bernex

 

APOTHELOZ Thierry : Conseiller administratif à Vernier

 

BAUD Catherine : Députée au Grand Conseil

 

BERTHET Jean : Conseiller municipal, Troinex

 

BOSSY Jean-Pierre : Ancien député au Grand Conseil

 

BRUNIER Christian : Député au Grand Conseil

 

BRUNIER Isabelle : Conseillère municipale en Ville de Genève

 

BURGER Sandrine : Conseillère municipale à la Ville de Genève

 

BÜTSCHI HAEBERLIN Danielle : Conseillère municipale à Chêne-Bourg

 

CAHANNES Monique : Ancienne conseillère municipale - juge assesseur suppléante

 

CAPTYN Mathilde : Députée les Verts

 

CASTELLI Enrico : président du Conseil municipal de Thônex 

 

CATTANI Daniel : Conseiller municipal, Onex

 

CHANSON Olivier : Président du Conseil municipal, Confignon

 

CHAROLLAIS Thierry : Conseiller municipal, Meyrin

 

CHATELAIN Elisabeth : Députée au Grand Conseil

 

CONTAT HICKEL Marguerite : Conseillère municipale les Verts

 

CRISTIN Pierre-Alain : Conseiller municipal à Onex,  juge assesseur à la Commission de conciliation en matière de baux et loyers

 

DENEYS Roger: Député

 

DREIFUSS Ruth : Ancienne Conseillère fédérale

 

DUPRAZ Alain : Conseiller municipal

 

DURAND Thierry : Conseiller administratif

 

EMERY-TORRACINTA Anne: Députée

 

ETIENNE Alain : Député

 

EYA NCHAMA Cruz Melchor : Conseiller municipal, Le Grand-Saconnex

 

FAZIO Jean-Louis : Conseiller municipal Ville de Genève

 

FEHLMANN RIELLE Laurence : députée, Secrétaire générale de la FEGPA

 

FLAMAND Emilie : Députée les Verts

 

GAUTHIER Morgane: Députée

 

GROBET Christian : Ancien Président du Conseil d'Etat

 

GROBET-WELLNER Mariane : Députée, économiste, députée

 

HODGERS Antonio : Conseiller national, Président des Verts

 

KAST Carole-Anne : Secrétaire générale du Rassemblement pour une politique sociale du logement, Conseillère administrative à Onex

 

KELLER LOPEZ Virginie: Députée

 

KLOPMANN Sarah : Conseillère municipale Ville de Genève

 

LANFRANCHI Michel : Ancien président du Tribunal administratif

 

MAHRER Anne : Députée les Verts

 

MARRO Patrice : Conseiller municipal à Versoix

 

MASCOTTO Sabina : Secrétaire adjointe au Département des finances

 

MAURY PASQUIER Liliane : Conseillère aux Etats

 

MIZRAHI Cyril : Conseiller municipal à Lancy, vice-président PS Genève

 

MOLINARI Sonja : Conseiller municipale, chargée de projets de coopération internationale

 

MUGNY Patrice : Conseiller administratif à la Ville de Genève

 

PACHOUD Pierre : Juge assesseur titulaire de la Chambre d'accusation (section Habeas corpus, mandat) 

 

PARIS Véronique: Conseillère municipale en Ville de Genéve

 

PERLER Frédérique : Conseillère municipale en Ville de Genève

 

PFUND Annina : Vice-présidente du PS de Genève, conseillère municipale en Ville de Genève 

 

PIGUET Thierry : Enseignant, vice président du Conseil municipal de la Ville de Genève

 

POMATTO Michel-Raymond : Conseiller municipal, Grand-Saconnex

 

PÜRRO Véronique : Députée

 

RENEVEY Frédéric : Conseillère administratif, Lancy

 

REVUELTA Andrés : Conseiller municipal, Vernier

 

RICHARD-MIKEL Margaret : Conseillère municipale, Versoix

 

RIELLE Jean-Charles : Médecin, Conseiller national

 

ROCHAT Yvan : Conseiller administratif à Vernier

 

RODRIK Albert : Retraité, Juriste

 

ROSSIAUD Jean : Député au Grand Conseil

 

ROTH-BERNASCONI Maria : Conseillère nationale, Juriste

 

SALERNO Sandrine : Conseillère administrative en Ville de Genève

 

SAUTER Marie-José : Présidente du Conseil Municipal de Versoix

 

SCHAERER Henri Marc : Conseiller municipal Veyrier, juge assesseur au Tribunal de la jeunesse

 

SCHENK-GOTTRET Françoise : Députée au Grand Conseil

 

SCHNEIDER-BIDAUX Brigitte : Députée au Grand Conseil

 

SCHNEIDER HAUSSER Lydia : Députée au Grand Conseil

 

SOBANEK Marion : Conseillère municipale Chêne-Bougeries

 

SOMMARUGA Carlo : Conseiller national, Secrétaire général Asloca Romande

 

SOUTTER Andrienne : Conseillère municipale en Ville de Genève

 

SUMI Martine : Conseillère municipale en Ville de Genève

 

THION François : Député au Grand Conseil

 

THOREL Jean-Pierre : Comité des retraités UNIA

 

TORNARE Manuel :  Conseiller administratif de la Ville de Genève

 

VALIQUER GRECUCCIO Nicole : Conseillère municipale en Ville de Genève

 

VELASCO Alberto : Député au Grand Conseil

 

WALDER Nicolas : Conseiller municipal à Carouge

 

WISARD-BLUM Ariane : Députée au Grand Conseil

 

 

BÜRGENMEIER Beat : Professeur à l'Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales

 

CARTON Michel : Vice-directeur de l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID)

 

CASSANI Ursula : Professeure à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

DELLEY Jean-Daniel : Professeur à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

FLÜCKIGER Yves : Professeur à l'Université de Genève, Faculté des sciences économiques et sociales

 

FUCHS Eric : Pasteur, Professeur honoraire à l'Université de Genève, Faculté de théologie

 

GISIN Nicolas : Professeur à l'Université de Genève; Physique

 

GRAVEN Philippe : Professeur honoraire à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

GRIN François : Professeur à l'Université de Genève, Ecole de traduction et d'interprétation

 

HARDING Timothy : Professeur honoraire à l'Université de Genève, Faculté de médecine

 

HIRSCH Alain : Professeur honoraire à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

KAUFMANN Vincent : Professeur à l'EPFL, Sociologie urbaine et analyse des mobilités

 

LEVRAT Nicolas : Professeur à l'Université de Genève, Faculté de droit, Directeur de l'Institut européen de l'Université de Genève

 

MANAÏ Dominique : Professeure à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

RENOLD Marc-André : Professeur associé à l'Université de Genève, Faculté de droit, Avocat

 

ROBERT Christian-Nils : Professeur à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

SASSÒLI Marco : Professeur à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

THEVENOZ Luc : Professeur à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

TRIGO TRINDADE Rita : Professeure à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

WINIGER Bénédict : Professeur à l'Université de Genève, Faculté de droit

 

ARBEX Françoise : Avocate,

 

BACHELARD Lucien : Avocat, Asloca

 

BACHELARD Rebecca : Juriste UNIA

 

BAERISWYL Laurent : Avocat

 

BAGNOUD Georges : Avocat

 

BAVAREL Dominique : Avocat

 

BAYENET Pierre : Avocat

 

BERTANI Lorella : Avocate

 

BRAUNSCHMIDT Sarah: Avocate

 

BRUCHEZ Christian : Avocat

 

BUCHE Irène : Avocate, Asloca

 

BURKHARD Roland : Avocat

 

CARERA Jean-Pierre : Avocat

 

CORMINBOEUF HARARI Corinne : Avocate

 

DANDRES Christian : Avocat-stagiaire, Asloca

 

DE MORAWITZ Raymond : Avocat

 

DONATIELLO Giuseppe : Avocat et chargé d'enseignement à la Faculté de droit de l'Université de Genève

 

FELDER Stéphane : Avocat

 

FISCHER Fabienne : Avocate

 

GAILLARD Louis : Avocat

 

GRANT Philippe : Avocat

 

GREUB Pierre-Alain : Juriste

 

GROBET THORENS Karin : Avocate

 

GRODECKI Stéphane : Avocat

 

HARARI Maurice : Avocat

 

HUBER Anne-Laure : Avocate

 

JUVET Philippe : Avocat

 

KAESER Michael : Avocat, Président de l'Association des Juristes Progressistes

 

LACHAT David : Avocat

 

LAMMAR Stéphanie : Avocate, Conseillère municipale Ville de Carouge

 

LEU Henri : Avocat, Président de la Fondation suisse de déminage

 

LINIGER GROS Miranda : Avocate

 

MARCONI Laurent : Avocat

 

MAUGUE Eric : Avocat

 

MOLO Romolo : Avocat

 

PAYOT ZEN-RUFFINEN Francine : Avocate

 

PEREGRINA Daniel : Avocat, 

 

PRETI Philippe : Avocat

 

SAYEGH Christine : Avocate

 

SCHNEIDER Jacques-André : Avocat

 

STICHER Thierry : Avocat

 

STÜCKELBERG Béatrice : Avocate

 

VAVASSORI Raphaëlle : Avocate

 

VATERLAUS Doris : Avocate

 

VOUTSINAS Catherine : Avocate

 

WAEBER Jean-Bernard : Avocat

 

ZUTTER François : Avocat

 

AMREIN Olivier: Secrétaire syndical

 

BISANG Anne : Metteure en scène

 

BOSSY Philippe : Travailleur social/responsable de structures

 

BOURQUIN Sébastien : Rédacteur multimédia

 

CAMPICHE Philippe : Conteur

 

CHAPPUIS Florence : Productrice de spectacles

 

DORET Jan : Architecte-urbaniste

 

DUPUIS Renaud : Architecte

 

ESTIER THEVENOZ Sabine : Journaliste

 

GASSER Marie Chantal : Éducatrice spécialisée et médiatrice

 

GAY Marc : Retraité

 

GUERINI Pierre : Chargé de missions HUG

 

JEANMONOD Eric : Décorateur et co-directeur de Théâtre

 

JORDAN Claude : Musicien

 

JUON Roman : Architecte

 

LOPEZ Eugenio 

 

LOUTAN Guy : Médecin

 

LÜSCHER Maja : Economiste

 

MOHR Jean : Photographe

 

MOHR Patrick : Metteur en scène du Théâtre Spirale et co-directeur de la Parfumerie

 

MOHR Simone : Réalisatrice

 

MOUHANNA Souhail : Ancien député, Président de l'AVIVO

 

PASCHOUD Martine : Metteur en scène et Comédienne

 

PICHELIN Hervé : Président de la Communauté genevoise d'action syndicale

 

PRALONG Michèle : Directrice du Théâtre du Grütli

 

RATZE Claude : Directeur artistique ADC - Association Danse Contemporaine

 

RICHARD Yves : Chargé de mission

 

ROSSETTI Sandro : Architecte, Musicien

 

SCHAERER Henri : Enseignant

 

SCHWEIZER Andréas : Conservateur, Maison du patrimoine industriel et des arts graphiques

 

THOREL Gilles : Economiste

 

TORRACINTA Claude : Journaliste
TORRACINTA-PACHE Anne : Ancienne députée

 

TIRABOSCO Tom : Dessinateur

 

TREICHLER Franz : Musicien

 

 

François Paychère en campagne :

 

 

François Paychère répond aux questions des Genevoises et des Genevois.

 

Participez aux rencontres, sous forme de débats.

 

Lundi 31 mars, à 18h00, Palais de justice : débat contradictoire organisé par le Jeune Barreau.

 

Mardi 1er avril, à 20h00, salle communale Jean-Jacques Gautier (1 rte du Vallon, à Chêne-Bougeries): exposé – débat sur le thème de Violence, sécurité et justice. Avec la participation de Michel Vuille, sociologue.

 

Mercredi 2 avril, à 20h00, débat contradictoire organisé par la Tribune de Genève (lieu à préciser).

 

Jeudi 3 avril, à 19h00, salle du Rondeau, rencontre-débat.

 

Mardi 8 avril, de 19h00 à 20h30, rencontre organisée à la salle du Charron à Versoix. La soirée se terminera par un apéritif.

 

Jeudi 10 avril, à 20h00, buvette de la salle communale des Avanchets : rencontre – débat.

 

Vendredi 11 avril, 21h15, rencontre et dialogue à Chancy. Rendez-vous à la salle polyvalente (au rez) de la nouvelle Mairie de Chancy, Route de Valleiry 4, 1284 Chancy.

 

15:51 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (6)

22/02/2008

Blogosphère

Joyeux publiciste
Le journaliste-ethnologue-publiciste Philippe Souaille me traite, sur son blog, de « joyeux publiciste Brunier ». Une attaque sympa, ça change des frustrés méchants !

Blog patchwork
Mon copain, l’écrivain Michaël Perruchoud, trouve que mon blog se disperse trop, qu’il aborde trop de thèmes et qu’il manque d’un fil conducteur. Eh Michaël, mon blog me ressemble. Tout me passionne ! Tout me fait réagir ! Tout me pousse à agir !
Pierre Kunz, démissionnaire du Grand Conseil
Un blog de la Tribune de Genève annonce que le député radical Pierre Kunz démissionnera du parlement genevois pour se présenter à la Constituante, si le peuple vote en faveur de la refonte constitutionnelle. Voici un sacré argument en faveur de ce projet ! Mais non, Pierre, je plaisante, tant c’est un plaisir de t’affronter au parlement …
Copinage
Si vous souhaitez ne pas perdre votre temps en surfant sur les blogs, allez voir notamment les blogs de :
- Ségolène Royal, qui continue son combat pour changer la politique française

http://www.segoleneroyal2007.net/

- François Paychère, le candidat des citoyennes et citoyens de progrès au poste de Procureur de la République de Genève
http://paychere.blog.tdg.ch/
- Moritz Leuenberger, le Conseiller fédéral helvétique socialiste sachant concilier humour et sérieux politique
http://moritzleuenberger.blueblog.ch/
- Alain Berset, Conseiller national helvétique PS
http://www.berset.ch/wordpress/
- Christian Leyvrat, candidat à la présidence du Parti socialiste suisse
http://www.levrat.ch/blog/

 

 

18:00 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2008

François Paychère sur le Net

Le 20 avril prochain, les Genevoises et Genevois pourront choisir leur Procureur général par la voie des urnes.
 
Pour mieux communiquer avec les citoyennes et citoyens, notamment à travers son blog, François Paychère le candidat de la gauche et des mouvements sociaux, lance son site Web :
 
http://paychere.info/
 
Vous y trouverez aussi un programme regroupant des engagements profonds en faveur de la justice, des pages sur des sujets liés à cette élection, les discours de l’ami Paychère, une revue de presse sur cette campagne ou l’histoire de l’élection populaire des magistrats, une conquête du mouvement socialiste.
 
Votons pour François Paychère, l’intégrité au service de Genève
 
Pour mieux faire connaissance avec mon candidat préféré, lisez l’un de ses discours …
 
Tous les six ans, les électrices et les électeurs du canton de Genève ont l’occasion de se prononcer sur le choix de nouveaux magistrats de l’ordre judiciaire. Le vingt avril 2008, l’élection pour la charge de Procureur général sera ouverte.
 
À nous de nous saisir de cet espace démocratique, qui existe grâce à un combat politique du début du siècle : le 27 novembre 1904, un contre-projet à une initiative socialiste a introduit l’élection des magistrats judiciaires par le peuple, à l’exception des juges prud’hommes, seul point de différence avec l’initiative qui avait été déposée.
 
C’est donc grâce à une impulsion populaire que nous sommes en mesure de discuter cette question ce soir.
 
N’attendez pas de moi un exposé complet de mon programme, ce serait un exercice impossible en vingt minutes ; je me contenterai d’aborder quatre sujets : la sphère privée, la rue, la répression des crimes contre l’humanité et la protection de l’environnement.
 
La sphère privée
 
À l'heure où le canton met en place un forum sur les violences domestiques, cette problématique doit vous être largement connue. Permettez-moi néanmoins de l’évoquer en quelques points.
 
Toutes les formes de violence à domicile ou sur le lieu de travail seront réprimées, qu’elles soient d’ordre physique, psychique ou sexuelle : vous saurez que plus de la moitié des personnes qui ont consulté un centre d’aide aux victimes en 2006 (centre LAVI) avaient été les victimes d’une agression commise par une personne appartenant au cercle de leurs proches. Il s’agit certes d’un type de criminalité aux formes variées, difficile à combattre, car diffuse. Or l'état d'une société se mesure à sa capacité à entendre les victimes d'actes de violence physique, sexuelle ou psychique souvent commis par des proches, malgré le silence qui peut entourer de tels crimes commis dans le secret des familles ou l’univers clos du lieu de travail.
 
Lorsqu’une agression est commise dans le cercle domestique, l’intervention de la police et de la justice sont indispensables. Face à une victime portant clairement les marques des sévices subis, la police a pour pratique d’arrêter l’agresseur et de la présenter au juge d’instruction. Le temps du mandat d’arrêt, décerné par ce juge, est mis à profit pour entendre la victime et tenter de prévenir la récidive à la sortie de détention préventive de l’agresseur.
 
Le traitement pénal de la violence domestique est inévitable et justifié. J’entends le poursuivre et le renforcer avec l’aide des juges d’instruction et de la police, sans la collaboration de laquelle aucun dispositif ne peut fonctionner.
 
Je compte toutefois associer le plus étroitement possible tous les acteurs sociaux concernés à cette lutte, car la répression seule ne peut pas tout.
 
En tant que Procureur général, je demanderai à la police judiciaire de faire aussi application de la loi sur les violences domestiques, ce qui n’est pas le cas actuellement. Cette loi permet d’éloigner du domicile l’auteur présumé d’actes de violence alors même que ces actes sont simplement vraisemblables. Une telle mesure permet donc l’intervention étatique avant le stade de la commission d’actes graves de violence et permet d’écarter la personne suspectée, même si les soupçons ne seraient pas assez solides pour justifier une détention pénale. La loi sur les violences domestiques doit être mise en application et contribuera à diminuer les agressions dans la sphère privée.
 
En amont encore de l’éloignement ou de l’enfermement en détention préventive, il y a la prévention à laquelle le Procureur général doit participer. Sa première contribution est de présenter et d’expliquer sa politique en matière de violences domestiques, qui se déclinera donc en trois volets :
  • soutien à la prévention ;
  • éloignement ;
  • détention préventive et poursuite pénale.
 
La rue
 
Espace public par excellence, la rue doit être sûre pour toutes et tous. Rendre cet espace plus convivial passe d’abord par une lutte pour la sécurité du trafic automobile, alors même que la Suisse est l’un des pays européens où les piétons sont les moins protégés sur les passages qui leur sont pourtant réservés ! Il est inacceptable de sacrifier à la route des victimes dont l'existence personnelle et celle de proches est bouleversée par les accidents, causés notamment sous l'influence de l'alcool ou de drogues. Le nombre de ces drames familiaux et sociaux peut être réduit de même que les coûts qu’ils provoquent en soins médicaux, versements de rentes et autres prestations d’assurance.
 
Les moyens pour y parvenir seront systématiquement utilisés par le Parquet : la conduite en état d’ivresse ou sous l’influence d’autres substances doit être sévèrement réprimée. Les contrevenants seront placés en cellule de dégrisement, afin de pallier le risque de récidive. Cette nouvelle politique de la route devra être définie d’accord avec la police afin qu’elle se traduise concrètement sur le terrain.
 
Le petit trafic de stupéfiants est aussi une des causes du sentiment d’insécurité. La lutte contre les « fourmis » doit être déterminée et il ne saurait être question de leur abandonner certains lieux publics au trafic des stupéfiants ; elle est toutefois inefficace si elle ne se double pas d'un travail de fond contre les filières ; il faudra donc donner à la police judiciaire les moyens d'une véritable lutte contre les filières de trafiquants. La répression du trafic de stupéfiants passe aussi nécessairement par une lutte contre le recyclage des profits du commerce de la drogue. Là également, une politique efficace sera menée en travaillant à partir d’objectifs précis discutés avec la police. Contrairement à nos adversaires politiques, nous ne tomberons pas dans l’erreur d’une opposition stérile entre lutte contre le petit trafic et lutte contre les réseaux de recyclage de l’argent de la drogue, car ce sont deux volets d’une même lutte.
 
Les autres formes de délinquance dans l'espace public doivent aussi faire l'objet d'un combat sans faiblesse, sans oublier toutefois pas que la seule répression ne suffit pas. Le développement de l'îlotage et des autres formes de proximité entre la gendarmerie et la population constituent des moyens de prévention efficaces. Dans leurs domaines respectifs de compétence, il est souhaitable que l'État et la Ville de Genève, qui ont en charge d'autres réseaux de régulation comme le travail social, rétablissent notamment des concierges dans les bâtiments en mains publics et collaborent avec les autorités de poursuite pénale.
 
Je ne ferai pas de la mendicité un argument de campagne électorale, car il est des dangers plus grands pour l’ordre public que les mendiants roumains. Je laisse ce populisme détestable à nos adversaires politiques.
 
Le parlement cantonal a adopté une loi rétablissant des sanctions pécuniaires contre la mendicité. Comme magistrat chargé de la poursuite pénale et soucieux de respecter mon serment, je l'appliquerai. Je salue néanmoins le travail du conseiller d’État Laurent Moutinot et du conseiller administratif Pierre Maudet pour une approche différenciée de ce problème.
 
La lutte contre les crimes contre l’humanité et contre la torture
 
Depuis le 1er janvier 2007, le code pénal suisse connaît le système de la compétence universelle. La condition mise à la poursuite pénale est que la personne poursuivie se trouve sur sol genevois. Ce système fonctionne en matière de crimes contre l’humanité et de torture. Il signifie que le Parquet peut – et devrait – agir quand la personne visée est sur sol genevois. Or depuis une année, le Procureur général ne fait rien !
 
Comme je l’ai déjà dit, nous ne devons pas nous laisser enfermer sur ce sujet également dans le piège grossier de l’opposition entre criminalité internationale et criminalité locale, tendu par nos adversaires. Combattre les criminels ou les tortionnaires ne signifie pas négliger la criminalité prétendument locale. Mais il ne faut pas attendre de moi que j’oublie les tortionnaires de passage au motif que cela n’intéresserait pas les Genevois… Il y aura donc au Parquet une structure spécifique pour réprimer cette criminalité, qui représente peu de dossiers mais d’importance.
 
Je ne vous crois pas indifférent à l’impunité éventuelle d’un tortionnaire qui séjournerait sur le sol genevois !
 
La protection de l’environnement
 
Une politique pénale de l’environnement est possible. Bien souvent, les amendes prévues en cas de construction ou de défrichement illicite sont bien inférieures au montant des revenus ainsi générés. Or le droit pénal permet la confiscation des avantages illicites. Par exemple, si un défrichement illégal a permis d’ouvrir une vue sur le lac, le juge pénal peut saisir le montant de la plus-value auprès du constructeur ; cette voie doit être utilisée pour réprimer les comportements illégaux.
 
D’entente avec le département du territoire, les délits visés par la loi fédérale sur l’environnement doivent être traités de manière systématique. Sur ce point, la collaboration entre exécutif et judiciaire est indispensable.
 
Nos adversaires
 
Sans programme, sans vue de l’avenir de la justice à l’horizon 2010, nos adversaires se contentent d’attaques personnelles, déformant les faits et se complaisant ainsi dans la médiocrité.
 
Nous gagnerons cette élection au scrutin majoritaire par l'union de l'ensemble des voix de gauche et de celles des citoyennes et des citoyens préoccupés par l'évolution des institutions judiciaires cantonales. D'ici au vingt avril 2008, nous devons être capables de montrer notre capacité à rassembler autour de cet enjeu majeur.
 
François Paychère

 

 

 

 

 

07:21 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)