Gourmandise

  • Carpe diem du 26 mai 2019 … Champs-Lingot, ne pas lui lâcher la grappe

    Presque comme chaque année, nous avons participé aux Caves ouvertes de Genève. Cette journée dédiée aux crus genevois est l’occasion d’en découvrir, d’en déguster, d’en acquérir, mais aussi de rencontrer des ami-e-s ou de s’en faire de nouveaux. Notre première étape a été marquée par des dégustations et achats de vins au Domaine Champs-Lingot, à Anières.

    Lire la suite

  • Genève Aéroport et SIG vont produire du solaire photovoltaïque

    Attachés au respect de l’environnement et au développement durable, Genève Aéroport (GA) et les Services industriels de Genève (SIG) s’allient pour développer le solaire photovoltaïque. L’aéroport dispose de surfaces et SIG d’une expertise confirmée dans le domaine photovoltaïque. Ensemble, les quelque 55'000 m2 de toiture appelés à être couverts de panneaux solaires permettront de produire environ 7,5 GWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de 2’500 ménages genevois.

    Lire la suite

  • L’Artémise, l’un des meilleurs restos du Gard

    Passons, à nouveau, une soirée de rêve en dînant à l’Artémise, l’un des meilleurs, si ce n’est le premier, restaurants du Gard. Le magazine « Hôtel & Lodge » l’a classé dans les 200 meilleurs hôtels en 2012, « Condé Nast Traveller » dans les 154 nouveaux hôtels 2013.

     

    Ce qui frappe en arrivant, c’est son cadre d’exception. Au milieu de la nature, en bordure de l’élégante ville d’Uzès, cette ancienne bâtisse du XVIème siècle, en pierres apparentes, a été rénovée avec soin. Dans son intérieur, l’art contemporain met en valeur les vieilles pierres. La météo pluvieuse nous empêche de bénéficier de la beauté du parc dans lequel nous mangeons lorsque l’été montre son bout du nez. Nous prenons place dans les salles voûtées de ce resto de charme. La vue est magnifique sur le Mont-Ventoux au loin et sur la vallée dans laquelle trônent Saint-Quentin de la Poterie et notre Saint-Siffret. Le décor est une invitation au plus grand romantisme.

     

    Ce resto a encore pris de l’ampleur avec l’arrivée, au début de l’année, de son nouveau chef Nicolas Deroche, formé jusqu’à l’expérimentation, dans les établissements étoilés de Lyon et du Lubéron. Pour l’apéro, nous sélectionnons un vin blanc sublime et typé de la Cave Granier. Un thon aux cacahouètes, salade et radis ouvre le show gourmet. Une verrine à la carotte apprêtée avec un citron asiatique, dont j’ai omis le nom, ouvre le rideau de la viande. Un paleron de bœuf aux courgettes et cœurs d’artichauts, avec une mousseline de pommes de terre, crémeuse à souhait, prolonge le plaisir de nos papilles. L’assiette de fromages est à la hauteur du haut niveau du repas. Le dessert à base d’ananas, sous des formes très originales, tire la référence de ce festin.

     

    Au niveau du vin, nous prenons un cru à tomber, dès que nous le hummons. Provenant du terroir de Boutenac, ce nectar des Corbières, cuvée or, du Château Ollieux Romanis, est un savant mélange de cépages de Grenache, Syrah, Mourvèdre et de vieilles vignes de Carignan. Son fumet rend hommage aux raisins les plus méritants ; un parfum distingué. Ce grand vin, signé par Jacqueline Bories, est vigoureux, odorant, suave et délicatement alcoolisé (14,5% tout de même).

     

    Le service est cordial et parfait. Ce lieu est vraiment un passage obligé pour les gastronomes et les êtres de bon goût.

     

    Christian Brunier

     

     

    DSCN2132.JPG

     

  • Quelques bons plans en Bourgogne

    Tout d’abord, je vous envoie une tonne de bonheur et de plaisirs pour 2011.

     

    La Rôtisserie de Chambertin

     

    Nous dînons fort bien à la Rôtisserie de Chambertin, à Gevrey-Chambertin. Au menu : Crème légère de langoustine aux graines de Quinoa ; Foie gras au canard, réduction au vieux Banyuls ; Poitrine de pintadeau truffée et risotto d’épeautre au parmesan ; Crémeux d’époisses, mouillette croustillante aux noix et Douceur d’un soir au chocolat amer et framboises. C’est très copieux. On pourrait rêver d’un peu moins de quantité et parfois d’un poil de finesse supplémentaire. Une soirée, néanmoins, de grand plaisir. Et le vin, je ne vous dis pas. Une sublimité ! Un Gevrey-Chambertin, Premier Cru, Champeaux. Que la vie est belle !

     

     

    Le marché aux vins de Bourgogne

     

    Pour la seconde fois, je descends dans les caves du Marché aux vins de Beaune. Nous cheminons au milieu de l’ancienne Eglise des Cordeliers du XIIIème siècle, de ses trois Chapelles du XVème siècle et de ses sous-sols, tous ces lieux pittoresques reconvertis en débit de boissons. Nous y dégustons 15 crus différents : Pouilly-Fussé, Savigny-les-Beaune blanc, Meursault, Côte de Nuits-Village, Monthelie, Santenay 1er Cru, Aloxe-Corton, Mercurey 1er Cru, Savigny-les-Beaune rouge 1er Cru, Vosne-Romanée, Pommard, Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny, Beaune 1er Cru et Corton Grand Cru. Ma préférence de la soirée va au Gevrey-Chambertin. 

    Ariane Marché aux vins.JPG  Christian Marché aux vins.JPG

     

    Les Jardins de Loïs, un havre pour amoureux

     

    Si vous cherchez un îlot de romantisme au centre-ville de Beaune, à proximité des plus prestigieux vignobles de Bourgogne, prenez le chemin des Jardins de Loïs. Anne-Marie et Philippe Dufouleur vous accueilleront, dans ce site unique, avec la chaleur humaine des viticulteurs, qu’ils sont aussi. Place maintenant à un séjour amoureux exceptionnel.

     

     

    La chouette de Dijon, un bon présage

     

    Nous allons caresser la petite chouette de Dijon. Dans un contrefort de l’Eglise Notre-Dame de Dijon, une petite chouette, porteuse de bonheur, a été sculptée. La légende incite à la caresser avec la main gauche, la pogne du côté du cœur. La pierre est bien usée. Ce geste additionné à un vœu et la chouette annoncera un bon présage.

     

     

    Musée du vin de Bourgogne à Beaune

     

    Ce musée a vu le jour en 1938. Il emménagea dans l’ancien Palais des Ducs de Bourgogne en 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La visite de ce lieu est la découverte de l’histoire des vins prestigieux de Bourgogne, de l’Antiquité à nos jours. Nous pouvons aussi y admirer des tapisseries réalisées par Lurçat et Tourlière. L’histoire du pinard est toujours passionnante. Malheureusement, la muséographie est vachement vieillotte.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • C’est à boire qu’il nous faut !

    J’ai bu deux vins remarquables. J’ai envie de partager avec vous mon diagnostique et vous les recommander …

     

    Le Coma Vella : Fin assemblage ibérique de Grenache (40%), de Cabernet Sauvignon (25%), de Carinena (20%) et de Syrah(15%). Le fricard du pinard, Robert Parker, le cote 94/100. Ce n’est pas volé. Ce vin, vieilli une année en fut de chêne, est d’une rondeur exceptionnelle. Vinifié au Mas d’en Gil, son bouquet dégage une foultitude d’épices, des odeurs de fruits rouges et certains y sentent quelques touches balsamiques. En bouche, il est ample et majestueux. Le fruit est d’une présence exceptionnelle. Ce nectar est un grand vin, avec un final tout en douceur.

     

    Le Château Lassègue : Le Château Lassègue, datant du XVIIème siècle, possède des vignes de 30 à 40 ans. Ce vignoble produit un vin ayant des expressions très riches. Ce Saint-Emilion Grand Cru est composé à 60% par du Merlot, 35% par du Cabernet Franc et 5% par du Cabernet Sauvignon. Les arômes floraux et de cassis sont très présents.