Humour

  • Carpe diem du 23 mars 2019 ... Le rire partagé pour réussir sa vie de couple

    « Un rire partagé est un indicateur important de l’attraction romantique », déclare Jeffrey Hall, Chercheur à l’Université du Kansas. Il a étudié 15'000 personnes, durant 30 piges. Pour ce scientifique, le constat est clair : Partager le même sens de l’humour est le doping du bonheur au sein d’un couple. Avoir de l’humour est attirant. Mais, avoir le même sens de l’humour est encore plus important pour la réussite d’une union. Le partage du rire cimente le couple, développe l’harmonie entre les deux êtres et assure sa durabilité. « Il ne s’agit pas d’être un grand comique, mais de rire du quotidien, ensemble, que ce soit en regardant « Les Simpson », en répétant les bons mots des enfants, en lisant le « New Yorker » ou en s’amusant de l’absurdité de la vie. Le plus important, c’est de le faire à deux », nous conseille Jeffrey Hall. Un bémol à respecter à la lettre : Ne jamais rire aux dépens de l’autre. L’attitude enjouée, de l’un vers l’autre, est un élément crucial pour établir une sécurité relationnelle. Ne pas se prendre la tête ensemble rend le quotidien léger. Selon cet expert, se marrer ensemble chroniquement augure une relation agréable et remplie de bonne humeur. Cette hilarité commune est le terreau de l’épanouissement des amoureux. Plus un être rit des blagues de l’autre, plus l’intérêt mutuel augmente.

  • Les Gamins

    Ciné : Nous allons voir la comédie « Les Gamins » d’Anthony Marciano avec Sandrine Kiberlain, Mélanie Bernier, Alain Chabat et Max Boubil. Un jeune gars veut épouser son amie, séduite récemment. La passion déborde de partout. Il rencontre ses futurs beaux-parents. Le papa de la future mariée, Alain Chabat, est totalement désabusé par son mariage. Sa vie est chiante. Sa femme (S.Kiberlain) vit un trip new-âge et l’emmerde.

     

    L’ex-Nul dissuade son futur gendre de passer à l’acte et se barre avec lui pour vivre un quotidien d’ados, totalement déjanté. Les deux mecs multiplient les foires. Ils s’amusent comme des mômes et réalisent des conneries impertinentes. La liberté totale !

     

    Ce divertissement stimule le rire, sans grande prétention. Durant cet opus dédié à l’originalité, bienfait de l’existence, on y croise Iggy Pop et Patrick Bruel. Comédie amoureuse jubilatoire, ce film est un sain décontractant, dont l’amour sort, finalement, bien victorieux.

     

    gamins.jpg

  • Les député-e-s genevois-es vont nous faire rire

    Lundi, 25 février 2013

     

    Les député-e-s genevois-es vont nous faire rire. Non, pas au sein du Parlement, comme ils savent parfois si bien le faire à leur dépens. Ce soir, c’est volontairement qu’ils vont tenter de nous décoincer les zygomatiques. Au sein du Théâtre de l’Espérance, nous vivons la Revue des députés ! Nous retrouvons les Droin au bar du théâtre. Antoine Droin et moi-même ressentons un poil de nostalgie, ayant participé, tous les deux, à l’antépénultième édition de cette Revue des députés.

     

    Depuis près de 30 ans, avec plusieurs interruptions, parfois longues, les élu-e-s de la République de Genève se mettent en scène, par sens de l’autocritique et pour le plaisir de s’amuser. J’aime ce comportement visant à travailler sérieusement, sans se prendre au sérieux, en sachant, après le débat d’idées passé, rigoler ensemble. Ce recul sur le pouvoir est sain pour le fonctionnement démocratique.

     

    Sous la baguette de Pierre Naftule, nos notables se dérident. Tous les partis participent à ces jeux d’actrices et d’acteurs, à l’exception de l’UDC et du PDC. Persifleurs, certains prétendent  que les premiers sont trop vieux pour mémoriser les textes. Les démocrates-chrétiens, fidèles à leur réputation, hésitent encore.

     

    Que le spectacle commence. Nous plongeons, dès la levée de rideau, dans un studio de « Léman bleu Télévision » qui envisage d’interrompre la diffusion des sessions du Grand Conseil genevois, en chute dans les indices d’audience. Le ton d’autodérision est donné. Les performances d’actrices et d’acteurs succèdent à des chansons en groupe ou en solo. Nous apprécions tout spécialement les talents de chanteur-euse-s de Salima Moyard et de Frédéric Hohl, mais aussi de Miguel Limpo.

     

    Un grand bravo au jeu « Qui veut dépenser des millions », épinglant avec mordant quelques investissements pharaoniques de nos édilescantonaux.

     

    Le député Antoine Barde joue, à merveille, le rôle de son camarade (le terme « camarade » est peut-être mal choisi lorsque l’on évoque un élu du Parti Libéral-Radical) de parti Renaud Gautier. Nous retrouvons l’élu bourgeois, dans une parodie de l’émission de TV « Rendez-vous en Terre inconnue », en visite aux Avanchets. Le député PLR découvre la pauvreté, lui qui croyait que c’était une simple invention des socialistes.

     

    Trop drôle, la scène où le personnage de Manuel Tornare veut relooker Pierre Maudet. Ou encore, l’arrivée surprise de la « Guest star » de la soirée : Marie-Thérèse Porchet, la vraie ! L’unique !

     

    Parfois, le spectacle prend un chemin coquin, avec une scène intitulée «  Cé qué lé porno », bien représentative des blagues salasses naviguant dans les rangs du Parlement.

     

    Emilie Flamand et Pierre Losio parcoure les potins du Grand Conseil, tandis que Jean Romain, habituellement assez coincé, pète si bien les plombs en jouant le rôle du leader du MCG. On dirait l’authentique, tant la démesure de l’imitation est à l’image de la démesure d’Eric Stauffer.

     

    Loly Bolay retrouve le perchoir de la Présidence du Grand Conseil genevois. Pour rendre plus spectaculaire les débats, elle recommence les scènes, poussant les élus à davantage d’excès. Coupez ! Session du Grand Conseil, 2ème ! Coupez ! 3ème prise. Jusqu’au moment où un député balance un verre d’eau sur son adversaire. Tiens, tiens ! Et si la réalité rattrapait la fiction.

     

    Les spectatrices et spectateurs rient beaucoup, malgré quelques petites hésitations ou trous de mémoire. Ces comédiens amateurs s’en sortent bien, la pratique des débats houleux formant à ce genre d’exercices.

     

    Dans un esprit genevois, inspiré davantage de notre caractère râleur que de nos racines austères provenant du calvinisme, les sketches sont sans concession, mais toujours sans méchanceté. D’ailleurs à la fin du spectacle, plusieurs actrices et acteurs en herbe foncent vers des personnages qu’ils ont interprétés, spectateurs d’un soir dans la salle. C’est ainsi que Patricia Läser se soucie de l’effet produit sur Lydia Schneider, ayant imité son accent jurassien sur une belle mélodie.  Dans le même registre, Salima Moyard sort des coulisses et me demande « Tu n’as pas vu Anya Wyden ? J’espère ne pas l’avoir froissé en jouant son rôle de Chancelière, gaffeuse pour l’occasion. » Pour créer un peu d’émotion sadique, je balance : « Je viens de voir passer Anya quitter la salle en pleurant. » Anya Wyden Guelpa, juste à côté, continue à sourire. L’important, en politique, c’est de faire parler de soi.

     

    Monter une revue, en naviguant entre l’agenda chargé de député-e, une activité professionnelle et la vie familiale, est une performance. Que ces élu-e-s de la République en soient félicités et remerciés comme il le faut. Standing Ovation ! Ou plutôt dans le haut-lieu du protestantisme, Sitting Ovation !

     

    Dernier verre pour congratuler les actrices et acteurs de la soirée, qui ont su nous faire bien marrer.

     

    revue député.jpg

  • Gauche TGV-caviar ?

    « La justice sociale, réalité inquantifiable, fruit d'une perception, est aujourd'hui au plus bas.

    Et François Hollande en a fait, à juste titre, depuis trente ans, son ambition majeure. »

    Jacques Attali

     

    La Tribune de Genève publie dans sa rubrique humoristique « Bob » :

     

    Gauche TGV-caviar ! Victoire de François Hollande. France 2 filme la joie populaire à la Bastille. Qui apparaît au premier plan sur l'écran et qui aura sa photo le lendemain dans Libé ? Nos petits Genevois Christian Brunier, ex-député socialiste, et son épouse Ariane ex-député Verte ! Aux dernières nouvelles, le prolétaire Brunier, directeur aux SIG, n'a pas demandé qu'on lui applique le taux de 75% d'impôts promis par Hollande aux gros salaires.

     

    Aux dernières nouvelles ? Je soutiens avec conviction cette mesure signée François Hollande, taxant à 75% le surplus de revenu annuel dépassant un million d'euros. Ceci ne me semble pas insupportable pour de telle rémunération.

     

    Ma contribution ? Si on soumettait mon revenu à cette mesure fiscale, ma contribution s'élèverait à 0 franc, mon salaire étant évidemment bien au-dessous. Je suis favorable, en outre, aux initiatives plafonnant les hauts salaires. Le rapport entre le plus petit salaire et le plus haut dans une entreprise ne doit pas dépasser, à mes yeux, 1 à 6, voire 1 à 7. On en est bien loin dans cette économie trop financiarisée et trop injuste, où l'argent facile prend le dessus sur les considérations humaines.

     

    Prolétaire ? Pas faux. Je proviens d'un milieu ouvrier, tant du côté de ma maman que de celui de mon papa. Mon grand-père maternel était un chemineau syndicaliste. Mon grand-père paternel était un boulanger, bossant comme livreur de bière. Mon père était plombier-ferblantier-appareilleur, tandis que ma maman a été ouvrière horlogère, avant d'assurer le travail de mère de famille. Moi, à 16 ans, j'ai commencé un apprentissage d'employé de commerce. Puis j'ai cheminé, lentement mais sûrement, de mon CFC à mon MBA, de mon job d'arpète à celui de directeur.

     

    Caviar ? Je déteste ce plat, comme la gauche caviar d'ailleurs. Suis plutôt jambon-gratin ou fondue au fromage.

     

    Ma conclusion ? Il est moins con de bien gagner sa vie et de voter à gauche que d'être pauvre ou de la classe moyenne et de voter à droite !

  • Didier Porte revient !

    Au lendemain de la victoire de François Hollande, Didier Porte s'inquiète ironiquement. Que va-t-il faire sans « tous ses amis » Sarkozy, Guéant, Besson, Alliot-Marie, Morano, ... ? Il nous fait bien rire. Bientôt de retour sur France Inter, maintenant que la censure sarkozyienne prend la sortie ??? Nous assistons, en prenant un p'tit déj, au témoignage du pitre de la République.
    http://www.mediapart.fr/journal/france/070512/mediaporte-je-vous-ai-tant-aimes