Energie positive - Page 2

  • Promouvoir l’apprentissage dual …

    SIG s’investit beaucoup en faveur du système d’apprentissage dual (entreprise + école de formation), fierté de la Suisse et concept qui doit être défendu avec beaucoup d’attention. SIG forme une septantaine d’apprenti-e-s par an, dans 17 métiers différents, soit 4% de son effectif. A ce nombre important de jeunes en formation s’ajoutent de nombreux-euses stagiaires d’horizons différents (Maturités professionnelles, Stages HES, Uni, Ecoles polytechniques, …). Pour agir à l’encontre du marché, par souci de complémentarité, SIG engage des apprenti-e-s plus jeunes que 18 ans, notamment afin d’offrir des places aux adolescent-e-s sortant du cycle d’orientation. Il est primordial de donner des chances à cette tranche d’âges afin que ces jeunes ne zonent pas ou n’aient pas l’obligation de « patienter » dans des filières académiques qui ne les motivent pas et qui les précipitent souvent dans une spirale de l’échecs. La formation duale a prouvé ses bienfaits. Ce mélange, pratique et théorique, constitue un bel équilibre et une expérience professionnelle large. Cependant, ce subtil mélange, qui intéresse le monde entier qui vient nous visiter, est en danger. Trop souvent, une filière-type, monolithique, est recommandée : école obligatoire, collège, matu, menant à l’université. Plusieurs profs incitent à ce parcours qui est le leur, l’idéalisant. Plusieurs parents considèrent cette filière comme celle de la « réussite ». La tendance est de pousser, de plus en plus, de monde sur ce chemin unique à la conquête d’une sorte de graal. Cependant, les compétences des jeunes sont plurielles. Cette diversité est riche. Les différents parcours doivent s’additionner, et non se diviser. Les passerelles doivent se multiplier pour favoriser le changement de métiers, le complément de formation. Cette variété doit être promue, étant gage d’intelligence collective. Les chef-fe-s d’entreprise, les politiques, les enseignant-e-s, les parents ont la mission de valoriser les compétences et les potentiels de chacune et chacun. Il faut montrer que tout est possible ! Nous devons parler de nos expériences différentes. Je suis frappé de constater que beaucoup de décideur-euse-s possèdent un CFC, mais ont tendance à la cacher, plutôt que d’en être fier-ère-s. Personnellement, assez bon élève, j’ai pourtant choisi de sortir tôt des études, à 15 ans, pour obtenir un CFC (Certificat fédéral de capacité) d’employé de commerce. J’ai obtenu, plus tard, un Diplôme de Chef de projet, avant de décrocher un MBA. Pourtant, l’école de la vie m’a beaucoup plus appris. Présider une grande association ou un parti politique vaut souvent davantage qu’un papier universitaire. Un long voyage, des expériences professionnelles ou quelques défis de vie devraient générer des crédits universitaires ou des bouts de certifications professionnelles. N’oublions jamais que les entreprises qui réussissent le mieux sont celles qui favorisent la diversité des genres, des âges, des origines sociales, des nationalités, et des formations.

  • Carpe diem du 27 avril 2019 … Une nation arc-en-ciel porteuse d’espoir

    En quittant l’Afrique du Sud, après un séjour de rêve, un mot revient en moi : Réconciliation. La fin de l’Apartheid aurait pu tourner en vengeance généralisée ; en guerre civile ; en massacre ethnique. Tant de haine avait été semée sur ce merveilleux pays, que le retour de bâton était programmé, justifié, ou du moins justifiable. L’intelligence et l’humanisme de Mandela, de ses proches et de l’ANC (Congrès national africain, le parti de Mandela) ont changé positivement l’avenir de l’Afrique du Sud, en pardonnant les crimes du passé. Dès la chute du régime raciste et la libération de Nelson Mandela (après 27 ans, 6 mois et 6 jours de détention pour ses idées) et des autres leaders noirs, prisonniers presqu’éternels, Mandela a donné le ton. Pour lui, l’heure était venue de refermer les plaies, de créer des ponts au-dessus du fossé qui avait séparé les Africains du Sud. Le moment était venu de construire. La réconciliation était le leitmotiv. La paix est désormais présente. Le racisme s’évapore. La fracture sociale, toujours trop présente, diminue. Les maisons en tôle des townships se mutent en modestes bâtisses en dur et en couleur. Un salaire minimum a été instauré et augmente progressivement. La sécurité sociale existe. Le système de soins progresse. Une réforme agraire redonnant des terres au plus humbles est en cours. La sortie du charbon et du nucléaire pour se tourner vers les énergies renouvelables est programmée. Le pays possède un bon niveau de sécurité et est bien organisé. La démocratie fonctionne. La corruption existe certes, mais est dénoncée et condamnée. Evidemment, le nirvana ne forme pas encore le quotidien de chacune et de chacun. Cependant, quelle évolution ! La réconciliation a évité la catastrophe et projeté l’Afrique du Sud sur le chemin du progrès. Mais qui parle mieux de la réconciliation que Nelson Mandela : « La réconciliation est un élément essentiel de la vision qui a poussé des millions d’hommes et de femmes à tout risquer, y compris leur vie, en luttant contre l’Apartheid et la domination blanche. Elle est inséparable de l’avènement d’une nation non raciale, démocratique et unie, qui accorde à tous un statut de citoyen avec des droits et des devoirs et qui respecte la richesse et la diversité de notre peuple. » Tout est dit ! Vive cette nation arc-en-ciel ! P1040809.JPG

  • Une centrale solaire participative sur le toit du Stade de Genève

    Avec les dirigeants du Stade de Genève et les Autorités de Lancy, nous avons annoncé, ce matin, que la Fondation du Stade de Genève et SIG construisent une centrale solaire sur le toit de ce grand stade UEFA. Ce dernier consommera 30% de l’électricité produite. Les 70% seront commercialisés sous une forme participative. SIG lance l’opération « Mon m2 solaire » pour permettre aux Genevoises et Genevois d’acquérir une part de cette centrale photovoltaïque. C’est la deuxième centrale participative construite par SIG. La première, celle de la salle omnisports de Lancy, a suscité un véritable enthousiasme du public. Toutes les parts ont été vendues en 10 jours.

    Lire la suite

  • Opération « Nouvelles Lumières » : la Ville de Genève accompagne la transition énergétique …

    La Ville de Genève et SIG agissent ensemble pour réaliser des économies d’énergies. Pour préserver notre environnement et contribuer à réduire la facture d’électricité des ménages genevois, trois opérations « nouvelles lumières » seront menées en 2019. Ainsi, quelques 870 logements bénéficieront d’une sensibilisation aux éco-gestes et de matériel énergétiquement économe.

    Lire la suite

  • Carpe diem du 28 mars 2019 … Moment de bonheur intense avec l’OSR …

    Moment de bonheur à apprécier dans toute son ampleur. Nous avons assisté, hier soir, au concert de l’Orchestre de la Suisse romande (OSR), au Victoria-Hall de Genève, sous la direction du sympathique et talentueux Jonathan Nott. Le soliste de la soirée était le prodigieux et jeune pianiste Jean-Frédéric Neuburger, que nous avions déjà adoré à l’Alhambra de Genève.

    Lire la suite