05/04/2015

SIG, meilleur employeur romand dans sa catégorie !

 

Le magazine Bilan a remis à Genève ses trophées des meilleurs employeurs de Suisse romande, dans le cadre de la 7ème édition de son enquête exclusive. SIG a été classée « meilleur employeur romand » dans la catégorie « entités publiques et semi-publiques ».

 

 

 

Les employeurs romands ont été jugés au regard d’une multitude de critères comme la formation, la promotion de l’égalité, l’aménagement du temps de travail, la responsabilité sociale d’entreprise (RSE), la rémunération, …

 

 

 

SIG est arrivée en première position de toutes les entreprises romandes, toutes catégories confondues, en termes de Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et en seconde position dans trois autres domaines.

 

 

 

L’enquête salue en particulier la mise en œuvre par l’entreprise du projet « Equilibre » qui introduit, entre autres, la notion d’aménagement d’espaces dynamiques, l’horaire à la confiance et le travail distribué dans l’organisation professionnelle de ses collaboratrices et collaborateurs.

 

 

 

Elle souligne également l’existence, encore assez rare dans le secteur, d’un système de participation aux résultats d’entreprise, sous la forme d’une partie de rémunération variable liée à la performance opérationnelle de l’entreprise.

 

 

 

Enfin, les bonnes conditions de travail et de vie des salarié-e-s sont mises en avant.

 

 

 

Les 6 premières entreprises du secteur des entités publiques et semi-publiques sont :1) SIG ; 2) Romande Energie ; 3) Etat de Genève ; 4) CIO ; 5Etat de Vaud ; 6) Genève Aéroport.

 

 

 

A noter que SIG fait son apparition dans le classement des 10 meilleurs employeurs romands en 2015, toutes catégories confondues, la première place revenant à Japan Tobacco Int.

 

 

 

Source : Bilan, 1er au 14 avril 2015

 

24/03/2015

La Maison du futur ouvre ses portes à Vessy

 

Les Services industriels de Genève et l’Association Les Berges de Vessy inaugurent aujourd’hui la Maison du futur. Ce nouvel espace genevois destiné  au grand public est dédié à la culture, à l’environnement, à l’eau et à l’énergie. « Glaciers en péril ? » du photographe Nicolas Crispini, et « Alt + 1000 » de la Directrice du Musée des beaux-arts du Locle, Nathalie Herschdorfer, sont les deux premières expositions de la maison du futur.

 

Lire la suite

06/03/2015

Les femmes sont l’avenir de l’homme : Illumination du Jet d’eau pour la journée internationale de la femme …

 

La Journée internationale de la femme est l'occasion de dresser un bilan des progrès réalisés, d’appeler à des changements et de célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes ordinaires qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire de leur pays et de leur communauté.

 

 

 

En 2015, la Journée internationale de la femme, célébrée chaque année le 8 mars, mettra l’accent sur la Déclaration et le Programme d’actions de Beijing, une feuille de route historique signée par 189 gouvernements, il y a 20 ans, qui établit le programme d’action pour la réalisation des droits des femmes. Bien que des progrès considérables aient été accomplis depuis, beaucoup de graves lacunes subsistent.

 

 

 

SIG a le grand plaisir de s’associer à cet événement et illuminera pour l'occasion le Jet d’eau en rose, le dimanche 8 mars 2015, à la tombée de la nuit !

 

07:02 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (1)

26/02/2015

SIG baisse ses tarifs de gaz

 

Le Conseil d’administration des Services industriels de Genève a décidé de baisser de 10% en moyenne le prix du gaz naturel, dès le 1er mars 2015. Cet ajustement permet de répercuter la baisse des cours du pétrole auprès de ses clients. Les tarifs du gaz à Genève demeurent inférieurs à la moyenne suisse.

 

 

 

Les Services industriels de Genève annoncent une diminution des tarifs du gaz. Les prix reculeront en moyenne de 0,8 centime/kWh dès le
1er mars 2015, ce qui équivaut à une baisse moyenne de 10%. Cette adaptation est liée à la baisse continue, ces derniers mois, du prix du mazout, sur lequel est indexé celui du gaz naturel.

 

 

 

Dans le détail, la facture de gaz d’un ménage genevois vivant dans un appartement de 80m2 diminuera d’environ 144 francs par an.

 

Pour une entreprise consommant plus de 1’000 MWh par an, l’économie s’élèvera à près de 10'000 francs.

 

Une industrie consommant 10’000 MWh verra sa facture baisser de plus de 100'000 francs par an.

 

 

 

En prenant l’initiative d’ajuster des tarifs qui avaient été fixés pour l’année en cours, SIG veille à satisfaire ses clients et à répercuter les modifications conjoncturelles sur ses prix.

 

 

 

Cette mesure permet à SIG de conserver des tarifs inférieurs à la moyenne helvétique. Elle est en ligne avec les évolutions tarifaires constatées ailleurs en Suisse.

 

05/02/2015

Inauguration de la centrale solaire des TPG …

 

La ligne de mon discours …

 

 

 

Messieurs les Conseillers d’Etat,

 

Madame la présidente du Conseil d’administration des TPG,

 

Monsieur le directeur générale des TPG,

 

Mesdames, Messieurs,

 

Chères et Chers ami-e-s,

 

 

 

Je me réjouis particulièrement d’inaugurer la centrale solaire des TPG, car elle est le fruit d’une collaboration exemplaire entre deux régies publiques avec lesquelles j’ai développé des liens d’affection puisque j’ai été Administrateur des TPG et que je suis le Directeur général de SIG. Ce partenariat repose sur 2 piliers : l’électricité solaire photovoltaïque et l’efficience énergétique. Nous marions le mieux et le moins consommer, socle de la transition énergétique.

 

 

 

La production annuelle de cette centrale équivaut à la consommation de 225 ménages genevois.

 

 

 

Les collaborateurs de SIG posent, entretiennent et réparent des conduites et des câbles souvent souterrains. C’est également le cas dans cette centrale. Nous nous sommes occupés de la connectique. Un travail en toute discrétion, puisque, afin de ne pas perturber le trafic et les activités des TPG, plusieurs de nos équipes ont travaillé la nuit.

 

 

 

Afin d’éviter des pertes d’énergie trop importantes, nos ingénieurs ont cherché les tracés les plus courts possibles pour poser les câbles du toit, où se trouve la centrale solaire, jusqu’au sous-sol, là où est situé le transformateur. Il s’agit d’un savoir-faire particulier puisqu’il a fallu poser et intégrer 5,7 tonnes de câbles et conduites dans ce bâtiment aux multiples activités. Aujourd’hui, il n’y a plus guère de traces visibles de ce travail.

 

 

 

Pour stimuler la construction de centrales photovoltaïques dans le canton de Genève, SIG a créé son propre programme d’incitation financière. SIG propose aux Genevoises et Genevois, qui figurent sur la longue liste d’attente pour bénéficier de la RPC, la Rétribution du courant à prix coûtant (une subvention fédérale), de leur apporter un soutien financier jusqu’à ce que la Confédération helvétique le fasse. Ce programme d’incitation fonctionne bien, puisque l’an dernier 107 nouvelles installations solaires photovoltaïques ont été mises en service et alimentent le réseau électrique du canton.

 

 

 

Il ne suffit pas de produire localement de l’électricité renouvelable et non polluante, encore faut-il la vendre ? J’encourage la population  genevoise à acheter de l’énergie produite par les TPG. Il s’agit d’une forme de solidarité, d’engagement fort pour la planète : des Genevois achètent l’électricité produite par d’autres Genevois. Un « AOC » énergétique alliant proximité, traçabilité, fiabilité, responsabilité sociale et qualité environnementale, à un poil plus cher ; un peu comme l’agroalimentaire où les produits bios, locaux de qualité sont promus.

 

 

 

SIG propose aux consommateurs genevois de choisir la composition de leur courant. Par exemple, si une famille investit en faveur d’une tranche d’électricité d’origine solaire dans son panier d’électricité hydraulique, elle payera 2,10 francs de plus par mois, pour une facture de l’ordre de 58 francs. Cela vaut la peine d’y réfléchir.

 

 

 

SIG fournit, il faut s’en souvenir, à ses clients, une électricité sans nucléaire, à 100% traçable, à 100% certifiée, à 93% totalement renouvelable et à des prix restants compétitifs. C’est l’une des belles performances au niveau mondial.

 

 

 

Deuxième pilier de ce partenariat entre les régies publiques : la mise en place d’un programme d’efficience énergétique. A SIG, nous sommes convaincus que l’énergie la moins chère et la plus écologique est celle que nous ne consommons pas. C’est pourquoi nous incitons les entreprises à faire des économies d’énergie et à mieux contrôler leurs dépenses énergétiques. Certains cassent les prix au détriment de la qualité, nous, nous diminuons la quantité tout en conservant notre haut de fiabilité et notre forte qualité environnementale. Choisir son énergie, c’est effectuer un choix de société.

 

 

 

Les TPG rejoignent les 68 autres entreprises du canton qui ont mis place le programme de SIG intitulé Ambition Négawatt. Parmi elles, on peut citer l’Etat de Genève, la commune de Lancy où nous nous trouvons actuellement, ainsi que l’Aéroport international de Genève (AIG). En un peu moins de 4 ans, ce programme a permis d’économiser 17 millions de kwh, soit la consommation annuelle d’électricité de 5’480 ménages. De plus, les mesures d’efficience énergétique ont permis d’éviter la production de 12’000 tonnes de CO2. Ensemble, nous signons une Charte, un plan d’actions et des objectifs à atteindre. Ensuite, SIG verse aux entreprises participantes 12 centimes pour chaque kwh économisé et 40 francs par tonne de CO2 économisée. Autant dire que leurs efforts sont récompensés.

 

 

 

A l’avenir, les TPG et SIG vont continuer leur collaboration dans le secteur de la production d’électricité renouvelable. Dans le cadre de la construction du nouveau dépôt des TPG, à « En Chardon », près de l’aéroport, SIG construira une nouvelle centrale solaire sur le toit de ce bâtiment. La construction est prévue pour 2018. Les études détaillées viennent de commencer. Ce projet s’intégrera parfaitement dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050 de la Confédération et dans la volonté du Conseil d’Etat genevois de développer les nouvelles énergies renouvelables.

 

 

 

La transition énergétique beaucoup en parlent. Nous nous le concrétisons !

 

 

 

Merci de votre attention.

 

 

 

Christian Brunier, Directeur général de SIG

 

17/01/2015

« Restons Charlie ! Abrogeons le délit de blasphème sur tout le territoire de la République »

 

En tant que binational (franco-suisse), je signe la pétition « Restons Charlie ! Abrogeons le délit de blasphème sur tout le territoire de la République »

 

 

 

8 membres de la rédaction de Charlie-Hebdo et 1 policier chargé de les protéger sont morts pour la liberté d’expression dans un attentat qui a fait 3 autres victimes. En France, cette liberté fondamentale implique le droit de critiquer les religions, et de les tourner en dérision. Ce que les dogmes religieux appellent « blasphème » est relatif aux seuls adeptes d’un culte donné, et ne saurait donc s’appliquer à l’ensemble des citoyens. Le blasphème est non seulement inconnu du droit de la République, mais légitime et autorisé. Seules sont interdites et sanctionnées pénalement les attaques contre les personnes ou les groupes de personnes, quand elles revêtent un caractère diffamatoire, raciste, antisémite, xénophobe, ou discriminatoire.

 

 

 

Or nous rappelons qu’il subsiste encore, dans les départements d’Alsace et la Moselle, un « délit de blasphème », vestige dans le « droit local des cultes » de l’occupation bismarckienne de 1870. Il est toujours prévu et réprimé par l’art. 166 du droit pénal local.

 

 

 

Nous, soussignés, exigeons l’abrogation immédiate, par voie législative, de ce délit de blasphème dérogatoire aux lois de la République, et à jamais lié à la justification prétendue de meurtres barbares.

 

 

 

Une telle abrogation ne porterait aucunement atteinte au libre exercice des cultes, puisque celui-ci est garanti partout en France par la Constitution et la loi du 9 décembre 1905. Cet acte hautement symbolique nous paraît un devoir minimal du Parlement et du Gouvernement français, à l’égard de la mémoire des victimes de la liberté d’expression, saluée le 11 janvier par des millions de personnes. Mettre fin à cette dérogation locale potentiellement meurtrière aura en même temps la valeur d’une réaffirmation, pour l’ensemble du territoire, de la portée des libertés républicaines.

 

 

 

http://www.ufal.org/les-campagnes-de-lufal/restons-charlie-abrogeons-le-delit-de-blaspheme-sur-tout-le-territoire-de-la-republique/

 

14:36 Publié dans Liberté | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2015

Photo prise sur la Place de la République à Paris ...

DSCN1019.JPG

07/01/2015

Esprits libres, nous sommes toutes et tous « Charlie » !

 

« L’amour plus fort que la haine. »

 

Charlie Hebdo

 

 

 

Il y quelques semaine Sophia Aram écrivait : « Sans Charlie, la connerie deviendrait insupportable. » Depuis ce matin, la connerie est devenue insupportable. Charb, Cabu, Wolinski, Tignousse, Bernard Maris ... et les 7 autres, on les aimait ou pas. Moi, je les aimais. Il symbolisait pour moi le talent pamphlétaire, libérateur des sociétés modernes. Je les lisais ou admirais leurs dessins, chaque semaine. D’accord ou pas avec eux, il poussait à la réflexion, la provocation étant l’oxygène des libertés. Des promoteurs de la haine les ont exterminés, réduisant la parole vivante à néant. Face à ce poison d’intolérance, certains sont tentés de réagir, eux aussi, par l’agressivité. Un rejet, par révolte, par vengeance, voire pire, par récupération politique. Et là, le festival de stigmatisation se met en branle. Stop ! Nos amis humoristes sacrifiés sur l’autel de la dérision n’ont jamais voulu de tels comportements. Au contraire, toutes leurs vies, toutes leurs œuvres ont combattus ce type de comportements. Ils ont prôné le verbe acerbe, mais toujours la non-violence, l’acceptation des autres, l’antiracisme, la liberté de croyance et surtout d’expression. Oui, ils se sont moqués des religions, de toutes les religions, sans exception, éprouvant de fortes sympathies pour l’anticléricalisme et prônant l’incroyance. Ils ont combattu les totalitarismes religieux, comme les dogmes politiques, épris d’esprits libérés de toute contrainte. La liberté de ne pas croire ! Evidemment, ils usaient de l’impertinence, jouaient avec les limites pour secouer les consciences, jamais avec intolérance. Cette équipe a toujours été promotrice de l’humain et de ses droits. Honorer leur mémoire, c’est vouloir la paix. Valoriser leurs valeurs, c’est unir les êtres humains, et non pas les diviser. Pour combattre l’immonde, il faut valoriser le beau et le bon. Pour barrer la route à la bêtise, il faut promouvoir la culture et l’éducation. Pour lutter contre la violence terroriste, il faut se réapproprier l’esprit de Charlie, pas celui de Zemmour ou de le Pen. Si la barbarie a frappé « Charlie Hebdo », c’est bien parce que ce courant libertaire dérangeait le côté sombre de notre société. Nous devons apprendre de lui et ne jamais tomber dans l’obscurantisme pour s’opposer à la connerie humaine. Merci les rebelles, nous avons tant à apprendre de vous.


Christian Brunier

 

23:17 Publié dans Liberté | Lien permanent | Commentaires (2)

28/12/2014

C’était vraiment mieux avant ?

 

« Ne dites pas c’était mieux avant. Dites : Il faut que ce soit mieux après. »

 

Jean Daniel

 

 

 

Nous entendons sans cesse des gens idéaliser le passé. Le refrain sempiternel « C’était mieux avant » est à la mode. Cependant une société axée sur le passé se prive de se concentrer sur l’essentiel : Construire une société future meilleure ! A force de regarder dans le rétroviseur, nous nous empêchons d’avoir de l’ambition pour les années à venir.

 

 

 

Cette glorification passéiste est d’autant plus surannée que le siècle s’étant écoulé est peu glorieux : les deux seules guerres mondiales au passif de l’humanité ; la folie nazie et la démence stalinienne ; les régimes sanguinaires de Pol Pot, Franco ou Pinochet ; les guerres en Algérie, au Viêt-Nam, au Rwanda, en Tchétchénie ou en Bosnie ; …

 

 

 

La vraie vie donne heureusement une image du présent et de l’avenir bien plus réjouissante que celle présentée par les médias et les discussions déprimées des passéistes.

 

 

 

Selon le site historique Herodote.net, ces dernières décennies sont tendanciellement nettement plus pacifiques que les antérieures. Seule la sur-médiatisation accroît ce climat guerrier.

 

 

 

Même constat sur la violence dans notre société. La plupart des gens ont l’impression qu’elle augmente considérablement. Un meurtre de l’autre côté de la planète et l’info arrive immédiatement sur nos médias électroniques. Néanmoins, dans la plupart des pays, les homicides baissent sensiblement. En France, par exemple, pays où la population évoque l’insécurité constamment, les assassinats ont chuté entre 2000 et 2010 de 35%, passant de 1'051 à 682. En Suisse, le taux d’homicides intentionnel a passé de 1,3 pour 100'000 habitant-e-s dans les années 80 à 0,42 en 2013.

 

 

 

Au niveau social, la pauvreté reste insoutenable et les inégalités augmentent de manière indécente. Toutefois, le nombre de personnes vivant sous le seuil d’extrême pauvreté dans le monde s’est réduit de 1,9 à 1 milliard de personnes durant ces 20 dernières années, alors que la population a augmenté grandement.

 

 

 

Sans cesse, j’entends des gens évoquer l’inculture des jeunes. Là encore, la démagogie règne. Le taux d’analphabètes dans le monde a passé de près de 37% en 1970 à 24% aujourd’hui. Le nombre de personnes formées progresse de manière gigantesque.

 

 

 

Naturellement, les problèmes de la planète restent importants. L’apologie du passé est pourtant très simpliste et ne résout aucun problème d’avenir. Bien au contraire, c’est une nuisance ! Un peu d’optimisme et d’idéalisme permettraient de vivre plus positivement, mais surtout de tenter de construire un monde meilleur. Vouloir progresser devrait être la seule ambition afin de pousser l’humanité vers le progrès, d’offrir du mieux aux générations futures.

 

 

 

Christian Brunier

 

07/10/2014

Cities of the Future

 

 

Le SIGEF 2014 accueillera un ensemble d'organisations (ONGs, Fondations et Associations) des intervenants et des participants dont la contribution dans les domaines des arts, de la technologie, de l’action humanitaire, du développement international, de la philanthropie ou de la responsabilité sociale suscite l’émulation. Il vise à paver la voie à des actions mondiales qui offrent des réponses concrètes aux défis auxquels l’humanité est aujourd’hui confrontée, ainsi qu’au déploiement de stratégies sociales qui améliorent la capacité de la société à agir et aller de l’avant.

 

 

 

22 octobre 2014 : Conférence de Christian Brunier, Directeur général de SIG, sur le thème :

 

Les énergies propres, vecteur des villes du futur

 

 

 

«Les villes du futur seront faites de développement durable, de citoyenneté participative, de réseaux sociaux et de technologies nouvelles. Nous avons le devoir de les construire »

 

 

 

Christian Brunier, né en 1963, est un ancien homme politique et dirigeant d’entreprise genevois passionné par les questions énergétiques et les nouvelles cultures de travail. Directeur général de SIG (Services Industriels de Genève) depuis avril 2014, Christian Brunier inscrit son action dans la voie de la transition énergétique, avec une forte exigence éthique et un respect scrupuleux des principes du développement durable. Président de parti, conseiller municipal, député, sa carrière politique fut celle d'un homme de convictions. Convictions qui restent ancrées en lui, mais que cet optimiste lucide souhaite aujourd'hui mettre au service d'une vision de l'avenir qui transcende les dissensions partisanes.

 

 

 

Inscrivez-vous :

 

https://www.sigef2014.com/portfolio-item/attendees-registration/