26/05/2013

Les tweets sont des chats

Je me délecte en lisant « Les tweets sont des chats », une sélection de tweets de Bernard Pivot. Pourquoi se titre ? « J’aime les tweets parce qu’ils partent en silence, circulent en silence et arrivent en silence. Les tweets sont des chats », griffe sur son clavier l’Académicien bon vivant.

 

Voici mon best-off de ses messages de 140 signes qui vont à l’essentiel : « Une histoire liquide de l’amour : d’abord la salive, puis la cyprine et le sperme, enfin les larmes. » ; « Le e de femme se prononçant a, il comprit, dès l’école, qu’avec les femmes ce serait compliqué. » ; « Nos lunettes sont souvent si sales que l’on se demande où et quand, à notre insu, elles mangent du chocolat. » ; « Feriez-vous confiance à un cardiologue de droite ? »

 

Dans ses expressions circoncises, Pivot invente de nouveaux verbes. Par exemples, Zlataner : gagner avec brio et arrogance ; Montebourger : dire le contraire de son chef ; Berlusconir : user de son pouvoir sur les femmes. 

 

Jouant du sax depuis ma tendre enfance, j’apprécie la question twettée par Pivot : « Les femmes recherchent-elles les baisers des trompettistes, des saxophonistes, et les hommes les caresses des harpistes ? »

 

Toutes ses passions défilent : la bonne bouffe, le pinard, l’humour, la passion amoureuse ou l’amitié. Chacune de ses valeurs épicuriennes se résume en quelques mots diffusés sur les médias sociaux. Ce petit ouvrage, vite et bien lu, est un concentré d’humour, d’amour et de joie de vivre. Un livre indispensable, à parcourir en ce printemps pourri pour garder ou retrouver le sourire.

 

Bernard Pivot rappelle que le premier article de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, du 26 août 1789, est le premier tweet républicain, en 136 signes : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

 

Christian Brunier

10:26 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)