25/07/2011

Simplement de l’humanité pour lutter contre l’insécurité

En sortant de table, à Ostende, sur la côte flamande, nous voyons au loin deux jeunes se bagarrant sauvagement. La foule regarde béatement. Cette lâcheté, mêlée à un égoïsme poussé à son paroxysme, me scandalise.

 

Je coure à travers la route, saute le mur, et vais séparer, avec un jeune black, les deux combattants. L'un d'eux est bien esquinté. Dès notre intervention, la violence se calme. L'un se barre rapidement. L'autre est blessé. A vrai dire, il s'est fait agresser à coups de chaînes. Des marques le prouvent aisément. Un autre individu a aussi participé à ce cassage de gueule, mais a fui avant mon arrivée.

 

Nous appelons les flics. Nous attendons et réconfortons l'agressé et sa petite amie. Les policiers n'arrivent pas. J'arrête un véhicule des douanes. Les deux douaniers, à moitié abrutis, me répondent que cette affaire n'est pas de leur « compétence » et qu'ils ne peuvent pas alerter la police. Voyant un motard de la police sur la route, je fonce pour l'interpeller. L'agent a l'air de s'en foutre. Je demande un apport de soins au blessé, celui-ci ayant plusieurs plaies et ecchymoses. Le flic est à moitié à l'ouest. Motivation au-dessous de zéro. Il a de la peine à prendre le signalement des voyous, se bornant à nous conseiller d'aller déposer plainte à un kilomètre et demi d'ici.

 

Nous embarquons le jeune agressé et sa copine, et les amenons au poste. On nous oblige à faire la queue, alors que le jeunet a ses habits en lambeaux. Je demande une prise en charge du jeune. Personne ne bouge. Inefficacité totale de la police. Je proteste contre cette incapacité et souligne que la police semblait plus vigousse pour me coller, avant-hier, pour un mauvais stationnement. La police belge est lamentable, me faisant même regretter la police genevoise.

 

Si la population était plus solidaire, si la police était plus efficiente, l'insécurité baisserait sensiblement. Davantage d'humanité et d'intérêt pour les autres génèrent de la sécurité et améliorent la vie de chacune et chacun.