28/11/2010

Les bons petits coins de Paris

Les Diables au Thym

Eric Lassauce, un nom prédestiné, est un joyeux bavard provenant de Franche-Comté, ayant fréquenté de prestigieuses cuisines avant d’ouvrir son petit resto à Paris. Exigu et chaleureux, ce bistrot se trouve au 35, rue Bergère dans le 9ème arrondissement. Sa carte est courte et imaginative, invitant à quelques escapades gustatives intéressantes. La carte des vins suit le mouvement. On y vient ! On y revient !

diables au thym.jpg

Lhassa au cœur de Paris

Les Tibétains vénèrent la nourriture spirituelle. En ce qui concerne la nourriture des papilles, ils se débrouillent bien aussi. Pour déguster de la gastronomie tibétaine à Paris, nous nous enfonçons dans un mini-bistrot du 5ème arrondissement, sis 13, rue Montagne-Sainte-Geneviève : Le Lhassa. Chaleureux comme ses murs orangers, l’accueil est sympathique et discret. Je commence mon voyage culinaire par une soupe aux lentilles et enchaîne avec un curry de Lhassa. Un fromage blanc aux marrons et aux noisettes conclut ce repas original et de bonne qualité. Mélanger plaisir du gosier et militantisme contre l’autocratie chinoise, j’adore !

 

 

 

16/08/2009

Lucrèce Borgia aux fourneaux

Un de mes amis prétendait que j’avais des talents culinaires comparables à Lucrèce Borgia. Bon, c’est vrai, j’ai tenté parfois des expériences bizarres, comme par exemple les crêpes en blocs, une recette concoctée avec mon associé Patric Morel. Pour gagner du temps, tu fais cuire toute la pâte dans une casserole, puis tu coupes les crêpes en tranches, ou du moins tu essaies. Ce jour-là, nous avions inventé une vraie spécialité coupe-faim.

 

Depuis, j’ai pris un cours de cuisine (de 2 heures ???) et me voilà prêt à me lancer dans un nouveau domaine.

 

Ce soir, je prépare en entrée du foie gras, sur du pain d’épices, avec des fraises. Je sers cette mise-en-bouche avec un Muscatille bien frais, un Muscat pétillant de Frontignan.

 

Nous enchaînons avec une fondue vigneronne. Tu verses un litron de rouge assez vigoureux dans une casserole. Tu jettes un bouillon de bœuf. Ensuite, tu bourres ce nectar d’ail, d’échalotes, de poivre noir, d’herbes de Provence, de persil, de belles feuilles de laurier et de brins de thym comme s’ils en pleuvaient. Tu fais cuire la mixture longuement à feu doux, pas comme Michel Servet … Ensuite, tu laisses macérer durant 24 heures, pour que la vinasse absorbe tous les parfums des herbes et des autres ingrédients ajoutés. Le lendemain, tu recuis le liquide et tu le sers dans un caquelon. Les invités trempent de fines tranches de bœuf, style viande de fondue chinoise. Chacun-e fait ses sauces. Tu accompagnes ce délice avec un peu de riz et normalement tout le monde se régale.

cuisinier.jpg

Dessin : www.quizz.biz

 

Le Tertre

 

Si vous allez vous balader dans la région de Bordeaux, je vous conseille une bonne adresse : Le Tertre ! Restaurant de Saint-Emilion, au cœur du vignoble bordelais, situé Rue du Tertre-de-la-Tente. Ce resto sert une cuisine régionale de haut niveau. Je vous conseille les petites tables en terrasses en paliers, d’un ravissement absolu, le long d’une rue vertigineuse et hyper glissante, les pavés étant usés par la longue histoire de l’humanité de ce village viticole.

 

Cette gastronomie du terroir est accompagnée d’une carte de vins, inventaire à la Prévert de grands crus. Ce site est parfait pour les dîners en amoureux et un lieu de rendez-vous sûr pour les épicurien-ne-s.

tertre.jpg