• Elections des Exécutifs des communes genevoises :

    Plébiscite de la gauche en Ville de Genève
    En Ville de Genève, la gauche fait un triomphe et rafle 4 des 5 sièges du Conseil administratif. Après la fête, il faut, maintenant, que ces quatre individualités pleines de qualités et de compétences forment une équipe solide pour concrétiser au mieux le programme de la gauche qui a motivé la population.
    Je pousse l’élu vert Patrice Mugny à confirmer sa bonne idée de créer un Département du Territoire, pour avoir une vision globale du développement de la ville.
    A Onex, le PS place ses 2 candidat-e-s à l’Exécutif de cette ville, avec de très beaux scores pour Carole-Anne Kast et René Longet.  C’est génial, car cette victoire couronne un travail exceptionnel réalisé par le PS d’Onex.
    Dans ma commune d’origine, Vernier, la majorité de gauche est au rendez-vous, mon pote Thierry Apothéloz ayant réalisé un score de baby-foot. Il est élu avec le candidat vert Yvan Rochat.
    A Meyrin, la socialiste Monique Boget sort en tête. Malheureusement, le vert Pierre-Alain Tschudi, que j’ai connu dans les mouvements pacifistes, rate l’élection d’une marche.
    A Confignon, la socialiste Françoise Joliat est réélue brillamment. A Plan-les-Ouates, pour la première fois, la gauche remporte un siège avec le vert Thierry Durand.
    A Carouge, le PS et les Verts restent sur le carreau. Mais, la candidate d’A Gauche Toute, Jeannine de Haller, passe en tête. La division de la gauche – concept que j’ai combattu – a tué la majorité de l’Alternative. Une sacrée leçon à retenir !
    A Satigny, Philippe Poget gagne un siège pour l’Alternative.
    A Lancy, le tandem vert-socialiste fonctionne bien et gagne deux sièges avec François Baertschi et Frédéric Renevey.
    Globalement, le bilan est très bon. Je suis fort content, mais il faut que la gauche soit à la hauteur des attentes de la population dans cette période de grand bouleversement et donc d’inquiétude. Alors, au boulot !


  • Toutes et Tous au Premier Mai

    Demain, venez nombreuses et nombreux aux différents événements organisés, à Genève, à l’occasion du 1er Mai !
    La Fête du Travail de cette année est placée sous le signe de la votation du 17 juin : nous devons nous battre contre cette scandaleuse révision de l'assurance-invalidité qui stigmatise celles et ceux que le travail a éreinté, traitant les invalides de nuisibles et de profiteurs.
    Le Programme
    11 heures : toutes et tous au Monument à la mémoire du 9 novembre 1932, Plaine de Plainpalais
    Allocutions et apéritif

    15 h. : Le Défilé ! Rendez-vous au boulevard James-Fazy.

    (Photo de Domique Hausser)


     17 h. : Fiesta aux Bastions

     

     
     
  • Une politique énergétique

    L’Espagne planifie sa sortie du nucléaire

    Le gouvernement socialiste espagnol tient ses promesses et prépare donc la sortie du nucléaire dans un contexte d’une politique globale énergétique radicalement différente. En 2009, la centrale de Garona, près de Guadalajara, fermera ses portes. Depuis l’automne passé, toutes les nouvelles constructions sont contraintes d’être équipées d’une installation thermique solaire pour produire l’eau chaude sanitaire. Un vaste programme de développement des énergies renouvelables et de promotion des économies d’énergies est lancé.
    Transparence de l’information sur les catastrophes nucléaires
    Le moment est venu, pour l'OMS, de s'affranchir des contraintes contre nature qui la lient à l'AIEA (Agence Internationale pour l’Energie Atomique), promoteur officiel du nucléaire commercial.
    Le 26 avril 2007, les ONG : Enfants de Tchernobyl Belarus, CRII-RAD, Réseau Sortir du nucléaire, ContrAtom Genève (et d’autres encore) ont lancé une pétition demandant que l’abolition de l’amendement de l’Accord signé entre l’OMS et l’AIEA, en 1959, soit mise à l’ordre du Jour de la prochaine Assemblée Mondiale de la Santé, qui aura lieu en mai à Genève.
    Il faut que l’information sur les conséquences de catastrophes nucléaires, telles que celle de Tchernobyl, soit enfin libre et transparente.
    Je signe et soutiens naturellement cette pétition pour la VERITE :
    www.independentwho.info

     

  • La corrida est une boucherie

    L’émission de télévision de France 2 « L’arène de France » organise un sondage :
    La corrida est-elle une boucherie (oui/non) ? Je réponds OUI, ne supportant pas ce spectacle barbare.
    En plus de ma nationalité suisse, je possède aussi la française. Ceci me permet donc de signer la pétition du C.R.A.C. (Comité Radicalement Anti Corrida). Cette pétition est la suivante :
    Considérant que l’existence et la recrudescence de la barbarie tauromachique ne sont pas dignes d’un pays dit civilisé et sont en contradiction avec l’essence même de la république et de la démocratie, nous demandons l’abrogation de l’alinéa 3 de l’article 521.1 du Code pénal, qui tolère que des sévices graves et des actes de cruauté soient infligés à des animaux sous couvert de tradition locale. La pratique tauromachique est en contradiction totale avec le principe d’une république une et indivisible, puisque ce qui est réprimé par une amende de 30 000 euros et par deux ans de prison sur l’essentiel du territoire français est permis par la loi sur une petite partie du sud de la France. Comme l’énonce Gérard Charollois, magistrat de l’ordre judiciaire et président de la « Convention vie et nature pour une écologie radicale » : « On ne réglemente pas la torture, on l’abolit ! » Dans l’attente de cette abrogation, nous exigeons l’interdiction immédiate de l’accès des arènes lors des corridas aux mineurs de moins de dix-huit ans. En effet, la contemplation morbide de ces actes d’une cruauté inouïe par des enfants en pleine construction affective est intolérable et extrêmement dangereuse.

    Plusieurs personnalités ont signé cette protestation, dont :Cécile Duflot (Secrétaire nationale des Verts), Christiane Taubira (Députée), Fadela Amara (Présidente de « Ni putes, ni soumises »), Gérard Onesta (Vice-président du Parlement européen), Arielle Dombasle, Yannick Noah, Hélène Ségara, Françoise Hardy, Albert Jacquard, Nicolas Hulot, Mylène Demongeot, Hubert Reeves, Robert Hossein, Henri Leconte, Liane Foly ou Michel Drucker.

    Faites de même : www.anticorrida.com


  • Réponse au député libéral Renaud Gautier

    A propos de mon billet sur les excellents comptes du canton de Genève 2006, le député libéral Renaud Gautier, m’a envoyé, sur mon blog de la Tribune de Genève, le message suivant :
    Christian,
    Voila quelques jours que j'hésite entre savoir si tu es d'une mauvaise foi carabinée ou d'une insondable naïveté...Tes propos sur les résultats 2006 de notre bonne République me laissent pantois !
    Toi qui fut, avec une constance qui t'honore, toujours partisan des dépenses et jamais des économies, toi qui fut un adversaire (parfois légèrement de mauvaise foi...) de toutes mesures de rationalisation et d'efficience, tenir les propos que tu tiens sur le résultat 2006 est ... juste aberrant.
    Tu oublies de rapporter ce que David H. lui même a dit, a savoir: Merci la conjoncture et attention aux années prochaines, tu oublies de dire que la dette a augmenté de plusieurs centaines de millions, tu oublies de dire que le service de la dette coûte 1'000'000 de francs par jour, et tu passes, comme par hasard, sous silence que la politique de David suis la politique de MBG, politique, rappelons-le qui fut soutenue par 2 conseillers d'Etat socialistes..
    Et dire qu'il va encore falloir que je t'invite dans cette triste buvette du Grand Conseil pour t'expliquer tout ça...
    Amitiés
    Renaud
    Voici mon humble réponse :
    Tout d’abord, il faut savoir que j’apprécie bien Renaud parce qu’il est atypique dans un monde politique trop stéréotypé, qu’il est un homme de parole avec lequel il est possible de trouver des compromis, qu’il a assurément une fibre sociale dans un parti (le parti libéral) qui ne l’est pas souvent et qu’il a, de surcroît, de l’humour.
    Dire que je suis « un partisan des dépenses et jamais des économies » est de la mauvaise foi ou un début d’Alzheimer. Renaud devrait se rappeler que j’ai été celui qui s’est attaqué aux fameuses cagnottes de Guy-Olivier Segond, que je suis l’un de ceux qui a « forcé » (avec son aide d’ailleurs) l’application de normes comptables à l’Hospice général et que j’ai refusé, au cours de ma vie parlementaire, de nombreuses dépenses que je trouvais inutiles.
    A propos de rationalisation et d’efficience, je pense avoir toujours été dans le camp de celles et ceux qui souhaitent une profonde réforme de l’Etat, mais pas à n’importe quel prix et pas avec des méthodes dogmatiques et violentes. La réforme se construit patiemment pour qu’elle agisse en profondeur. La conduite du changement et l’impulsion d’innovation dans une entreprise sont les principaux axes de mon activité professionnelle. Il me semble que l’entreprise dans laquelle j’évolue n’est pas la plus mauvaise dans ce registre.
    Renaud m’accuse de nier l’effet de la bonne conjoncture sur les bons résultats de l’Etat. Eh Renaud relit ce passage de mon texte :
    « On pourrait dire que seul-e-s les ministres de gauche savent gérer efficacement les finances publiques, puisque les meilleurs résultats ont été obtenus sous les règnes de Micheline Calmy-Rey (socialiste) et David Hiler (les Verts). Un tel réflexe serait un peu trop policard et gommerait les phénomènes bénéfiques des bonnes conjonctures. »
    Pour les explications à la buvette, je suis naturellement volontaire, convaincu que les accords politiques se trouvent toujours en dehors des champs de batailles politiques.


    Finalement, je préfère Renaud lorsqu’il fait du théâtre :

    Photo de la Revue des député-e-s genevois : Marie-Paule Blanchard-Queloz (jouant Micheline Calmy-rey), Renaud Gautier (dans le rôle de Rémy Pagani), Christian Brunier (dans la peau du Chancelier Robert Hensler) et Pierre-Louis Portier en bon gendarme.