L’air joyeux d’Armstrong

« Il faut aimer pour être capable de jouer », Louis Armstrong.

Louis Armstrong fêterait, ce jour, ses 119 ans. Il est né le 4 août 1901, à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane.

Un jazzman ne peut jamais être totalement mauvais, tant cette musique incarne la liberté. Mais lui, il était carrément bon. Positif naturellement ! Bon vivant assurément ! Il avait un goût immodéré pour les plaisirs de la table, pour le chanvre, pour la déconne, pour l’extase sexuelle. Lucille, son épouse, glissa au Pape Pie XII : « Nous n’avons pas d’enfants, ce n’est pas faute d’essayer ! »

Son rire était aussi caractéristique que sa voix rauque. A l’affût d’une farce ou d’un gag, tout amusait le génial Louis. Ses hilarités étaient super communicatives. Autour de lui, ses ami-e-s s’amusaient, passaient des soirées mémorables. Il mettait son charisme à dispo pour unir son entourage autour d’une philosophie du plaisir.

Bien en chair, avec un sourire éclatant imprimé sur son visage, déployant des valeurs bienveillantes, plusieurs de ses proches le surnommaient tendrement : le Bouddha à la peau brune. Soufflant, comme un Dieu, dans sa trompette avec ses lèvres charnues, son autre sobriquet était « Satchmo », mélange de « Satchel Mouth », bouche en sacoche.

Générosité personnifiée, il faisait profiter un maximum de monde de ses cachets.

Il interprétait « C’est si bon » ou « La Vie en rose », mais surtout il le vivait !

Homme du peuple, né dans la pauvreté, d’une maman prostituée, ayant connu l’abandon, il exprimait sa simplicité en descendant souvent, avec aisance, dans les milieux populaires. Le souvenir de ses racines le rapprochait des plus humbles.

J’aime ce mec qui aimait les gens, le contact, toujours à la recherche de la chaleur humaine.

Homme de cœur, même s’il restait très, parfois trop, discret sur ses engagements humanistes, il soutenait financièrement le Mouvement des droits civiques et les actions de Martin Luther King. Il condamna le Président Eisenhower pour son inaction afin de garantir l’accès des noir-e-s aux études universitaires.

Louis Armstrong illustre parfaitement la définition d’une belle personne. Un vrai modèle de vie … What a Wonderful World, Quel monde merveilleux !

 

Armstrong.jpg

Commentaires

  • Permettez-moi de me joindre à votre hommage pour ce artiste dont la musique m'a tellement apporté pendant mon adolescence et au-delà.

Les commentaires sont fermés.