Mieux ou moins consommer dans le quartier des Grottes

Les Grottes est un quartier du centre-ville de Genève. SIG a mené une action éco21 (programme de SIG pour moins et mieux consommer), « Opération Nouvelle Lumière aux Grottes ». 5ème opération « Nouvelle Lumière » en partenariat avec la Ville de Genève, celle des Grottes s’est déroulée sur 70 allées (communs d’immeubles) et plus de 740 logements.

Malgré une situation sanitaire difficile liée à la Covid-19, les conseillers∙ères SIG ont réussi à visiter 85% des ménages et à installer : Plus de 3’050 ampoules et 68 lampadaires LED ; 570 multiprises et prolongateurs coupe-veille ; 1’650 réducteurs de débit pour robinet et douche ;

200 bouilloires ; 430 thermomètres pour les appareils de froid et 400 pour mesurer la température des pièces à vivre ; 210 P’tites Poubelles vertes pour recycler les déchets organiques ; 350 rouleaux de sacs compostables.

 

Les économies estimées pour cette opération s’élèvent à 95’125 kWh/an et 995 tonnes de CO2 sur 10 ans auprès des particuliers∙ères, sans compter les économies générées par le remplacement d’appareils électroménagers peu efficients par des modèles A++ ou A+++, avec l’aide de nos partenaires « Distributeurs Efficaces ».

 

Cette vaste opération a également bénéficié des nouvelles prestations développées par le programme « éco21 déchets » (diminution des déchets) et de l’économie circulaire, ce qui a permis, entre autres, de récupérer 350 kilos de matériel électrique et électronique. Cette nouvelle thématique est bien accueillie par les ménages qui ne sont pas toujours au clair avec les consignes de tri et les façons de réduire leurs déchets à la source. La distribution d’un document permettant l’appropriation des premiers gestes à adopter, ainsi qu’une liste de magasins alternatifs d’économie circulaire (vrac, 2nd main, location) à l’ensemble des ménages a permis une prise de conscience des possibilités déjà existantes sur le canton de Genève.

 

En parallèle, 150 PME du quartier des Grottes se sont également vu proposer une visite gratuite pour établir un diagnostic énergétique et un plan d’actions personnalisé dans le cadre d’une opération « Efficience PME » du programme éco21. En raison de la situation sanitaire, seules 57 PME ont, pour l’instant, pu bénéficier de cette opération. Sur 46 potentiels identifiés, tous usages énergétiques confondus, une action a déjà été réalisée et cinq sont en cours de réalisation, pour un total de 6’300 kWh/an économisés. Au total, 69 réducteurs de débit d’eau ont déjà été installés. Les PME n’ayant pas encore pu bénéficier de la prestation seront visitées par les conseillers∙ères énergie en début d’année, si la situation sanitaire le permet. Au total, il est attendu que 20% des PME visitées passent à l’action.

 

Moins consommer permet aux consommateurs∙trices d’améliorer le sort de la planète, mais, en sus, de diminuer leurs factures. Selon l’Université de Genève, le programme éco21 de SIG a permis, en outre, de créer 550 emplois (des vrais, pas des stages courts, non payés) à l’extérieur de l’entreprise.

Grottes.png

Commentaires

  • "Moins consommer permet aux consommateurs∙trices d’améliorer le sort de la planète"


    Si l'on confond énergies renouvellables et non-renouvellables pour mieux avancer une idéologie de l'anti-consommation ou s'y identifier, oui ?

    Incidemment, quelle est la part des énergies non-renouvellables dans la consommation des genevois d'énergies produites par les SIG ?

  • Ce qui est sûr, c’est que nous avons les moyens de moins et mieux consommer, sans diminuer notre confort, et que le kilowattheure le moins cher et le plus écologique est celui que nous ne consommons pas. Mieux, c’est assurément, consommer du renouvelable.
    SIG fournit déjà une électricité 100% renouvelable. Nous ne produisons et n’achetons pas d’électricité fossile.
    Désormais, SIG s’attaque à la thermique, pour se chauffer et se refroidir. Avec la géothermie, le biogaz et GeniLac (Eau du Lac +pompes à chaleur alimentées par de l’énergie renouvelable). Nous allons investir 1,4 milliard dans la décennies à venir pour sortir progressivement du mazout, puis du gaz naturel.

  • "Ce qui est sûr, c’est que nous avons les moyens de moins et mieux consommer, sans diminuer notre confort, et que le kilowattheure le moins cher et le plus écologique est celui que nous ne consommons pas."


    Pareillement dogmatique, c'est l'indication d'une confusion entre "consommation d'énergie" et "dépense d'argent" aux bénéficiaires indéfinis, aux montants relatifs, et aux valeurs tout à fait subjectives, des caractéristiques usuelles d'un monopole.

    Bonne journée et meilleurs voeux, Monsieur Brunnier.

  • Depuis plusieurs années un grand nombre d'appartements sont chauffés par CADIOM. C'est une combine pour piquer du pognon ! Avant nous étions chauffés au mazout et chaque années la régie nous remboursait 2-300 francs après le décompte du chauffage. Depuis que nous sommes chauffés par CADIOM nous devons verser un supplément de 500 ou 600 francs pour le chauffage en ayant le même appart ! CADIOM est donc un piège à cons ! Les SIG nous volent !

  • C'est sans aucun doute une très efficace opération pour réduire la production de CO2. Il en est une autre, peu connue. Des ingénieurs allemands ont établi le rapport qu'il y a entre le coût de chantiers et leur production de CO2. Il ne faut pas s'en étonner, bien sûr, c'est évident. Pour des chantiers de génie civil lourd, particulièrement des tunnels, ce rapport s'établit à 270 grammes de CO2 par Euro, donc aussi par franc suisse.
    A Genève, deux projets d'extension de capacité du noeud ferroviaire s'opposent.
    A. L'officiel, qui comprend deux étapes d'extension souterraine de Cornavin, une gare supplémentaire sous-souterraine à l'aéroport, et une ligne nouvelle Cornavin - Nations - Aéroport. Le tout coûterait environ 5 milliards, et ses chantiers dégageraient 1,35 millions de tonnes de CO2.
    B. La boucle de l'aéroport, qui coûterait environ un milliards, dont les chantiers dégageraient donc 270'000 kg de CO2.
    Je m'étonne qu'aucune autorité, à Genève comme à Berne, ne soit sensible à cet aspect: une économie de dégagement d'un million de tonnes de CO2. Amortie sur une cinquantaine d'années, elle serait de 22'000 tonnes par an, ça reste considérable.

  • Je ne vous apprends peut-etre rien Mr Brunier, mais sous le quartier des Grottes, a seulement quelques dizaines de metres de profondeur, il y a une grande nappe d`eau souterraine reliée au lac qui permettrait en principe un haut rendement pour des installations de géo-thermal tres bon marché du fait de la faible profondeur de ladite nappe.

  • Eh oui et si on pouvait moins consommer de drogue dans notre quartier ce serait aussi très bien pour tout le monde, mais il ne faut pas trop demander!

  • Je rebondis sur le commentaire rédigé par M. Rodolphe Weibel.

    Vu le sort que les autorités réservent au quartier des Grottes (transformation en vaste chantier pendant au moins une décennie, si ce n'est deux), les habitants doivent se préparer à déguster.

    Extrait de https://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2019/11/03/confederation-canton-ville-et-cff-en-parfaite-intelligence-p-302018.html:
    “4. les colossaux chantiers (plus de 2 milliards) à Cornavin, Montbrillant, au bas de la rue de la Servette, aux Charmilles et à Châtelaine bouleverseraient (...) l’environnement, y laisseraient de graves cicatrices, après avoir compromis durement l’existence des commerces et dégagé une très forte pollution et une masse considérable de CO2”.

Les commentaires sont fermés.