L’intégration sociale des personnes en situation de handicap

Après quelques années passées en son sein, je quitte, ce jour, le Comité de l’AGIS, l’Association genevoise d’intégration sociale. C’est mon ami Alain Charbonnier, l’un des bâtisseurs de cette belle organisation, Président à deux reprises, qui m’a attiré dans cette institution qui vise au développement des ressources personnelles de la personne en situation de handicap, en vue de soutenir sa participation sociale.

L’AGIS recrute et forme des bénévoles qui constituent, ensuite, des binômes avec une personne en situation de handicap. Une rencontre, une partie de pétanque, un moment au cinéma, une promenade, un repas en commun, ces échanges sont riches entre ces deux personnes. L’AGIS organise aussi plusieurs événements, formations et loisirs qui améliorent l’intégration sociale des personnes en situation de handicap.

Mettre en contact des personnes bénévoles et des personnes en situation de handicap ; Maintenir l’équilibre familial en soulageant les parents ; Favoriser les liens en dehors de l’institution et du cadre familial ; Faciliter l’intégration par des activités de groupe ; Développer un projet individuel d’accompagnement et de socialisation ; Rechercher et former des bénévoles sont les missions de cette association.

A travers l’AGIS, j’ai découvert le monde du handicap que je connaissais mal, étant d’une génération où l’intégration des personnes en situation de handicap, par exemple à l’école, était rare. J’ai rencontré des personnes fantastiques et vécu quelques belles expériences, notamment lors de l’animation de stands pour découvrir la vie d’une personne en chaise roulante.

Ce type d’associations jouent un rôle crucial pour améliorer le « vivre ensemble ». Que l’AGIS prospère et que le monde politique lui donne véritablement les moyens d’exister, plutôt que de consacrer un temps précieux à pondre des statistiques bureaucratiques et inutiles pour obtenir des deniers fédéraux ou de quémander continuellement des aides ou dons.

Commentaires

  • J`observe que le bénévolat est de plus en plus pratiqué autour de moi. Surtout par les jeunes. C`est un excellent indicateur de l`évolution spirituelle vers moins d`egoisme et plus d`empathie. Cela m`évoque le film "2001 l`Odyssée..." dont le début montre une évolution accélérée vers l`humanitude du fait de l`influence d`un mystérieux monolithe noir apparemment artificiel (extraterrestre ?). Notre monolithe noir, c`est peut-etre l`internet qui a sacrément dopé les communications entre les personnes ainsi que le flux des informations utilisables pour aider a se connaitre soi-meme. Peut-etre, qu`en pensez-vous ?

  • L’internet est un outil. Il peut être utilisé pour mobiliser l’opinion contre une dictature, mais aussi pour promouvoir des idées de haine. C’est son utilisation qui est importante, pas l’outil. Comme vous, malgré encore des tas de problèmes, dont l’urgence climatique ou la montée des populismes, le monde va tout de même de mieux en mieux. Reste à faire plus, plus vite, plus fort pour empêcher la catastrophe climatique.

  • Nous sommes d`accord, Mr Brunier. Toute force pouvant servir a faire avancer peut aussi servir a faire reculer, ainsi l`internet. Il n`y a cependant pas que l`internet car le changement radical dans la maniere de voir le monde chez les jeunes générations peut etre constaté meme la ou l`internet est moins présent (Afrique et Asie "profondes"). Quelle que soit la force a l`oeuvre, le monde est en train de changer dans la tete des jeunes générations qui, bientot, formeront l`entiere humanité. Here comes the Greta Thunberg mankind et c`est une tres bonne nouvelle.

Les commentaires sont fermés.