On se réveille ou on attend de cuire ou de se noyer ?

Une partie du monde cuit. Les incendies brûlent de nombreux territoires. Ailleurs, la grêle tombe violemment. Les pluies s’abattent sans arrêt. Les inondations tuent. Le GIEC crie au suicide de l’humanité si nous continuons à délirer.

Et puis, il y a celles et ceux qui vont à Dubaï pour skier sous un dôme. Six tonnes de poudreuse blanche créent une piste de ski alpin en plein désert. Juste à côté, le « Snow Penguins » offre un show de pingouins alors que les températures extérieures atteignent 45 à 50 degrés. L’Aquaventure Waterpark présente des jeux aquatiques spectaculaire sur 17 hectares alors que l’eau manque dans toute la région. Là, il faut arrêter les conneries. Cette société de consommation poussée à son paroxysme n’est plus tolérable.

Comme disait Natacha Polony, Rédactrice en cheffe du Magazine « Marianne », avec laquelle je ne suis pas toujours d’accord : « On se réveille ou on attend de cuire … ou de se noyer ? »

Nous devons réinventer notre société sur les bases d’un développement durable et responsable. La réussite d’une société ne doit plus se mesurer en Produit intérieur brut, mais bien en Bonheur intérieur brut, mesuré sur les 17 objectifs de développement durable des Nations unies.

Un vaste Green Deal mondial est un incontournable urgentissime. Pour oser regarder nos descendant∙e∙s dans les yeux, nous ne pouvons plus tergiverser !!!

Réchauffement.jpg

Commentaires

  • Voir https://www.grizzlead.com/lincroyable-impact-de-la-pollution-numerique-et-les-bonnes-pratiques-a-adopter-tres-vite/
    Mais qui en parle ? Bonne journée

  • En développant le travail distribué (pour optimiser les déplacements) et le zéro papier, il faut absolument, en parallèle, promouvoir la sobriété numérique !

  • Espérer des responsables de systèmes économiques et politiques qui ont mené à cet état de fait, d'avoir le courage de reconnaître leurs fautes et de changer de comportement est fort charitable mais ne mène à rien.

    Nos psychismes humains sont incapables de collectivement modifier une trajectoire, les dominants de nos sociétés sachant parfaitement profiter à la fois de leur pouvoir et des faiblesses de leurs populations.

    Il n'y a d'espoir qu'en la pugnacité pacifique de petits groupes unis et intellectuellement solides, pour tenter d'expliquer autour d'eux ce que nous pourrions faire de concret et de solidaire afin d'amener de proches en proches une majorité de créatures humaines à transformer une vision absurde et délétère de la vie sociale et matérielle en une planète à la fois prospère pour tout le monde et paisible.

    Une tâche de titan que des catastrophes, telles celles vécues cet été 2021, rendront un peu plus facile. Ce pour autant que le discours qui accompagnera la mise en avant de leur exemplarité ne soit ni moralisateur ni lénifiant.

    L'humanité a besoin de science, de technologie, de confiance et de consolation. Dans n'importe quel ordre pourvu que le pouvoir en soit éparpillé et courageux.

    Et de grâce, oubliez les "...descendant∙e∙s...", ces futures populations terrestres sont des descendantes et des descendants, pas des petits points perdus dans la grande confusion médiatique.

    Merci pour votre attention.

  • Bonjour Monsieur Brunier,

    Quels sont les proportions actuelles de nos sources d’énergie en Suisse (fossile/nucléaire//hydraulique/solaire/éolien) ? Et comment voyez-vous ces proportions évoluer dans les prochaines décennies ?

  • Il y a d`autant plus urgence que bouleversement climatique, migration (humaines et animales) massives, misere endémique (le terrain idéal pour les fanatismes religieux, en passant) et pandémies sont des pieces du meme puzzle dont l`emballage pourrait indiquer "Grand puzzle du PIB".

    Évidemment, il faut un minimum de connaissances a la fois sur l`économie (micro- et macro-), l`agriculture intensive (y compris élevage), la notion de biosysteme et aussi la géopolitique, ce qui n`est pas a la portée meme de la plupart des journalistes. Bref, l`humanité est confrontée a la plus grande menace de son histoire a ce jour, une menace a la composition complexe mais dont les éléments sont en rapport plus ou moins direct avec l`irrespect de la vie sous toutes ses formes et pas seulement humaine.

    Il serait bien que des campagnes d`explication soient entreprises par tous les gouvernements responsables (ils ne le sont pas tous) avec des méthodes de vulgarisation scientifique. Si l`on se borne a vouloir passer la patate chaude aux générations suivantes, il est a craindre que la notre se sera rendue coupable du pire crime contre l`humanité (et la vie en général) qui piuisse etre commis sur une planete.

    Bravo pour votre engagement pour la vie, monsieur Brunier, les gens comme vous sont l`espoir de l`humanité.

  • Autre piqure de rappel https://www.rts.ch/play/radio/la-planete-bleue/audio/la-planete-bleue-no-774?id=5100298

    Cette semaine (dès le 4 mai 2013), "La Planète Bleue" vous propose une édition exceptionnelle: que va devenir la Terre après la disparition de l'Homme?A l'occasion du 27e anniversaire du désastre de Tchernobyl, nous allons voir les enseignements que nous avons tirés de cette catastrophe.

    dès 37'30'' : "Il n'y a pas d'espoir, il n'y en a jamais eu (...) nous assistons à la pré-extinction, la fin de l'espèce humaine"

    La "fin de l'espoir", à "remplacer" par le besoin de courage est aussi le dernier chapitre du pamphlet de Jean-Marc Gancille https://www.payot.ch/Detail/ne_plus_se_mentir-jean_marc_gancille-9782374251653
    Il est encore temps d’éviter le pire » ; « Demain il sera trop tard » ; « Tout peut changer »… CE LIVRE EST POUR CELLES ET CEUX QUE CES PHRASES NE CONVAINQUENT PLUS. Ce livre est pour celles et ceux qui savent que la planète nous survivra quoi qu’il advienne et que l’humanité ne sera pas sauvée à coups de voeux pieux, de petits pas « qui vont dans le bon sens » et de petits gestes bien intentionnés au quotidien. Jean-Marc Gancille porte un regard sans concession sur notre situation. Face à l’impasse écologique, il invite à changer de stratégie, à exercer une légitime défense contre le système et à abandonner l’espoir pour le courage afin de sauver ce qui peut encore l’être. Selon l’auteur, l’heure est venue de ne plus se mentir et de reprendre collectivement notre destinée en main. Ne serait-ce que pour l’honneur.

    ... l’honneur de l’humanité, enfin à sa juste place, aux côtés et solidaire de toutes les autres espèces vivantes face au « mur d’effroi » qui s’avance".
    (dernière phrase notamment citée par moi ici http://laplanetebleue.com/fr/livredor le 27 septembre 2019

  • L’évolution va vers le 100% renouvelable. Primo, économisons les énergies. Le potentiel est très important. Pour le reste, nous avons besoin d’un mix énergétique propre (hydraulique, solaire, éolien, géothermie, énergie thermique à partir de l’eau des lacs, biomasse, hydrogène, récupération des pertes de chaleur, …). Le pari du 100% renouvelable est possible à atteindre, et fortement souhaitable.

  • Si on compte sur les Khmers Verts et les socialos pour s'en sortir on est pas dans la m..de !!

  • Effectivement Monsieur Brunier mais il me semble que la part de privés et des entreprises ayant choisi le courant vert n'est de loin pas égal à 100 %.

    Lien direct pour les indécisEs ...

    https://ww2.sig-ge.ch/particuliers/offres/electricite/offre-electricite-vitale/electricite-vitale-vert

  • Oui, mais les autres bénéficient aussi d’une électricité 100% renouvelable, mais avec un niveau de qualité (labellisation) moins élevé.
    De plus, Vitale Vert est une électricité produite à Genève, alors que les autres sont produites dans le reste de la Suisse, principalement dans les barrages de nos amis valaisans.

  • (posté il y a quelques minutes en réponse au sauf erreur 57ème article de Christian Brunier)


    Comme indiqué notamment sur le site notre-planete.info il y a environ 2 ans

    "La Terre n'a rien à faire du temps humain, elle a tout le temps pour elle. ..." John Trudell. Activiste du 20e siècle

    La seule question qui vaille est donc "combien d'innocent.e.s l'Homme Blanc -sa variante homo-economicus-consommatus-gaspillue pour être précis- emportera dans sa chute : enfants, animaux, arbres, rochers, ruisseaux ..." -dixit la fin du roman "Les Guetteurs du passé" d'Yves Blanc, repris parfois dans "ses" Planètes Bleues www.laplanetebleue.com >>

    Détails aussi dans mon 101ème "article" ...

  • Si vous voulez vous passer des énergies fossiles, il faut prévoir de réduire très fortement la population. Finis les fruits exotiques et chute brutale de la production alimentaire.

  • Le prochain Green deal c'est un covid puissance x pour éliminer la foule miasmeuse.

  • Peut importe quelle électricité vous choisissez car elle est la même dans tous les domaines et, seul, les prix varient ! On ne nous fera pas croire que selon celle que vous choisissez elle arrive d'un autre système de distribution. Les SIG se foutent du monde !

  • C’est totalement faux ! Un organe de labélisation externe, indépendant et neutre certifie notre production/approvisionnement. Si on nous commande une quantité de renouvelable, produite à Genève et labelisée Naturemadestar (le label le plus élevé de la production électricité), nous devons prouver que nous avons produit ou acheté cette quantité, à Genève, avec le label Naturemadestar. Si nous n’arrivons pas à démontrer ce fait, nous perdons nos labels. SIG ne se fout donc pas du monde !

  • Donc si j'utilise la moins chère et que mon voisin utilise la plus chère ce n'est pas le même système qui livre l'électricité ? Prouvez-le !

  • Vous etes bien bon de répondre a un commentaire anonyme ("Jurine de Fontencomble") aussi peu éclairé que malveillant, monsieur Brunier. A propos d`énergie renouvelable, ne serait-il pas intéressant d`envisager la création d`ilots de panneaux solaire au large des cotes du Léman ? D`autant que le fabriquant des meilleures cellules solaires du moment (Meyer Bürger Technology) est désormais suisse (en fait germano-suisse).

  • C’est le même réseau de distribution. Mais, les certificats de provenance ne sont pas les mêmes, et pas de la même qualité. Donc les produits sont bien différents. Chaque année, les client∙e∙s reçoivent avec leur facture, comme preuve, la provenance de toutes les énergies commandées.

  • Tant que le commentaire est respectueux, je réponds, même aux courageux anonymes.
    Au sujet de votre idée, ceci pose trop de problèmes de navigation. Utilisons déjà les toits libres, ils sont encore nombreux, avant de consacrer du terrain ou des étendus d’eau aux installations solaires.

  • Merci de votre réponse, monsieur Brunier.

  • Bonjour Monsieur Brunier, vous dites "Un organe de labélisation externe, indépendant et neutre certifie notre production/approvisionnement." Ce fameux organe externe, par qui est-il payé ? les SIG ? Non parce que si c'est comme les labels ISOxx, laissez-moi rire pour l'indépendance, la neutralité...

  • Ces organismes, que nous changeons périodiquement pour ne pas créer des liens trop forts, sont très indépendants et toujours à haut niveau de crédibilité national et international. Ils jouent leur crédibilité et ne se permettent pas de connivence avec nous.
    Les labélisations ISO que vous évoquez sont d’ailleurs, eux-aussi, très stricts. Pour en avoir vécues quelques-unes, je vous assure que ces institutions ne nous font pas de cadeaux. D’ailleurs, dans les années 2000, une régie publique genevoise avait perdu ce label.
    Douter est une qualité, mais nous ne pouvons pas rejeter gratuitement toutes labélisations.

  • Merci pour votre réponse Monsieur Brunier. Je reste toutefois très sceptique concernant ces labels (et ce n'est pas un rejet gratuit, j'ai aussi vécu ces certifications et audits), et encore plus quand on voit certains documentaires les concernant. Et je ne parlerai même pas des arnaques aux certificats CO2...

  • "... Chaque année, les client∙e∙s reçoivent avec leur facture, comme preuve, la provenance de toutes les énergies commandées..."

    ---------------------------------------------------------------------------------------

    Monsieur Brunier,

    Je me permets de revenir sur ce fil de commentaires car si vos propos sont toujours empreints d'une manifeste volonté d'améliorer la vie des populations du canton par le biais de la situation de pouvoir qui est la vôtre, il y a un détail sur lequel je veux insister à nouveau.

    En effet, c'est justement cette position d'autorité qui ne peut se permettre d'affaiblir un bien commun, l'écriture de la langue française et sa forme.

    Tout de suite une solution à ce propos :

    "...Chaque année, notre clientèle reçoit avec ses factures, comme preuve, la provenance de toutes les énergies commandées..."

    Ce sujet de l'écriture peut paraître anodin face aux immenses défis qui nous attendent, mais tout ce qui peut unir est à privilégier plutôt que d'entretenir des conflits absurdes autour de la langue avec laquelle nous avons tant à expliquer et transmettre.

    Je précise que ce n'est pas l'écriture inclusive qui est un obstacle à la pensée, mais essentiellement les tentatives de brutaliser la forme de l'écriture par le point médian, les tirets du même type et autres artifices visuels qui n'aident en rien à enfin accepter le juste et rude combat pour l'égalité des chances et des droits des femmes.

    Cette lutte féministe, comme celles pour l'environnement ou la justice sociale, exigent une pensée forte, structurée et une écriture commune solide.

    Pour un approfondissement théorique de cette question, je vous propose de visionner les deux vidéos d'un jeune doctorant de l'Université de Genève. La qualité de son argumentation et la clarté de son propos méritent l'attention et font avancer le sujet.

    https://www.youtube.com/watch?v=FViXADQb_k0

    https://www.youtube.com/watch?v=T3XSvrbBgDk

    Cordialement.

  • Le langage inclusif est un symbole. Et la plupart des évolutions de l’humanité ont atteint leurs objectifs, notamment grâce à la symbolique. C’est pourquoi, j’utile cette forme d’écriture. Permettons-nous le droit, magnifique et si important, de ne pas être d’accord. Bien à vous !

  • "Le langage inclusif est un symbole." (Christian Brunier)


    Vous semblez confondre "langage" et "langue".

    Si c'est par ignorance, c'est pardonnable.

    Si c'est par dessein, c'est irresponsable. Et cette irresponsabilité linguisitique m'amène à douter de la justesse des factures et des communiqués envoyés par l'organisation que vous dirigez.

    Un symbole de quoi au juste, perdu au milieu de signes de ponctuation incongrus en violation des règles élémentaires de grammaire ?

    Un symbole de quoi que vous opposez aux symboles de la rigueur et de la justesse ?

  • Cher Monsieur,

    J'espère ne pas dévier votre billet par une inflexion majeure, mais le sujet vaut ce détour.

    J'apprécie dans notre société démocratique helvétique la liberté de pouvoir exprimer des désaccords à propos de sujets importants de la vie sociale. Mais l'enjeu actuel énoncé dans votre blog est d'une telle envergure que les symboles provocateurs me paraissent aller à l'encontre de la mobilisation générale nécessaire.

    Soit on consolide un langage qui unifie l'ensemble des forces humaines potentielles pour lutter contre la dégradation environnementale progressive de notre civilisation industrielle, numérique et parlementaire.

    Soit on laisse se fragmenter le corps social en cultivant des combats symboliques de faible portée, et il devient alors dérisoire de déplorer une progression des populismes et autres violences, qui elles n'ont rien de symboliques.

    Pour à nouveau paraphraser John Lennon qui aurait affirmé que la vie c'est ce qui se passe pendant que l'on est occupé à d'autres projets, je pourrais écrire que la vie c'est ce qui se passe pendant que l'on est occupé à mener des combats symboliques.

    La réalité est telle aujourd'hui que, si l'on désire user de symboles, seuls des symboles rassembleurs ont encore un sens et une utilité.

    Soit on avance groupés, soit la débandade sera rapide dès l'instant où les graves effets des déréglements de notre monde frapperont nos sociétés anxieuses et faussement désinvoltes.

    Si l'autoritarisme nous est odieux, toute nourriture qui lui est offerte sous la forme de symboles aussi inutiles que le point médian, véritable poire pour la soif de tant d'anti-féministes virulents, doit être oubliée.

    Inclure avec plus d'intensité le féminin dans la langue écrite ne peut avoir de sens que si cela est fait de façon utile et pertinente, donc compréhensible par tout le monde. Et je soutiens sans réserve cette juste cause.

    Mais on ne combat pas la violence exercée contre les femmes dans le monde entier par la destruction d'un bien commun, en l'occurence la forme écrite de la langue française.

    Nous avons toutes et tous besoin des mêmes signes, des mêmes mots, de la même grammaire pour lutter et faire advenir une ère nouvelle de compréhension mutuelle.

    La brutalité des symboles est bien trop souvent dans l'histoire de l'humanité le seuil d'entrée de la brutalité des âmes puis de celle des corps.


    Merci pour votre attention.

  • Est-ce que l'énergie nucléaire française est également utilisée à Genève ?

  • Nous ne produisons et n’achetons aucun Kwh nucléaire ! Nous sommes 100% de renouvelable sur l’année. Notre énergie provient à un tiers de notre production genevoise ; et achetons 2/3 de renouvelable en Suisse, notamment aux barrages valaisans.

  • 2/3 des barrages valaisans ? Et vous appelez cela du développement durable ?

  • Votre réponse est étrange car la France dit qu'elle vend régulièrement de l'énergie à la Suisse donc Genève et que cette électricité est produite pas ces centrales nucléaires ! Il faudrait avertis la France qu'elle se trompe ( ou que les SIG nous mentent !!)

  • Personne ne ment. La Suisse vend parfois à la France. La France vend, de temps en temps, de l’énergie à la Suisse. Comme les réseaux haute, moyenne, et basse tensions sont uniques, toutes les énergies sont, physiquement, mélangées. D’où l’importance de la traçabilié. SIG n’a que des certificats de production et d’achat renouvelables. Pas un kWh fossile produit ou acheté. J’espère avoir clarifié simplement une situation complexe.

Les commentaires sont fermés.