Youn Sun Nah, une voix magnifique, magique

« Lorsque j’ai découvert l’improvisation, cela m’a donné un sentiment de liberté que j’ai eu envie de prolonger indéfiniment », Youn Sun Nah.

Sur la scène de Cully Jazz, Youn Sun Nah dit bonjour et qu’elle est ravie d’être ici, avec une toute petite voix, presqu’infantile.

Puis, elle déploie des timbres impressionnants, jouant avec les tessitures, les styles vocaux et les sons ; passant du pop au jazz avec talent.

À l’aise dans les aigus comme dans les graves, elle possède vraiment plusieurs cordes vocales à son arc.

Ses vocalises sont d’une ampleur impressionnante. Elles envahissent la salle comme un grondement de bien-être.

Elle swingue, imite des instruments, émet des sons mystérieux, concurrence une diva d’opéra, avant de revenir à une sonorité très jazzy.

Frémissements lorsqu’elle entonne « Avec le Temps » de Léo Ferré, le libertaire. L’émotion est totale. Inondation de brio.

Youn Sun Nah possède une voix magnifique, magique. Certainement, l’une des plus belles que nous n’ayons jamais entendues. Du grand bonheur artistique complet !

Vu la température glaciale du moment, la sortie emmitouflée remplace la fondue conviviale en terrasse, en fin de concert.

Youn.jpg

Les commentaires sont fermés.