- Page 2

  • Bijoux de Provence et du Languedoc

    Clair de Plume à Grignan

    Un petit écrin dans le village provençal de Grignan, dans la Drôme. On y trouve un hôtel de charme et un petit restaurant. Son jardinet est sublime. Ancienne propriété des de Grignan, cette demeure romantique a eu différentes affectations : lieu d’hébergement pour les notables de l’Eglise, trufferie, etc. Ce lieu est un appel à la tendresse et à la volupté. On y célèbre les plaisirs de la chair et y boit d’excellents crus régionaux. Une étape obligatoire pour les amoureux de la vie.

    clair de plume.jpg

    La Pousada à Arles

    La Pousada qualifie les chambres d’hôtes au Brésil. Des bourlingueurs à travers le monde ont repris ce nom pour baptiser leurs chambres d’hôtes qu’ils ont créées en devenant sédentaire à Arles. Dans cette ville magique, carrefour de l’art et de l’histoire, haut lieu des grandes fiestas et de l’art de vivre, la Pousada a poussé dans le quartier pittoresque de la Roquette, à proximité d’Actes Sud. A quelques pas du Rhône qui projette des lumières étonnantes sur la surface de ce lieu de résidence, cette maison est un havre de bon goût, de design et de plaisir. La salle de séjour et la courette sont des bijoux. Les chambres sont magnifiques et d’un romantisme appelant le plaisir des sens. Dommage, le prix est un peu surfait.

    DSCF0397.jpg

    Photo : Christian Brunier

    Le Noilly-Prat nous réconcilie avec le Vermouth

    Lorsque j’entends Vermouth, je pense au tord-boyaux que l’on gagne dans les lotos. Des liquides justes utiles pour dérouiller les gonds des portes. Noilly-Prat donne une autre envergure à ce produit. A Marseillan, dans l’Hérault, en bordure de l’étang de Thau et du canal de Midi, Noilly-Prat fabrique des vermouths rouges ou ambrés depuis 1813, à partir d’une recette originale et en partie secrète. Provenant de deux cépages de Blancs de Blancs, ils vieillissent séparément durant huit mois dans des chais géants de chêne du Canada datant de 1850. Le contact avec le chêne renforce le corps du vin. Ensuite, ces vins sont transférés dans de vieux fûts de chêne qui restent en plein air pendant un an. Le climat se charge de leur évolution. Le soleil abondant, les pluies rares mais violentes, les embruns, les vents, la chaleur de l’été et le froid hivernal conduisent ces vins à maturité. Le nectar est ramené à l’intérieur, où il est assemblé avec finesse et mélangé avec des herbes provenant des cinq continents. Chaque jour, cette potion magique est brassée. Enfin, voici le Noilly-Prat prêt à être dégusté avec finesse et envie.

    DSCF0416.jpg
    Photo : Christian Brunier

     

  • Délices de Provence

    L’addition des différences

     

    Au Festival « Les Suds à Arles », nous écoutons et regardons Syl Nuvaanu, un groupe multiculturel unifiant une chanteuse japonaise, un guitariste espagnol et un percussionniste français utilisant des instruments d’inspiration arabe avec des cymbales chinoises.

     

    Ce mélange ressemblant à une partouze aux Nations unies crée une musique d’une rare originalité. Le mélange des cultures est une alchimie créant la richesse. Le repli ne crée que la consanguinité. Emmerdons les gros fachos, mélangeons-nous pour devenir inimitables et pour favoriser la diversité. Je vois le monde en multicolores, avec plein de merveilleuses facettes, gages de beauté et de plaisirs partagés.

    syl.jpg

    Juliette, une artiste drôle et rare

     

    Nous applaudissons Juliette à Arles, dans le cadre le Festival des Suds. Juliette est une artiste à contre-courant. Musicienne et chanteuse de talent, elle zappe de la tendresse à l’humour, de la poésie à la révolte. Lors de l’un de ses concerts à Morges, elle interprète une chanson rigolote de la Seconde Guerre mondiale. Puis, s’arrête brutalement pour enchaîner, a cappella, « Les Loups sont rentrés dans Paris ». Ce chant antinazi me donne les frissons. Quelle émotion ! Elle aime les mots. Elle les manipule, les agite dans tous les sens. Elle partage sa passion pour les plaisirs de la vie et pour la déconne. Elle stimule tes papilles lorsqu’elle écrit avec brillance sur le vin. Sa Petite Messe Solennelle en faveur des bons crus est un chef-d’œuvre :

     

    Petite Messe Solennelle

     

    Enfin nous sommes là, entre nous, tous les deux

    Seul à seul, tête à tête et les yeux dans les yeux

    J'avais tant à te dire mais par où commencer ?

    Deux verres, une bouteille, je crois que j'ai trouvé !

     

    Le vin délie la langue, il entrouvre le cœur

    Il donnera ce soir le ton et la couleur

    Rouge ardent de la braise et cristal du désir

    A notre nuit d'amour, buvons pour le plaisir !

     

    Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne,

    De Vacqueyras ou de Tursan

    Le vin réjouit le cœur de l'homme

    Et de la femme, évidemment !

    Qu'il soit de Blaye ou d'Echeronne

    Le vin réjouit le cœur de l'homme !

     

    Né d'une âpre Syrah, d'un peu de Carignan

    D'une terre solaire, des mains d'un paysan

    C'est avec ce vin-là qu'on dit qu'Ulysse a mis

    Le cyclope à genoux et Circé dans son lit

     

    Le vin délie les sens, il entrouvre les draps

    Et pourtant, sous sa coupe je ne mentirai pas

    Je bois, moi, pour le goût mais aussi pour l'ivresse

    Pour cette nuit d'amour, soyons donc sans sagesse !

     

    Les joues vermeilles, les yeux qui brillent

    Chavirés par de doux émois

    Le vin réjouit le cœur des filles

    Et des garçons, ça va de soi

    Les joues vermeilles

    Les yeux qui brillent

    Le vin réjouit le cœur des filles

     

    Noé sur son rafiot en prit quelques futailles,

    Aux noces de Cana, au milieu des ripailles,

    C'est ce vin que Jésus fit d'une eau ordinaire

    Et notons qu'il n'a pas eu l'idée du contraire

     

    Le vin délie les âmes, il entrouvre le ciel

    De sa petite messe gourmande et solennelle

    Prions Saint-Emilion, Saint-Estèphe et les autres

    Pour une nuit d'amour, voilà de bons apôtres !

     

    De Kyrie en Te Deum

    Vin du Cantique et sang divin

    Le vin réjouit le cœur de l'homme

    Du Père, du Fils, de l'Esprit Saint !

    De Kyrie en Te Deum

    Le vin réjouit le cœur de l'homme

     

    Le vin comme l'amour, l'amour comme le vin,

    Qu'ils soient impérissables, qu'ils soient sans lendemain

    Qu'ils soient bourrus, tranquilles, acerbes ou élégants,

    Je suis sûre qu'il ne faut pas mettre d'eau dedans !

     

    Oh, ne partageons pas ces amours qui s'entêtent,

    Pas plus que ces vins-là qu'on boit pour l'étiquette

    Tu es ce que tu es, je suis comme je suis

    A notre vie d'amour, buvons jusqu'à la lie !

     

    Mais taisons-nous et voyons comme

    Finit cette nuit attendue

    Mais taisons-nous et voyons comme

    Le vin réjouit le cœur de l'homme !

    Le vin réjouit le cœur de l'homme

    Et puis le mien... bien entendu !

    juliette.jpg

     

     

  • La Vie en Rut : Le meilleur de Langaney

    Si tu ne veux pas bronzer idiot et si tu ne veux pas visiter, durant tes vacances, un zoo en passant pour un niais, dévore « La Vie en Rut » écrit par le généticien André Langaney et illustré par le déjanté et génial Carali.

     

    André Langaney est « Dédé la Science » dans Siné Hebdo. Beaucoup plus drôle dans cet hebdo provocateur que dans son blog hébergé par la Tribune de Genève, où il s’en prend de temps à temps à mon couple, supportant mal l’amour entre une verte et un socialiste. Dans « La Vie en Rut », il est excellent, mettant en pratique le meilleur de Langaney.

     

    Ce petit libre est un supplément estival de Siné Hebdo. Il positionne le sexe entre nature et cultures et nous explique la vie de nos amis les bêtes.

     

    Savez-vous que le Symphile, un petit mille-pattes, éjacule dans un spermatophore en pleine nature ? Ensuite, la femelle vient boire le foutre de son mâle et le féconde.

     

    L’Hippocampe, le cheval de mer, est loin d’être un étalon. C’est Madame qui est équipée d’un gros membre, comme Amanda Lear. Je plaisante. Adorant les surréalistes, je ne peux avoir que de l’admiration pour l’une des égéries de Dali. Je sors du cadre. Replongeons dans l’eau pour voir le mâle se faire pénétrer. La femme Hippocampe injecte ses œufs dans une sorte de poche. Au tour du mâle de lâcher la purée dans sa poche pour féconder les œufs.

     

    Le Candona, un crustacé minuscule, produit un spermatozoïde plus long que lui. Transposez à l’humain, les spermatos atteindraient deux mètres cinquante. Comme dit « Dédé la science » : « Aïe mes couilles ! »

     

    Nous apprenons encore que l’Eléphant de mer a comme sexe un os pénien en forme de matraque de 40 centimètres. Ça fait rêver certaines et certains. Cet avantage naturel permet aux mâles les plus performants d’honorer près de 80 femelles. Ça fait encore rêver certaines et certains. Mais comme le dessine Carali, 80 femmes, ce sont 80 belles-mères. Il faut donc relativiser.

     

    J’en écris trop ! Si vous aimez la vie des bêtes, des super bêtes sexuelles, achetez « La Vie en Rut », un nom d’ouvrage qui peut devenir un bon projet d’existence terrestre.

    la vie en rut.jpg

     

     

     

  • Plaisirs provençaux

    Ai bu, une tradition quand je passe à Grignan, un Rosé d’enfer : Le Rosé « Gourmandise » du Domaine de Montine. Délice des Coteaux de Tricastin, dans la Drôme provençale, ce vin vif est un doux mélange de Grenache, Syrah et Cinsault. Sa couleur est très vive. Au goût et au nez, les fruits explosent : Farandole de fruits rouges - voire de confiture de fruits rouges lorsqu’on le garde en bouche – de Mûres et de Cerises. La région de Tricastin doit servir à l’essor du vignoble et non pas à construire ou reconstruire des centrales nucléaires.

    DSCF0382.jpg

    Photo : Christian Brunier

     

    Petit séjour à Arles, Cité de fêtes et de plaisir, plaque-tournante entre la Provence et la séduisante Camargue. Baignée par le soleil, sa populace a le cœur chaud et le pastis frais.

     

    A Arles, faites une petite visite « Chez Ariane », un bar à vins situé Rue du Docteur-Fanton. Dirigé par Ariane, une Suissesse rigolote établie à Arles, ce bar vous offre de bons vins, souvent bios, de la cuisine simple mais fort bonne, de la musique de jazz très plaisante et un petit univers de convivialité au cœur d’une petite rue piétonne.

     

    J’adhère au Club des Bons Vivants : www.LeClubDesBonsVivants.com Ce club est un espace d’échanges sur les appréciations des membres concernant les restaurants de la belle France.

     

     

     

     

  • 16 juillet 2009, une belle journée ?

    D’accord avec Sarko

    Pour une fois, je suis d’accord avec Sarkozy et je le trouve presque drôle lorsqu’il dit : « Le MoDem, ce n’est pas un parti, c’est une basse-cour autour d’un paon. »

     

    Bon copain de boîte

    Doc Gynéco dixit : « Christine Lagarde et Michèle Alliot-Marie dégagent plus d’érotisme que Paris Hilton et Pamela Anderson réunies. » Tu peux sortir avec lui en boîte, tu ne vas pas draguer les mêmes.

     

    Hénon-Beaumont, noir, c’est noir !

    Premier tour des Municipales, Front national, en tête avec 39,34 % des voix.

    Second tour, Le Front national chute, mais accumule 47,62 % des voix.

    Les gueules noires votent pour les chemises brunes, dans la grisaille du nord.

    Bienvenue Chez Les T’chti, c’est drôle seulement au cinéma.

     

    Dernier tube … de médic

    A 50 ans, Michaël Jackson décède.

    Presqu’au même âge, Jeannie Longo gagne des courses de vélos.

    Les médicaments ne tuent pas toujours.

     

    22, voilà …

    poulet.jpg

    Banc Public (Versailles Rive Droite)

    Vu « Banc public (Versailles Rive Droite) », une comédie de Bruno Podalydès, avec plus de 80 comédien-ne-s célèbres. A l’exception de quelques scènes cultes, je ne suis pas rentré dans ce film, multipliant pourtant les portraits pittoresques. Néanmoins, comment ne pas être touché par le délire d’un clochard regrettant le génialissime duo Michel Serrault-Jean Poiret ? Ou comment rester totalement insensible à la réplique de Thierry Lhermitte : « Il n’y a pas d’heure pour un p’tit coup. », après avoir proposé à une rencontre féminine dans l’ascenseur de venir boire un petit coup tôt dans la matinée ?

    banc public.jpg