genève - Page 5

  • L'appel du vide ...

    Un magnifique bâtiment appartenant à la Ville de Genève, sis dans le quartier de la Concorde, consacré auparavant à la fracture numérique entre le Nord et le Sud, est désormais vide depuis des mois. Ceci est un scandale !

     

    Genève manque de place. Les mètres carrés sont rares et chers. La Ville, gouvernée par la gauche de surcroît, doit au plus vite créer de l'animation dans cette belle demeure, récemment rénovée avec goût. Cette absence d'utilisation est une invitation au squat. Laisser vide un tel lieu est incorrect face aux besoins de la population.

     

    Redonner cette maison à la population est une urgence pour y établir une ONG ou une association, ou pour y mener des actions bénéfiques pour les habitantes et habitants de cette commune.

     

    C'est dans ce sens que le gouvernement de la Ville doit agir afin de contribuer au mieux au bien-être de sa population.

    Concorde 2.JPG
  • Pourquoi une traversée de la Rade de Genève ?

    La droite, majoritaire depuis des décennies à Genève, continue à promettre la traversée de la Rade, pensant récolter des voix. Mais pourquoi ne l'a-t-elle jamais construite alors qu'elle a tous les pouvoirs de la réaliser depuis des lustres ? Tout simplement, et les leaders de la droite le savent bien, parce qu'elle ne résout aucun problème de circulation, coûte une fortune et touche des communes influentes ne voulant pas voir leurs territoires saccagés par des routes. 7 questions à vous poser pour vous en persuader :

     

    • 1) Qui a besoin de passer régulièrement de Collonge-Bellerive au Vengeron (tracée actuel prévu par le Conseil d'Etat), et inversement?

     

    • 2) 3,1 à 3,7 milliards sont des montants colossaux. Avons-nous les moyens de les trouver, alors que nous n'arrivons pas à financer des dépenses sociales importantes, des investissements environnementaux urgents, des logements ou des incitations à l'emploi?

     

    • 3) Comment trouver le financement de la Confédération, alors que Berne a mis presqu'un siècle pour honorer sa promesse de financer une partie CEVA, montant pourtant bien inférieur à celui souhaité pour se payer une traversée du Lac Léman?

                                

    • 4) Les terrains bloqués pour accueillir d'hypothétiques infrastructures d'entrées et de sorties de cette traversés, planifiée au plus tôt en 2030, vont empêcher des créations de logements, notamment à Puplinge. Cette traversée incertaine doit-elle devenir un obstacle au logement en cette période de crise gigantesque?

     

    • 5) La construction d'infrastructures routières devient un attrait supplémentaire à se déplacer en voiture. Ce phénomène est bien connu des spécialistes de la circulation. Est-ce une bonne idée de promouvoir l'accroissement du trafic routier alors que la pollution est inquiétante?

     

    • 6) Dans un canton aussi exigu, attirer encore davantage de voitures, ne va-t-il pas engorger davantage la ville et créer de nouveaux bouchons?

     

    • 7) Traverser vite d'une rive à l'autre, c'est bien beau, mais comment gérer les entrées et sorties sans provoquer de nouveaux engorgements dans les secteurs concernés?

     

    Les effets du réchauffement climatique sont réels. Dès lors, la priorité est à l'investissement dans des transports publics efficaces et à l'encouragement au transfert modal. Lutter contre le CO2 et la pollution est impératif pour garantir l'avenir des générations futures. Le développement durable ne doit pas être qu'un simple slogan électoral. Il doit devenir la priorité de nos élu-e-s politiques de gauche comme de droite.

     

    Christian Brunier, ancien Président du Parti  socialiste genevois

  • Hommage à notre ami Rudy Jaussi

    Rudy Jaussi, un acteur qui protestait

     

    « Un peuple libre et souverain naît de l'exigence d'un meilleur vivre ensemble, du choix de rester dans son pays en acteur qui proteste, non en spectateur qui consomme et se la boucle. » Cette déclaration de l'écrivain Driss Ksikes,  je la lis, dans "Libération", quelques minutes avant d'apprendre, par téléphone, la mort brutale et inattendue de mon ami Rudy Jaussi. Si cette phrase m'a frappé dans ce moment de stupeur, c'est qu'elle résume parfaitement l'éthique et les engagements de Rudy.

     

    Rudy ne restait jamais en spectateur qui consomme et se la boucle. Il avait le courage d'être un acteur qui proteste. Homme de conviction, Rudy ne restait à aucun moment insensible aux malheurs des autres. A chaque fois, il répondait présent pour gagner un bout de justice sociale, contribuant toujours, avec énormément de pudeur et de modestie, à améliorer le sort de l'être humain. Il faisait partie de ces justes, malheureusement trop rares, dédiant leur existence à semer le bien autour d'eux.

     

    J'ai eu le plaisir de côtoyer Rudy sur différents terrains. Dans le monde syndical tout d'abord. Très impliqué auprès des travailleuses et travailleurs, il chassait la moindre injustice et veillait ardemment à défendre les droits, particulièrement des plus faibles. Malgré son caractère discret, Rudy ne cédait pas sur ses principes, mais savait négocier intelligemment et défendait un dialogue social constructif. Grâce à son engagement, plusieurs personnes ont vu leurs conditions s'améliorer, trouvant une éclaircie dans un ciel trop gris. Il ne claironnait pas son militantisme, pourtant d'une grande efficacité. Au sein du Conseil d'administration de SIG, en tant que représentant élu par le personnel, il portait haut la voix des collaboratrices et collaborateurs, toujours avec des argumentations approfondies et convaincantes.

     

    Politiquement, je me suis retrouvé avec Rudy au sein du Parti socialiste, militant avant tout, mais aussi élu au Conseil municipal de Thônex. Il était un digne héritier des Jaurès et Blum. Fidèle aux valeurs les plus nobles de cette gauche démocratique, Rudy était présent dans tous les combats renforçant la dignité humaine. Dans le monde associatif, nos chemins se sont aussi croisés. Là encore, il se mobilisait pour défendre les droits humains, la liberté de ses congénères le faisant vibrer.

     

    Finalement, Rudy était l'un des plus brillants cadres de l'ingénierie des Services industriels de Genève. Passionné par la technique, il trouvait toujours, dans la sérénité, une solution aux problématiques les plus compliquées. Dans ses fonctions de management, il se souciait en permanence des richesses humaines, contribuant à chaque occasion à améliorer la motivation et la satisfaction des équipes. Un dicton populaire affirme que les meilleurs partent en premiers. Rudy donne malheureusement raison à ce proverbe.

     

    Rudy, en nous quittant  à 50 ans, tu laisses toutes les personnes qui t'ont cotoyé dans une profonde peine. J'ai une pensée toute particulière pour tes enfants et ton épouse, qui représentaient tant pour toi. Je me rappelle encore l'amour et la tendresse que tu exprimais lorsque tu me parlais d'eux.  Tu resteras pour beaucoup, et pour moi assurément, un modèle d'humanisme et d'intégrité et une source d'inspiration quotidienne par ton exemplarité. Salut l'ami ! 

     

    Christian Brunier

  • Crise du logement : Y’a pas le feu au lac pour le Conseil d’Etat genevois

    En mars 2006, au Grand Conseil genevois, pour répondre à la crise du logement et construire d'urgence 175 logements, nous avions déclassé, à l'unanimité (ce qui est rarissime),  un terrain à Puplinge, dans la zone « La Dent Creuse ». 5 ans plus tard, la première pierre n'a toujours pas été posée. En lisant la réponse donnée à mon ami Antoine Droin par le Conseil d'Etat, la crise du logement ne doit pas être une urgence gouvernementale. Lisez plutôt :

     

    A la suite de l'adoption le 17 mars 2006 par le Grand Conseil de la zone dite de « La Dent Creuse », située entre la route de Jussy et la rue de Fremis à Puplinge, un projet a été déposé par un architecte privé qui a conduit à l'élaboration début 2009 du projet de plan localisé de quartier N° 29654. Ce plan a été adopté par le Conseil d'Etat le 28 juillet 2010. Son potentiel constructible est d'environ 175 logements. Aucune requête n'a à ce jour été déposée afin de réaliser ces logements. Ces terrains sont en mains privées, mais appartiennent à des sociétés actives dans le domaine de la construction. Il est dès lors probable que la mise en œuvre du programme immobilier résultant du PLQ en force intervienne rapidement.

     

    Le slogan du gouvernement genevois en matière de logement est : « Il est d'urgent d'attendre ! »

     

  • Miscellanées du 23 avril 2011

    Je m'achète un tome des Nouvelles brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio, recueillant les citations dégantées et cocasses dans les bistrots. Je vous en cite une : « Le kangourou, c'est une bonne viande, en plus, y a la poche pour mettre les frites. »

     

     

    Lors des dernières élections municipales genevoises, la disposition ringarde, prévoyant, en cas d'égalité de voix, l'élection du plus vieux, a été activée. Erreur grave ! Pour oxygéner la démocratie, il faut reprendre l'un de mes anciens projets de lois, balayé par la droite. En cas d'égalité de voix, le sexe le moins représenté aurait été élu, selon ma proposition. Si la situation concerne des candidatures du même sexe, place au/à la plus jeune. Cette solution donnerait un modeste coup de renouveau au monde politique.

     

    Les Trains à Grande Vitesse sillonnent l'Europe, rapprochant les villes en temps et diminuant les trajets automobiles. La Suisse fait exception, les trains circulant toujours à une vitesse très limitée. Pour favoriser le transfert modal et, en conséquence, la mobilité douce, il est urgent de lancer un grand projet pour relier Genève à Zurich en TGV.

     

    Selon une étude menée par l'Institut IMS Research et World Nuclear Association, 17,5 Gigawatts de panneaux solaires ont été installés, en 2010, dans le monde, soit l'équivalent de 17 centrales nucléaires semblables à celle de Gösgen.

     

    Le Président US Barack Obama compte 19 millions d'ami-e-s sur Facebook. Belle performance. Il est néanmoins battu de près de 500'000 ami-e-s par ... Bob l'Eponge !

    bob-l-eponge-hotmzil.jpg